Mise en jambes au marathon Touraine Loire Valley

marathon640En ce dimanche 21 septembre 2014, les Lapins Runners s’apprêtent à s’élancer sur leur 20e marathon : celui de Touraine Loire Valley (également connu sous l’abréviation tlv) qui célèbre sa toute première édition. Notre inscription a été motivée par plusieurs raisons : la proximité du marathon (à 3 heures de route du terrier de Noisiel), les dotations très alléchantes (coupe-vent et t-shirt Asics, pasta et paella party), la découverte de la région de Tours et le fait que ce marathon constituait une sortie longue, idéale dans le cadre de notre « prépa » (le mot est fort) aux 100 km de Millau. Accompagnés de Fabrice dans son superbe costume de gangster, nous fêtons également le 200e marathon de Pascal, alias Calou des Kékés du Bocage.

2014-09-21 09.01.04

Fabrice le gangster et les Lapins

L’ambiance bat son plein à Tours ! Aujourd’hui, pas d’objectif chrono. Nous nous positionnons en toute fin de sas avec nos amis déguisés, venus célébrer le 200e marathon-anniversaire de Pascal. Au casting : les power rangers, Jésus en personne, la famille de Pascal reconvertie en troupe d’aviateurs, des pirates, clowns et cochons.

Le départ est lancé !

Nous restons quelques temps au niveau de la queue de course où l’ambiance nous semble être la meilleure. Les coureurs festifs ont improvisé la version déguisée du marathon de Tours. Pierre des kékés du bocage, qui a décidé de courir le marathon en compagnie de son mégaphone high-tech, met de l’ambiance dans cette queue de course en diffusant en pleine rue des tubes des années 80. Ah les jeunes d’aujourd’hui …

Nous courons avec Fabrice le gangster nos premiers kilomètres, qui prend rapidement son rythme de meneur d’allure pour son prochain marathon (Run In Lyon, 4h30). Nicolas de Jogging, qui ne pourra pas courir le marathon en raisons de ses douleurs aux genoux, a tout de même fait le déplacement pour échanger quelques foulées !

Alors que nous avions l’intention d’accompagner Pascal, nous nous rendons rapidement à l’évidence que le rythme n’est pas assez soutenu. Nous courons alors à notre rythme, sans se forcer.

Nous longeons d’interminables champs de maïs. Nous croisons un coureur à contre-sens qui effectue sa petite sortie dominicale et qui pensait certainement pouvoir la faire en toute tranquillité. Un marathonien lui lance : « Hé, qu’est-ce que tu fais, c’est dans l’autre sens la course ! », le coureur du dimanche lui répond « P*****, je ne fais PAS la course !! ». Ce doit être la 50e fois qu’on lui fait la blague. A force, il ne la trouve plus très drôle.

Arrivés au ravitaillement km 5, où le service est assuré par un camp de roms : horreur, il n’y a plus une goutte d’eau ! Certains coureurs sont hors d’eux. Pourvu que cela ne dure pas.

Km 17, nous entrons dans les jardins du château de Villandry : le moment fort de la course. Nicolas ne nous avait pas menti ! Les jardins sont magnifiques. Dommage que la visite soit furtive ! Nous immortalisons ce moment (merci Le Yannou).

2014-09-21 11.12.51

Petite halte dans les jardins du château de Villandry

 

Km 20 : bonne petite halte au stand de ravitaillement où nous avons collecté bon nombre de succulentes barres Gerblé Casino aux amandes.

Puis débute une petite exposition d’épouvantails qui va nous occuper l’esprit pendant une dizaine de kilomètres. Malin ! Epouvantails en formes de loups, bottes de foin, pots de fleurs, Dark Vador, il y en a pour tous les goûts, du moins effrayant au moins effrayant.

Ravitaillement du 30e km: de jeunes osthéos viennent à notre rencontre nous proposer des massages pour mieux repartir. En effet, avec la chaleur, de nombreux coureurs sont sujets aux crampes. L’initiative est appréciable, mais nous ne nous arrêtons pas.

Autant sur un 100 km j’accepte qu’on me répare sans problème (je n’ai pas le choix), autant sur marathon je me vois mal m’arrêter 10 minutes, sauf en cas de ravito de qualité).

Km 38, nous rattrapons Jésus qui a l’air en piteux état.

P1040591

Médaille finisher !

Nous terminons la distance mythique avec un chrono de 4:44:55 : objectif atteint !

A l’arrivée, il nous est décerné une jolie médaille avec un sticker gravé. Après observation, il s’avère qu’il existe une deuxième version de la médaille, bien plus jolie car directement gravée, sans sticker. Pas question d’en rester là, nous entamons un demi-tour pour troquer nos médailles.

Nous récupérons notre assiette de paella dûment méritée que nous dégustons en face des coureurs s’apprêtant à terminer le marathon. Tiens, parlons-en de cette paella : grasse à souhait, composé de morceaux de poulet archi cuits ne tenant pas aux os, riz croustillant… autant d’arguments pour l’éviter ! (Nous l’apprendrons par la suite, la fameuse paella aura été cuisinée par Sodexo : tout s’explique !)

Arrivée de Pascal et ses amis

Arrivée de Pascal et ses amis

Nous assistons à l’arrivée de Pascal et ses amis qui s’apprêtent à clôturer le marathon avec un chrono de 5h58. Chapeau à eux, chapeau Pascal !

Bilan de cette première édition du marathon Touraine Loire Valley :

Malgré le faux pas au ravitaillement du 5e km avec l’absence d’eau et la paella qui laissait franchement à désirer, la première édition du marathon est un beau succès. Avis aux amateurs d’épis de maïs, d’ambiance (important événement local), d’épouvantails insolites et de barres de qualité, ce marathon on ne peut plus champêtre est fait pour vous !

Merci à vous les amis de nous suivre, on se retrouve très vite après le marathon de Essen (Allemagne) !

Les Lapins Runners.

carottes petit

 

Réagissez