Les Lapins Runners terminent 2013 avec la corrida de Houilles !

 

Affiche-corrida-2013_LC_lightboxLa voici enfin, notre dernière corrida de 2013 ! La corrida de Houilles est la 48ème course de l’année et 6ème à laquelle nous participons à nouveau. Alors que la course populaire n’existait pas encore l’année dernière (ou plutôt, existait au format 6.9 Km), nous avions participé à la « course des As » au niveau tellement élevé qu’elle nous avait valu un petit coup au moral. Nous n’en sommes sortis que plus déterminés à vaincre nos propres performances.

Ceci dit, cette fois-ci, le but initial ne sera pas le RP. Emir a toujours quelques séquelles de la Saintélyon et ne préfère pas violenter son corps en cette fin d’année. Carole a également une douleur osseuse à la jambe probablement due à une augmentation de la fréquence de ses sorties running, en accord avec les objectifs que vous connaîtrez très bientôt dans notre futur bilan de 2013 (publication prévue : janvier 2014).

Venons-en maintenant au vif du sujet.

L’événement

Au programme de la 42ème édition : deux corridas de 10 Km.

  • Une corrida populaire permettant à tout le monde de participer à 14h45
  • Une « course des As » internationale, qualificative pour les championnats de France, réservée aux coureurs licenciés et capables de fournir un justificatif de performance de moins de 38 minutes pour les hommes et de moins de 42 minutes pour les femmes … vous voyez le niveau ?

En parlant de niveau, l’une des nouveautés 2013 de la course des As est l’obtention du label international Bronze de l’IAAF. Petit point de culture ? Bon d’accord.

l’IAAF – International Association of Athletics Federations
PERMIT_RRB_LABEL_FULL COLOURL’IAAF (en français L’Association internationale des fédérations d’athlétisme) est l’association chargée de régir les fédérations d’athlétisme et d’organiser les compétitions internationales. Elle a été fondée le 17 juillet 1912 à Stockholm et son siège est situé à Monaco.

L’IAAF propose trois niveaux de Labels attribués à des courses répondant à des critères bien précis, faisant l’objet de rigoureuses évaluations. Pour obtenir un Label, justifiant de la qualité organisationnelle et du niveau d’une course, l’organisateur doit faire parvenir sa demande à l’IAAF, en justifiant l’éligibilité de la course proposée. Une petite sélection des critères d’éligibilité des courses au Label Bronze :

  • Les coureurs « élite » doivent pouvoir justifier d’une performance de 29:30 pour les hommes et 37:00 pour les femmes dans les 36 mois précédant la compétition
  • Un minimum de quatre contrôles anti-dopages
  • Mesurage officiel du parcours par l’IAAF
  • Interdiction d’échanges de ravitaillement inter-concurrent ou usage de ravitaillement non officiel

Plus d’information sur ces critères sont disponibles sur le site officiel de l’IAAF.

Pour nous, ce sera donc la course populaire ! Première surprise à l’inscription : la corrida est gratuite ! Voilà qui fait beaucoup de bien en cette fin d’année, le compte en banque ayant été frappé par les dépenses de Noël.

Le jour J, 29.XII.2014, nous quittons le terrier à 12h55 pour courir à 14h45 avec 1h30 de transport à prévoir… Un pari un peu risqué, mais pourquoi changer une équipe qui gagne ? Les transports nous font une faveur, RER B et A fonctionnent parfaitement bien. À Châtelet – Les Halles, nous croisons un runner. Deux hypothèses :

  • Il est aussi en retard que nous (mais lui n’a pas de sac à déposer à la consigne)
  • Nous ne sommes pas si en retard que nous le croyons.

Ce sera la deuxième option : nous atteignons notre destination à 14h15. Un fois sur place, les souvenirs de l’année passée resurgissent, les lieux nous sont connus. Alors que nous nous apprêtons à retirer nos dossards au marché (oui, le marché couvert a été aménagé pour l’occasion), nous croisons Adrien que nous avions notamment retrouvé à la Saintélyon, début décembre. Après quelques instants d’échanges « runnosphériques », nous apprenons qu’Adrien fera la course des As. Notre ami, qui peut se le permettre, vise un joli 37’00. Nous lui souhaitons de parvenir à ses fins.

Notons que nous ne sommes pas non plus en avance, et qu’il est temps pour nous d’aller retirer notre « kit de course ». Une fois en sa possession, nous nous préparons dans la mairie de Houilles, joliment décorée à l’occasion des fêtes de fin d’année. Quelques minutes plus tard, nous rejoignons la ligne de départ où nous remarquons bon nombre de runners déguisés, dont beaucoup sur le thème de Noël.

14h45 : C’est parti !

La traditionnelle photo du sas de départ

La traditionnelle photo du sas de départ

Notre objectif commun : suivre et (pourquoi pas) rattraper la flamme jaune, le meneur d’allure des 50 minutes que nous voyons au loin, noyé dans la foule.

Nous redécouvrons le parcours composé de trois boucles dans les rues de la ville de Houilles.

Premier tour :

Nous nous élançons sous les commentaires enjoués du présentateur.

Compte tenu de fait que nous figurons parmi les derniers coureurs à nous élancer sur la course, nous devons doubler en masse afin de rejoindre notre peloton. Ceci s’avère difficile. Les allées sont étroites et la course populaire a attiré beaucoup de coureurs de tout niveau. Notre vitesse est bien en deçà de notre objectif 50’. Il va falloir que le trafic se fluidifie rapidement pour avoir une chance de rattraper notre retard.

La boucle comporte une côte assez sévère aussitôt suivie d’une descente.

Quelques souvenirs remontent. L’année dernière, alors que je tentais de passer sous la barre des 40 minutes, cette côte m’avait donné bien du fil à retordre.

Petit parcours aidant, les supporters sont très présents et nous acclament vivement à chaque passage ! L’organisation a également prévu deux orchestres au début et en fin de boucle pour motiver les coureurs.

Les commentaires du présentateur sont audibles tout au long du parcours au travers du système de sonorisation de la ville. Nous vivons vraiment un événement riche en ambiance !

Nous rattrapons, une fois de plus (après Thiais et Issy), le serveur du Tertre, dans son déguisement traditionnel. Notons que notre ami parvient à la fois à tenir son plateau et à nous serrer la main ! Rappelons au passage que nous serons présents à sa course, les foulées de Montmatre, le 22.III.2014.

En toute fin de boucle, nous retrouvons Adrien qui acclame les Lapins de tout son cœur !

Deuxième tour :

Nous nous en tenons au plan : nous continuons de nous approcher, doucement mais sûrement, de la flamme jaune !

Je sens que Carole est en train de tout donner pour sa dernière course de l’année !! J’intensifie mes encouragements.

En fin de deuxième boucle, un supporter s’exclame : « le lapin rose, il a du mal à respirer ! ». Tout est dit !

Troisième tour :

Ca fait longtemps que je n’ai pas été autant dans le rouge. Je ne dois pas faiblir. Je garde en tête que c’est dans les moments où ça fait très mal qu’on progresse. Le spectacle ne doit pas être joli à voir : Je cours la bouche grande ouverte afin de puiser le plus d’air possible, le regard fixé au ciel de Houilles, en quête d’un secours divin.

Le meneur 50’ est tout proche. Nous nous payons le luxe de le dépasser l’espace d’une minute.

Au 8ème kilomètre :

Mon lapin disparaît subitement. Je commence à m’inquiéter. Je crie « Emir, Emir ! ». Personne ne répond. Je me retourne. Emir n’est plus là. J’espère qu’il ne lui est rien arrivé. Je m’en veux de ne pas lui avoir demandé comment il allait. Dans l’affolement, je me prends les pattes dans un dos d’âne et faillis me ramasser en beauté. Mon moral est en chute libre, je me sens ralentir. Mon lapin réapparaît, enfin. Je reprends du poil de la bête.

L’application Nike+ ayant buggué lamentablement après une tentative de photo de ma lapine, je me suis stoppé quelques instants pour tenter de la relancer … Dorénavant, je me servirai de l’application « appareil photo » classique.

Dernière ligne droite :

Je n’ai plus du tout de gouache pour accomplir un sprint final !

Je suis tout heureux de voir enfin la dernière ligne droite, symbole de la délivrance prochaine de ma Lapine qui est au-delà du rouge (sûrement dans le violet). Voyez le contraste de la situation :

La dernière ligne droite, la délivrance

La dernière ligne droite, la délivrance

C’est fini ! Nous bouclons les 10Km en 50’20’’ ! Bien que nous passons la ligne après le meneur 50’00, nous sommes enfin parvenus à suivre un meneur du début à la fin d’une course !

Je suis ravie de ce chrono. Cela faisait longtemps que je m’étais pas autant approché des 12Km/h sur un 10Km. Je remercie mon Lapin qui n’a eu de cesse de m’encourager et sans qui j’aurais très certainement fait moins bien.

Tout comme l’année passée, nous récupérons un joli porte-clés très bien fini en guise de récompense.

Récompense de la Corrida de Houilles

Récompense de la Corrida de Houilles

Nous ne nous attardons pas au ravitaillement composé uniquement de boissons chaudes. C’est un comble, il n’y a pas une goutte d’eau en vue ?! Pas non plus de ravitaillement solide, si ce n’est un stand de crêpes (payant) complètement assailli par les runners avides de glucides.

Nous échangeons avec Cédric ainsi que son père, que nous avions rencontré au marathon de la liberté, à Caen six mois plus tôt. Le monde de la course à pieds est petit ! Nous faisons la rencontre impromptue du Christ (très convaincant), accroché à son crucifix ! Jésus a l’habitude de courir des marathons festifs (Médoc, Sauternes). Nous aurons certainement l’occasion de le retrouver.

Le Miracle de fin d'année

Le Miracle de fin d’année

Nous poursuivons les rencontres : voici notre ami Marc au niveau la mairie, qui nous raconte sa course. Marc, qui s’est entraîné pour l’événement avec sérieux, a couru devant le meneur 50’. Il a effectué une jolie progression depuis la corrida de Thiais ! Félicitations Marc !

Nous nous rendons ensuite le long du parcours, près du départ, pour assister à un grand spectacle : celui de la course des As !

Tout comme l’année dernière, Dominique « ChauChau » Chauvelier est Guest Star de l’événement et également présent sur la course des As.

Au top départ à 17h00, le sas part comme une fusée ! En à peine 15 secondes, plus aucune trace de coureur dans la zone de départ !

Au second tour, nous encourageons Adrien qui passe à toute vitesse. Une véritable flèche orange :

Adrien, la flèche orange

Adrien, la flèche orange

Les coureurs sont impressionnants ! Un homme en particulier se distingue des autres : un Kenyan ( ?) aux foulées gigantesques.

Le présumé Kenyan, Cornelius Kangogo, terminera premier de la course en 27’56’’.

Je suis littéralement scotchée par les féminines. Je ne manque pas de toutes les encourager ! (Il faut dire, elles ne sont pas nombreuses).

L’année prochaine, mon Lapin, qui aura au préalable réalisé un 10Km en 38min courra parmi ces as. Me concernant, je me donne cinq ans pour être de la partie ! 😀

Un grand bravo à Adrien qui est parvenu à terminer sa course en 36’59 » pour un temps retenu de 37’00 ». Nous sommes en admiration absolue, toutes nos félicitations !

Merci à vous les amis, d’être aussi nombreux à nous lire et à nous encourager. Merci d’avoir contribué à rendre cette année 2013 aussi belle qu’elle l’a été.

Maintenant, place à 2014 !

Maintenant, place à 2014 !

Quoi de mieux pour commencer l’année 2014 qu’un marathon ? Dimanche prochain (05.I.2014) et pour la 13ème fois de leur carrière, les Lapins Runners affronteront la distance mythique de 42,195Km. Cette fois-ci, ce sera à Cernay-la-Ville pour la toute première édition de son marathon ! Vous aurez donc très bientôt de nos nouvelles pour le compte-rendu du marathon, ainsi que pour notre bilan de l’année 2013.

A très vite les amis !

Les Lapins Runners.

carottes petit

 

 

Commentaires
Réagissez