Réconciliée avec les 10 km aux foulées de Malakoff

La révélation

Tout commence un samedi 24 janvier 2015 où pour mon anniversaire, je reçois de la part de ma famille une paire de Vibram FiveFingers, modèle Bikila Evo. Depuis un moment déjà, je ne cache pas l’envie de tester une paireBikilaEVO-W_BlackYellow-Hero600x442 de minimalistes. Cette envie a atteint son point culminant lorsqu’un fameux samedi 17 janvier, à l’occasion d’un entraînement à l’Ecotrail de Paris, je rencontre Virginie, adepte inconditionnelle de Vibram qui me fait part de ses superbes sensations depuis qu’elle les chausse depuis plus d’un an déjà.

A peine le cadeau déballé, je chausse ces trésors. Et bien, il me faudra bien 10 minutes pour en venir à bout, à tel point que je commence à m’inquiéter du temps que va me prendre le chaussage à chaque sortie. Je me demande si mes pieds sont bien compatibles avec ce type de chaussures.

Lundi 26 janvier, je fais mes premiers pas en Vibram avec mon lapin lors d’un entraînement nocturne. Cette fois-ci, je les enfile en moins d’une minute. Le constat est immédiat : je me lâche complètement, les chaussures m’emmènent où elles veulent. Je ressens une euphorie très particulière. Je cours sans retenue. Je me retrouve dans le corps d’une enfant de 7 ans. J’ai comme l’impression de courir pieds nus, ma foulée est complètement modifiée. Je ne cours pas, je joue, je m’amuse. C’est une sensation extraordinaire. En plus de ça, mon euphorie me fait aller vite.

Lors de cette sortie, je vois bien ma lapine qui court avec une foulée transformée, particulièrement dynamique. Je me garde d’en parler sur le moment.

Les 41e foulées de Malakoffmalakoff

Dimanche 1er février a lieu les foulées de Malakoff. Cela fait un long moment que je n’ai pas couru de 10 km. Le dernier en date est celui de Torcy le 3 août dernier où j’avais fait un temps de 53min26.

Depuis des mois, je me trouve lente, je déteste ça. La faute aux ultras qui ont bien amoché mes jambes. Certes, on a beau dire qu’il faut savoir choisir entre faire du long ou du rapide, je n’arrive pas à me décider : j’aime les deux.

Cela fait donc 6 mois que je n’ai pas participé à un 10 km. Je suis stressée. Je ne sais pas du tout à quoi m’attendre. 50 min ? Je serais tellement heureuse ! Sub 50 min ? Pff, même pas en rêve !

Je décide d’enfiler mes Vibram pour la course. C’est mon premier test minimalistes en compèt. Si j’enregistre un mauvais chrono, je pourrais ainsi me décharger de toute responsabilité ! Le parcours de Malakoff étant réputé difficile et ayant une gêne au tibia, me voici déjà armée de trois mauvaises excuses en réserve en cas d’échec. Ouf, je peux partir sereine !

20150131_145706

Le trio animalier de choc !

Nous nous positionnons sur le départ. Il y a déjà du monde. J’ai beaucoup de mal à remonter la file pour rejoindre le meneur 50 min. Je suis finalement placée derrière le meneur 55 min.

Le départ est lancé par des sortes de mini vagues. Je peine beaucoup à doubler. Je veux doubler le meneur 50 min. Comme je ralentis naturellement sur les courses, il me dépassera naturellement.

Je le double rapidement malgré les efforts fournis à slalomer entre les coureurs.

Je croise Marilyn avec qui je parle brièvement. Je lui fais part de mes inquiétudes quant au fait que j’ai l’impression que le meneur est trop lent, tandis que Marilyn semble plutôt d’avis qu’il est dans les temps.

Je continue ma route en accélérant. Je m’éloigne du meneur 50 minutes.

Je me sens très bien. Je double pas mal de monde. Je me sens légère. C’est bien la première fois que je vis aussi bien un 10 km. On est loin de tous les 10 km où j’ai enduré de sacrés calvaires.

Les montées sont des petites difficultés auxquelles j’ai plaisir à faire face et les descentes sont de superbes occasions pour lâcher les chevaux.

Je lis le sol comme on lit du braille, j’adore cette sensation. Mes pieds en contact des pavés provoquent un petit picotement presque agréable.

Je passe les 5 km avec au compteur 24 min et quelques sur l’écran. Je ne regarde pas du tout ma montre. Je suis ravie de ce chrono. Comme je vais naturellement ralentir, je peux peut-être espérer un 50 min !

Le miracle s’opère, je ne ralentis pas.

J’ai dans un coin de ma tête la stratégie de course de Gros Joggeur qui consiste à adapter sa vitesse au profil de la course (au préalable étudié sans doute dans les moindres détails !). J’évite ainsi de trop me cramer dans les montées, au risque de ne plus pouvoir relancer.

Je rattrape « course de Neuilly », un V2 (ou V3) avec qui j’avais pas mal couru l’année dernière aux foulées Charentonnaises. Je le reconnais à son t-shirt. Cela me fait très plaisir de le voir !

8e kilomètre, j’ai les sushis du déjeuner qui refont surface (au sens figuré). J’ai un peu mal au ventre mais c’est supportable. Il faut tenir le coup. J’essaye de faire abstraction de cette gêne.

Je regarde ma montre : Plus que 700 mètres. Moins de deux tours de stade. Je commence à accélérer. J’en ai encore sous le pied.

J’ai l’arche en ligne de mire, je tente un sprint.

10835396_875917762461094_2769038545508895487_o

Je passe la ligne d’arrive. Ma TomTom le dévoile un … 47min37 !

Incroyable j’ai mon RP ! Je suis submergée d’émotions, j’en pousse un cri de joie ! Ma joie est d’autant plus intense que mon précédent RP datait de Mathusalem !

10kmMalakoff

Aussi étonnant soit-il, j’avais eu aussi de superbes sensations lors de mon dernier RP à Colombes en 2012. Je n’ai qu’une hâte, annoncer mon temps à mon Lapin !

Après avoir terminé en 42 min et des poussières à 100 m derrière Bernard, je discute avec Amadou et Gui de la galère que nous venions de vivre. Un parcours très difficile ces foulées Malakoff ! Je fais demi tour pour aller prendre ma Lapine en photo. Après plus de 10 minutes, je ne la vois pas passer. Deux idées traversent mon esprit :

  • Elle est déjà passée, avant même que je ne fasse demi-tour. Cela veut dire, permettez-moi l’expression, qu’elle a tout déchiré avec ses Five Fingers du futur.
  • Elle n’est pas passée : elle a eu un soucis avec ses Five Fingers testées pour la première fois sur un 10 km.

C’est alors que je reçois un texto : « je suis à côté l’arche d’arrivée ». C’était l’option 1. Je suis fier.

Ensemble, nous assistons à l’arrivée d’Angélique qui s’apprête à boucler son tout premier 10 km. Un grand bravo à elle qui s’est battue et fait honneur à l’association L214 dont elle porte si bien les couleurs !

2015-01-31 16.11.55-2

Angélique, championne de sprint !

 

Me voici enfin réconciliée avec les 10 km, cette course qui jusqu’à présent était synonyme de souffrance et d’efforts intenses.

Aujourd’hui, je me suis régalée, et je ne compte pas m’arrêter là.

Dimanche prochain, nous serons aux foulées de Vincennes. Je ressens une certaine pression après avoir enregistré ce chrono. Etait-ce un coup de chance ? Dois-je le en grande partie à mes chaussures ?

J’en aurai le cœur net dimanche.

Affaire à suivre.

Carole

carottes petit

Commentaires
  • Peachoune dit :

    J’adore ce texte!
    Félicitation pour ton temps record!

  • Francine dit :

    bravo super ton récit quelle belle foulée à ‘arrivée .
    ont ce voie a Charenton !!

  • bblinou83 dit :

    Bravo! J’ai aussi des vibram mais pour le moment essayés une seule fois.
    Je n’ai pas l’habitude de courir sur la pointe. Du coup, j’ai été 2 semaines avec des mégas courbatures à descendre les escaliers à reculons et faire 3km de courses à 9km/h.
    La semaine prochaine, je recommence mes tests. Maintenant que les muscles sont formés ça devrait mieux se passer.

    • Carole dit :

      Coucou bblinou83 ! A mon avis, les courbatures sont inévitables quand on se met aux minimalistes.
      Tu m’en diras des nouvelles !! En espérant que tes prochains tests soient concluants.

  • FireRasta dit :

    Félicitations pour ce RP.
    Je suis en pleine réflexion sur le minimalisme et je pourrais te poser 20000 questions sur le dujet.mais pour faire court, je vais m’en tenir a une seule (ou peut etre 2…)
    Sur la photo du sprint, on dirait que ti attaques ta foulées par le talon. Est ce que tu as couru avec une foulée classique ou sur la pointe des pieds?
    Allé je fais qu’une seule question, sinon ca va être trop long.
    Encore félicitations et j’espère a dimanche . Biz a vous 2

    • Carole dit :

      Merci Jérôme 🙂
      Je t’avoue que je ne me pose pas du tout la question à savoir comment j’attaque ma foulée. Toutefois, je ne pense pas l’attaquer par la pointe des pieds… Je ferai plus attention à ça lors de mon prochain entraînement.
      On en parle dimanche avec grand plaisir !
      Bises

  • Chantaki dit :

    Bravo Carole!!! Tu as tout déchiré! Merci pour ce chouette récit 🙂 bises

  • Si vous vous mettez à être performants du 10 km jusqu’à des distances dont je n’ose pas encore parler, ça devient presque affligeant! 😀
    Bravo pour cette course, et pour le finish, avec tes Vibram on dirait que tu as une foulée de pistarde!!

Réagissez