La course des RP : La Corrida de Colombes 2013 !

Affiche Colombes

Deuxième corrida du jour : Colombes

Le 02.XII.2012 avait lieu la 5ème édition de la Corrida de Colombes. Nous étions alors tout frais et faisions une entrée fracassante dans le monde de la course à pieds. Carole et Emir, qui n’étaient pas encore Lapins Runners, enchainaient les corridas battant leur RP coup sur coup. Cette corrida de Colombes a marqué la fin de cette période de montée fulgurante. Nous y avons signé nos records personnels (RP) sur 10 Km, qui sont, un an plus tard, toujours d’actualité.

Après une matinée sportive et conviviale à la Corrida de Thiais, nous voilà repartis pour nous frotter à nos RP. Vous l’avez compris, nous ferons cette corrida à nos allures maximales respectives.

Colombes, il y a un an

Colombes, il y a un an

Toujours le 01.XII.2013, Nous arrivons sur place à 13h30, soit 2h avant le départ. Nous devons donc déjeuner léger pour éviter une dangereuse et bien connue digestion en course. Situé à 100m de la ligne de départ, nous opterons pour … un hamburger chez McDo et une barre céréalière pour deux. Pain, steak et céréales … ça devrait faire l’affaire.

Après une longue hésitation concernant ma tenue, je décide d’opter pour le Lapin Technique car lui seul me permettra de titiller mon RP. Exit chemise et pantalon et place à l’élasthanne !

Je suis censée enregistrer 3’34’’ de moins que ce matin pour battre mon RP. Ce défi me semble hors de portée. Nostalgique de mes chronos de l’an passée, je suis davantage dans l’optique de courir ce 10Km à la manière d’un pèlerinage.

Nous jetons un rapide coup d’œil au stand où sont disposés les packages finaux. Le t-shirt est, à quelques détails près, le même que celui de l’édition précédente.

Nous regagnons la direction des sports, structure située à quelques mètres du départ où se situent les consignes. Pas d’échauffement pour nous, nous restons au  chaud aussi longtemps que possible.

15h25 : nous nous rendons au départ, place de l’hôtel de ville.

Dans les sas, avant le coup d'envoi

Dans les sas, avant le coup d’envoi

Top départ !

15h30 : c’est parti !

Tout comme l’an dernier, le parcours est constitué de trois boucles. Sur trois kilomètres, nous nous enfonçons dans les ruelles d’un quartier résidentiel puis regagnons le centre-ville. Un parcours urbain et répétitif certes mais permettant au coureur d’adapter sa vitesse au profil du parcours. Il pourra ainsi calibrer son sprint final au moment qu’il aura jugé le plus opportun.

Première boucle :

Pour ce départ, je décide d’adopter de grandes foulées sur coussins d’air. Nous verrons jusqu’où ça tiendra… Au début, ça marche bien, ma vitesse est correcte, je double beaucoup. Sans trop comprendre pourquoi, passé le premier kilomètre, ma foulée « originelle » me rappelle à l’ordre. Afin de maintenir une bonne vitesse, je m’accroche à présent à des lièvres : un quadragénaire portant le t-shirt de la corrida d’Aulnay, une jeune-femme, un adolescent ressemblant (de dos) à mon cousin.

Après le traditionnel « Bonne course ! » à ma Lapine, je tente de me frayer un chemin parmi les runners en grimpant sur les trottoirs. Je sens que je perds du temps car je suis contraint de retenir ma foulée pour ne pas percuter mes voisins… « Dur dur » pense-je, chaque seconde compte !

Deuxième boucle :

Au 5ème, je jette un œil à TomTom Runner : 19’51’’. C’est bien parti, mais c’est loin d’être gagné. Je pense vraiment que j’ai perdu un bon paquet de secondes à tenter de passer la foule du SAS. Je libère mon esprit : je me concentre, et je poursuis !

Alors que je suis sur le point de finaliser ma deuxième boucle, je me fais doubler par les coureurs les plus rapides qui s’apprêtent à boucler les 10 bornes. Les allées n’étant pas bien larges, lesdits coureurs peinent à doubler et doivent pour cela slalomer les coureurs plus lents. Je suis frustrée pour eux !

Troisième boucle :

C’est incroyable à quel point les encouragements des enfants me touchent. A ces moments précis, je ne souffre plus, je n’ai plus de difficultés à gérer mon souffle. Je sens un grand sourire qui se dessine sur mon visage et un regard de Lapin bienveillant qui se pose sur mes jeunes supporters.

« C’est la femme du Monsieur Lapin ! », « le Lapin n’est pas loin ! », « Allez la Lapine, saute ! », « Les gars, il y a des lapins, il faut tirer ! » (dixit un  policier à ses collègues) : les encouragement n’en finissent plus ! Un grand merci à la bénévole, qui à chaque boucle, m’a encouragé de tout son cœur !

De mon côté également, les supporters me parlent de ma Lapine mais les boucles ont semé la confusion : « Ta Lapine te cherche, elle est derrière ! », « Allez, il faut que tu rattrapes ta Lapine, elle est devant ! ».

Fin de course pour le Lapin :

Au passage à la troisième boucle, je me motive en me disant que c’est la dernière fois que je passe ici. J’aperçois la dernière ligne droite mais cette fois-ci, je vais passer dans le sas d’arrivée. Je ne regarde pas ma montre, je laisse mon corps en autopilote franchir à toute allure la ligne d’arrivée, littéralement dopé par les encouragements. Ca y est ! Il est temps de stopper TomTom Runner : 40’06’’. Et non pas 39’49’’. 17 secondes trop tard.

Le Lapin rejoint la Lapine :

Je m’en remets vite. « L’année prochaine RP, je te promets que je te mets une tannée d’une minutes » me dis-je. Après récupération de mon package, je retire ma puce et refais un kilomètre dans le sens inverse pour retrouver ma Lapine.

Mon Lapin m’annonce son chrono : je suis épatée ! « Il reste moins d’un kilomètre ! » : c’est le moment de mettre les bouchées doubles et de doubler la runneuse que j’accroche depuis la troisième boucle.

L’arrivée des Lapins se fait sous les acclamations des petits et grands. Un grand moment de bonheur !

Nous arrivons au ravitaillement final qui est de type self-service à emporter : cartons de barres céréalières et chocolat en libre service, cartons de canettes de soda, eau, fruits, …

Mon chrono est de 52’15’’… Il est temps de se ressaisir ! Après la SaintéLyon, j’entame un plan d’entraînement sur 10Km avec pour objectif : 48 minutes. On y croit !

Après avoir récupéré le package final et notre sac à la consigne, nous discutons avec quelques coureurs. Nous sympathisons notamment avec Thando qui, comme nous, a couru 12 marathons en 2013, un défi qu’il s’était lancé afin de recueillir des fonds pour le PAM (Programme Alimentaire Mondial). Cultivons-nous :

PAM logo

Le Programme Alimentaire Mondial (PAM, en anglais WFP World Food Program) est l’organisme d’aide alimentaire de l’ONU. La plus grande organisation humanitaire du monde, le PAM fournit principalement de la nourriture aux personnes souffrant de la faim. En moyenne, chaque année, le PAM nourrit 90 millions de personnes dans 80 pays, dont 58 millions d’enfants.

Fin de course, avec Thando

Fin de course, avec Thando

Un grand merci au public de Colombes qui marquera nos esprits !

Vendredi 06.XII au soir, nous prendrons part aux 24h organisés en faveur du téléthon par TimePoint. Nous y rencontrerons nombre de confrères de la twitosphère, et aurons le plaisir de courir quelques kilomètres avec la Ligue GRO.

Pas d’excès de kilomètres cependant, car Le lendemain, samedi 07.XII, nous serons Lapins Trailers nocturnes ! Nous serons à la Saintélyon, célèbre trail nocturne de 75Km reliant Saint Etienne et Lyon. Nous y rencontrerons probablement des confrères de Kikourou, ou encore de la Runnosphere, dépêchés en masse pour cet événement prisé !

A très vite les amis !

Les Lapins Runners.
carottes petit

Commentaires
Réagissez