Retour aux sources : la corrida de Thiais 2013

Affiche Thiais 2013

La corrida à l’origine des Lapins Runners

Flashback : le 16 décembre 2012 a lieu la 14ème édition de la corrida de Thiais. Fiers de notre première participation à une course déguisée (dont nous découvrons le concept), nous prenons soin de nous préparer. Nous incarnerons un couple de Lapins (découvrez pourquoi) ! Un petit tour dans une boutique de déguisements et nous repartons avec deux paires d’oreilles blanches et roses, deux petits pompons en guise de queue et deux museaux en plastique dur. Ca y est, les Lapins Runners sont nés ! Notre ami Buge (déguisé en … ? Coureur basque !) est aussi de la partie !

Cette année, tout commence le 01/12/13 à 7h30. La corrida débute à 10h10, ce qui permet un temps de préparation convenable. Les Lapins sortent tranquillement du terrier en prenant leur temps devant un bol de fromage blanc, fruits et céréales. Avec du recul, c’est vrai que ça manquait de carottes.

Le déguisement historique des Lapins, accompagnés de Buge

Le déguisement historique des Lapins, accompagnés de Buge

À 8h20, il est temps de se demander comment aller à Thiais, ville quasi-voisine, en partant du terrier. Et là, le début de matinée tranquille bascule. Pas de transports directs, ce qui nous donne 1h25 de trajet … Calcul rapide 8h30+1h30=10h00 sans compter toilettes, retrait des dossards et consigne. Il y a danger. C’est la corrida à l’origine des Lapins Runners. C’est immanquable ! Il y a bien la voiture bleue des Lapins, mais le froid a eu raison de sa batterie.

Pour votre santé et celle de votre entourage, je vous recommande d’éviter la procrastination. Conseil que je vais tâcher de suivre moi-même dès aujourd’hui.

Fort heureusement, l’équipementière  officielle des Lapins, Elisabeth, arrive à la rescousse. Nous câblons notre véhicule sur le sien comme pour effectuer une réanimation au défibrillateur. Après quelques minutes d’effort et d’espoir, la voiture bleue rugit de nouveau ! Merci Elisabeth, tu nous as sauvé la mise !

Il est 9h20. Temps de trajet, 25 minutes. Nous avons gagné un quart d’heure. Spécialistes des courses lancées, nous estimons que nous sommes larges.

Une fois sur place, je dépose ma Lapine à proximité du palais omnisports de Thiais pendant que je tente de garer la voiture. Je dois rapidement me rendre à l’évidence. La seule solution est de faire comme tout le monde : se garer scandaleusement en vrac au milieu d’un rond point.

Pendant ce temps-là, je retire nos dossards et nos t-shirts. Nous avons certainement fait partie des tout premiers à nous inscrire au 10Km, car il nous a été attribués les numéros 15 et 16 ! Avec des numéros aussi petits, on se sent un peu « kényan ». Quant aux t-shirts techniques offerts à tous les participants, ils sont superbes ! Décidément, la Corrida de Thiais met le paquet sur les cadeaux !

Après un passage aux stands, nous parvenons à nous retrouver à 10h05 aux consignes. Cinq minutes pour :

  • Se coiffer de nos oreilles
  • Fixer nos dossards et notre puce
  • Constater que les t-shirts techniques fournis sont de très bonne qualité
  • Déposer notre sac aux consignes
  • Atteindre la ligne de départ

Trop juste ? Point du tout, ce type de départ est devenu notre spécialité ! Arrivés sur la ligne de départ à 10h09, nous prenons le temps d’une photo avec des coureurs tahitiens en mal de chaleur.

Au départ avec des Tahitiens qui n'ont pas froid

Au départ avec des Tahitiens qui n’ont pas froid

Le départ !

 

10h10 : PAN ! Un coup de feu retentit et nous partons sous les acclamations du commentateur sportif.

L’ambiance est bon enfant sur cette corrida déguisée : les blagues vont et viennent, les runners échangent dans la bonne humeur au rythme des premières foulées.

Une ambiance déguisée !

Une ambiance déguisée !

Pendant les 4 premiers kilomètres, c’est un florilège de coureurs costumés ! Pères, mères, sapins et cadeaux de Noel, super héros, samouraï, spartiates, congénères lapins … Un vrai plaisir.

Parmi eux, j’ai la surprise de rencontrer l’organisateur des foulées du Tertre de Montmartre déguisé en serveur pour l’occasion ! Il m’interpelle : « je te connais toi ! T’es pas avec ta copine d’habitude ? ». « si bien sûr, elle est devant, tu viens lui dire bonjour ?». « J’y vais mollo, j’ai fait un trail hier soir ».

Le serveur du Tertre

Le serveur du Tertre

Il semble que nous figurons parmi les coureurs déguisés les plus rapides. En effet, les déguisements se font de plus en plus rares au bout de 4 Km à une allure de 11,5 Km/h.

Le parcours est un 2 x 5 urbain qui nous fait découvrir quelques grandes rues de Thiais et Vitry-sur-Seine. Nous passons également devant le parc Départemental des Lilas pour la petite dose de verdure et terminons dans le stade du palais omnisport.

Alors que je pratique l’une de mes activités favorites survient mon deuxième problème de batterie du jour. Mon iPhone qui me sert d’appareil photo se coupe alors qu’il reste 60% … Ce frileux a vraiment beaucoup de mal avec l’hiver. Nous allons devoir nous passer de photos en course.

Depuis vendredi dernier, je souffre de maux de ventre. Et en courant, la douleur est difficilement supportable. J’ai bien peur que ce ne soit pas pour aujourd’hui le record sur Thiais !

Le ravitaillement de parcours est classique et généreux : eau, oranges, bananes, raisins secs, sucre et barres céréalières découpées.

Arrivés dans le stade au 5ème, en fin de la première boucle, le commentateur sportif énumère les déguisements et nomme autant que possible les coureurs en fonction de leur numéro (les dossards ne sont pas nominatifs). Devant le palais omnisport, l’unique point musical d’ambiance est audible sur une centaine de mètres.

Clin d’œil à la maman Noël qui, lorsque nous la doublons aux alentours du 6ème Km nous dit d’un ton très sec « j’en ai ras le bol, je n’aime pas les deux boucles !!! ». Nous lui redonnons le sourire en lui demandant de ne pas oublier nos kilos de carottes pour Noël. Autre clin d’œil à Batman, qui nous double à toute vitesse au 7ème en criant « Force et Honneur ! ». Nous rencontrons enfin un confrère Lapin à qui il est arrivé malheur. Dans sa combinaison, le coureur à tellement chaud qu’il a ôté sa capuche, faisant office de tête de lapin. Vu de dos, le léporidé semble décapité !

Au cours de la seconde boucle, nous ne croiserons, aux exceptions près susmentionnées, que des coureurs non déguisés. L’ambiance traduit la dualité de cette corrida permettant à chacun d’y trouver son compte. D’une part, l’ambiance conviviale et le fun, et d’autre, la performance. Nous les Lapins, nous aimons concilier les deux !

Km 9,5 : nous entrons dans le stade dont il ne nous reste plus qu’un demi-tour à parcourir. Un beau sprint final nous permet de passer la ligne en 51’24’’ !

Au terme, nous sommes interviewés par le présentateur sportif : « Tu as trouvé une Lapine sur le trajet ? ». Je me défends de cet affront : « Je suis venu avec ! Je ne suis pas ce genre de Lapin ! ».

En fin de course, la superbe médaille de la corrida de Thiais nous est remise. Sur la face avant, une belle représentation d’un coureur pour le moins … corpulent. Voilà qui en fait une médaille rare ! Sur la face arrière, l’un des monuments du patrimoine historique de Thiais : le lavoir. L’année dernière figurait l’hôtel de ville, et en 2011 l’église St Leu – St Gilles. A force de courir la corrida, nous deviendrons très vite incollables sur la ville et ses monuments ! Tous les coureurs déguisés sont également gratifiés d’un bon pour un t-shirt technique manches longues supplémentaire. Nous repartons donc avec deux très beaux t-shirt chacun, de très bonne qualité.

Médaille et t-shirts

Médaille et t-shirts

Nous rencontrons par hasard Marc, ami libraire (chez qui nous nous sommes parfois procurés nos Jogging Inter) avec qui nous prenons le temps d’échanger sur nos courses de l’année. Nous le constaterons par la suite, Marc aura enregistré exactement le même chrono que nous, sans même que nous ayons couru ensemble ! Nous poursuivons dans la salle commune autour du ravitaillement final, en attendant le traditionnel tirage au sort pour gagner la Peugeot 107.

Avec notre ami Marc

Avec notre ami Marc

Le ravitaillement final, qui était déjà disponible avant la course (faisant office de petit déjeuner) est également bien fourni. Le contenu est identique au ravitaillement de parcours avec quelques bonus : des pommes, du chocolat noir et au lait avec riz soufflé et vin chaud !

Côté people, le peintre marathonien Vincent Dogna et la sprinteuse Muriel Hurtis (licenciée au club d’Athlé de Thiais) sont présents pour la remise des récompenses. Un point de culture s’impose.

Vincent Dogna :

dognaNé en 1964 à Longwy (France), Vincent Dogna vit actuellement à Paris. Il débute la course à pied à 28 ans, celle-ci devient un élément important de sa vie. Pendant une période de blessure, il ressort alors les pinceaux et naturellement et la ligne bleue devient sa muse. En 2013, il a couru son 28ème Marathon et a réalisé sa 68ème exposition.

 

Muriel Hurtis :

hurtisAthlète française née le 25 mars 1979 à Bondy en Seine-Saint-Denis. Sprinteuse, elle est spécialisée dans le 100 m et le 200 m sur piste. Palmarès :

Double championne d’Europe 4x100m et 200m en salle en 2002

Championne du monde 4x100m et 200m en salle en 2003

 

Vient le moment du tirage au sort, effectué avec les puces des coureurs (et non les dossards contrairement à l’édition passée)

Le 27 septembre dernier, alors que je viens retirer les dossards de mon Lapin et moi pour Paris-Versailles, je rencontre sur le village l’organisateur de la Corrida de Thiais avec qui j’échange beaucoup. Après avoir fait l’éloge de son 10Km, je lui fais part du fait qu’Emir et moi collectionnons nos dossards et qu’avoir du les restituer à l’issue de sa course nous avait fendu le cœur. Aussitôt, l’organisateur réagit en proposant de remplacer les dossards par les puces afin de participer au tirage. Un grand bravo à ce monsieur qui prend en compte les remarques des coureurs !

Sans surprise, nous repartirons bredouilles, dans la voiture bleue des Lapins.

Terminons cette matinée avec un dernier déboire : la voiture bleue ne voulant pas démarrer, nous sommes à nouveau réanimés par un lecteur du numéro 346 de Jogging International qui nous a reconnu.

L’avis des Lapins Runners

 

Points forts de cette corrida :

  • organisation impeccable
  • ambiance conviviale et bon enfant
  • ravitaillements très copieux
  • course qui convient aux coureurs recherchant le fun ainsi qu’à ceux cherchant la performance
  • un package particulièrement généreux (deux t-shirts pour les coureurs déguisés, une très belle médaille).

Points d’amélioration :

  • une ambiance musicale plus présente serait très appréciée
  • des dossards nominatifs contribueraient à la bonne ambiance de cette course, favorisant les encouragements personnalisés

Il est temps de partir pour la seconde Corrida du jour, celle de Colombes, de l’autre côté de Paris, à 15h30.

Colombes est une autre corrida symbolique pour nous : elle est la course de nos records personnels à tous les deux :

  • Carole : 47’52’’ : 12,5 Km/h
  • Emir : 39’49’’ : 15 Km/h

Comment allons-nous l’aborder cette année ? Vous le saurez très vite dans le second compte-rendu de cette journée à double corrida !

Les Lapins Runners.
carottes petit

Commentaires
Réagissez