Les foulées Charentonnaises : troisième round

20150215-31e-foulees-charentonnaisesNous y voilà. Dimanche 15 février, nous nous apprêtons à fouler pour la 3e fois consécutive (déjà 3e fois !) les 15 kilomètres des foulées Charentonnaises. Comme chaque année, un grand rendez-vous des coureurs de région parisienne, sur une distance atypique.

10h00 : arrivée au gymnase Nelson Paillou. Une fois les goodies récupérés (cette année, un joli bonnet d’aviateur molletonné) et les affaires déposées aux consignes, nous nous rendons au départ, accompagnés de l’ami Pascal. Nous sommes en toute fin de sas, promesse de remontée difficile. C’est le prix que nous payons de manière quasi systématique, tant l’habitude d’attendre les derniers instants pour rejoindre le départ est ancrée.

A quelques secondes du passage sous le sas de départ, mon Lapin m’annonce qu’il va courir avec moi. Je suis ravie ! Je crois que l’idée de courir plus d’une heure toute seule ne m’emballait pas des masses.
Depuis une semaine, ma douleur au tibia a pris de l’ampleur mais je ne m’inquiète pas trop. J’ai l’espoir que chauffée, je ne sois pas trop bridée.

Ce dimanche, j’avais initialement prévu de courir avec Bernard mais mon état et mon humeur du jour ont fait pencher la balance vers un choix adapté : courir en compagnie de ma femme et, si la forme nous le permet, vivre un RP sur 15km avec elle. Je profite de ce passage pour rendre hommage à la performance de Bernard : un grand bravo à toi !

Les 3-4 premiers kilomètres sont très difficiles car nous devons slalomer sans arrêt. Nous consommons de ce fait de l’énergie et perdons de précieuses et nombreuses secondes.

Ce n’est donc qu’à partir du km 5 que nous pouvons nous épanouir.10408176_993818233979852_7079475692670421640_n

C’est la première fois que je parcours une distance aussi longue avec mes fivefingers. Jusqu’à présent, j’ai à mon actif deux 10 kilomètres à leurs côtés. Je suis bien curieuse de savoir ce qu’elles vont donner sur un 15 km.

Nous retrouvons les copains sur le chemin : Marc, Frissou, Isabelle, Francine et Marc, Chantal et André. Giao est également de la partie pour nous prendre en photo.

Je décide que ma mission secondaire du jour sera de repartir avec des photos souvenir de tous les amis qui auront eu le bonne idée de croiser de mon chemin. Alors que je pique l’un de mes traditionnels sprints pour prendre des photos, une voix m’interpelle « Emir, tu as le bonjour de Krisboul ». Incroyable, il y a 5 ans, j’étais assis dans sa salle de classe et aujourd’hui, je cours avec ! Anne-Sophie, c’était un plaisir de te croiser, particulièrement dans de telles circonstances, après plus de 5 ans. Le monde de la course à pied est décidément une source de rencontres qui me surprendra toujours.

Même si le départ est quelque peu éloigné par rapport aux deux années précédentes, le parcours reste inchangé. La connaissance de ce dernier permet une bonne gestion de l’effort pendant la course.

2015-02-16 09.57.50

Nous atteignons le km 10 en moins de 49 minutes, ce qui me satisfait amplement compte tenu la galère vécue des premiers kilomètres. Je fais part à mon Lapin de mon souhait de finir avec une vitesse moyenne supérieure à 12 km/h. Il me garantit de m’y emmener, je n’ai plus qu’à le suivre pour cela.
Km 14, nous retrouvons avec surprise une jeune femme que j’avais dépassée sur le sprint final à Malakoff. Bien décidée à la doubler à nouveau, j’accélère le pas, passe devant sans trop de mal. Ma rivale ne semble pas prête à ne pas se laisser faire. Dommage, j’aurais apprécié le challenge.

Nous terminons sur une belle accélération, qui ne se fait pas, comme vous pourrez le constater, sans difficulté.2015-02-16 14.48.27

Accueillis par Joséphine de Simalti, supportrice du jour, nous sommes enfin décorés de la jolie médaille des foulées Charentonnaises.

A présent, direction le gymnase où nous retrouvons Virginie, qui a performé ce matin, atteignant la 9e place de sa catégorie SEF ! Un grand bravo à toi Virginie !

Quant à nous, nous terminons en 1h13’00 (contre 1h17’24 en 2014 pour la Lapine). Une jolie progression !

Les sensations en Fivefingers ont été très bonnes. Les courbatures aux mollets seront au rendez-vous dès le lendemain.

Merci à tous pour votre soutien, autant lors des courses que sur la toile. Nous sommes de plus en plus nombreux (bientôt 500) sur la page facebook des Lapins Runners, et ça, c’est un très beau cadeau que vous nous faites ! Un grand merci à nos amis coureurs ainsi qu’à nos lecteurs qui nous saluent et échangent avec nous. Vous contribuez en grande partie à faire de nos dimanche matins, depuis plus de deux ans maintenant, des moments mémorables.

Samedi 28 février, nous serons présents au dernier entraînement de l’Ecotrail à Buc. D’ici là, (s)portez vous bien !

Les Lapins Runners.

carottes petit

 

Commentaires
Réagissez