Les Lapins retardataires au semi-marathon de Saint-Witz !

Un petit semi inédit dans le cadre de notre « prépa MDS » ? Avec plaisir ! Ce sera le semi de Saint Witz du 15/03 après-midi. Notre ami Thando sera aussi de la partie et, de sa grande gentillesse naturelle, il nous propose de nous y conduire. Que demander de plus ?

ban_accueil_2014

 

La course-cous, vous connaissez ?

 

CouscousIl s’agit d’un concept inventé par les Lapins Runners consistant à se nourrir abondamment de délicieux couscous juste avant de participer à une course à pied. Les effets sur les performances sont généralement négatifs.

Après une semaine très chargée sur le plan professionnel, c’est très volontiers que les Lapins ont accepté la généreuse invitation de Mina, amie de Carole. Une soirée couscous entre amis vendredi soir, rien de tel la veille d’un Semi-marathon ! C’est le ventre rempli à ras bord de semoule, thé, et pâtisseries orientales que nous regagnons notre domicile de Noisiel à 00h30.

 

Un chauffeur amateur de suspense

 

Jour-J : debout 12h00. Nous estimons que c’est mérité. Notre ami Thando arrive dans 2h pour nous récupérer et nous conduire sur les lieux de notre course commune. Estimons que nous avons le temps, nous nous préparons à vitesse tortue.

Conséquence de la course-cous, nos estomacs ne sont pas parvenus à assimiler les mets raffinés de la veille. Nous allons devoir courir alourdis par nos joyeux excès.

14h00 : nous sommes prêts (ou presque). Thando nous passe un coup de fil indiquant qu’il aura du retard. Rien de méchant, le départ est donné à 15h15.

Ah quand même

Ce serait pas mal qu’il arrive bientôt, non ?

Les lapins jouent à regarder passer les voitures : « celle-là, c’est Thando !! », « ah non … », « Ah voilà, ça c’est Thando !! », « hmm, non ». Nous évoquons l’éventualité de substituer le semi de Saint Witz à celui du parc de Noisiel (notre terrier de prédilection), regrettant quelque peu notre investissement des 13€ / Lapin.

Tout à coup, à 15h06, une voiture s’arrête à notre niveau : le voici ! Nous grimpons et nous mettons en route pour notre épreuve du jour. Notre chauffeur : un Thando toujours aussi déterminé à faire ce semi !

Au cours du voyage, après un petit clin d’œil à nos confrères prenant le départ à 15h15, nous oublions, au fil des discussions, que nous sommes complètement en retard.

 

La course des Lapins retardataires !

 

C’est à 15h55 que nous prenons le départ, soit 40 minutes après le départ officiel. Le semi de Saint-Witz propose un parcours champêtre vallonné, rappelant Cernay, en deux boucles de 10,5km. A environ 30 km de la capitale, nous nous retrouvons dans un étonnant paysage campagnard, sous un ciel bleu, qui nous fait totalement oublier les multiples mises en garde du niveau critique de pollution de l’air parisien.

Bien que nous soyons (très) en retard, nous ne sommes pas seuls : nous sommes rattrapés par les coureurs terminant leur premier tour. Nous formons un peloton de trois personnes avec Thando qui effectue une sortie longue dans le cadre de sa préparation au marathon de Paris.

Les supporters sont en nombre limité, donnant une ambiance familiale à ce semi-marathon. Notre statut de Lapins coureurs retardataires est la cause de quelques incompréhensions de la part des bénévoles supporters : « ah voici la première femme ! Bravo ! ». Nous prenons, ça fait tout de même bien plaisir d’être la star du moment.

Il n’y a pas à dire, c’est très amusant de se faire passer pour la première femme d’une course! Il semblerait en plus que je sois crédible! 😀

C’est en fin de première boucle que nous vivons l’un de nos moments favoris : les acclamations des lapins à l’arrivée. Aujourd’hui, le moment est particulièrement insolite de par son ironie. En réalité, bien que le chrono officiel affiche 1h40, nous n’en sommes qu’à notre première boucle. Alors que nous contournons tranquillement l’arche d’arrivée pour entamer notre second tour, le commentateur sportif nous complimente : « hein, mais ils ne s’arrêtent plus ! ».

Nous effectuons notre deuxième boucle seuls, avec une tâche supplémentaire : retrouver notre chemin ! Nous empruntons involontairement un petit raccourci de 100 mètres que nous nous promettons de rattraper à l’arrivée. Un semi, c’est 21,1 km, pas plus, et surtout pas moins !

Bravo Christophe

Bravo Christophe

Notre retard nous permet également de faire la rencontre de Christophe, un moment que nous attendions depuis quelques mois. Christophe est un coureur corpulent et particulièrement courageux qui enchaîne les courses à un rythme effréné ! A titre d’exemple, voici son programme du week-end (15 et 16 mars = 52,2km) : Semi de Saint-Witz samedi et Foulées de Clichy puis Semi d’Antony dimanche. A cette occasion, Christophe nous annonce sa participation aux championnats de France de 24h. Christophe, bon courage à toi !

En fin de deuxième boucle, évidemment, l’ambiance est différente. Les rares supporters que nous croisons pensent que nous en sommes à 2h30 de course et que nous souffrons. « Allez, bientôt la délivrance ! ». Nous remercions et poursuivons en souriant !

Après un passage devant les mignons petits lacs annonçant la fin du parcours, nous sommes récompensés d’une jolie médaille, de pommes, d’un pot de fleurs jaunes et de canettes de Redbull.

Pendant ce temps, ma femme fait des petits ronds dans l’aire d’arrivée afin de combler les fameux 100 mètres manquants sur sa montre.

De retour au stade, nous assistons à la remise des récompenses. Le vainqueur est David, connaissance de Thando (évidemment Kenyan) qui est venu à bout de l’épreuve en 1h09. Nous négocions tardivement nos t-shirts auprès des organisateurs, et, quelques photos plus tard, nous prenons la direction retour.

Belle expérience ce semi de Saint-Witz en retard ! Après avoir failli nous échapper, nous sommes ravis de pouvoir compter à notre palmarès ce semi à échelle réduite, ambiance très sympathique et cadre champêtre et forestier. Un grand merci à notre ami Thando pour sa contribution à en faire un moment particulièrement inédit. Un grand merci aux organisateurs et bénévoles pour leur patience et leur bonne humeur. Et enfin, un grand merci à vous chers amis, qui nous suivez et nous encouragez toujours plus.

Demain, nous nous confrontons pour la troisième fois à un ultra, l’Ecotrail 80k. Après le 6000D en juillet 2013 et la Saintélyon tout deux partiellement (in)achevés. « Jamais deux sans trois ? » parait-il. Hahah, nous répondons : « impossible n’est pas lapin ». Nous le parcourrons ensemble de bout en bout, avec une petite nouveauté : la Go Pro frontale (merci Nas).

Notre objectif : vivre le moment à fond et devenir finishers !

Nous sommes prêts !

Les Lapins Runners.

carottes petit

Commentaires
Réagissez