Les 100 km de Steenwerck Run & Bike des Lapins Runners

affiche_2015_vignetteCette année, les 100 km de Steenwerck célèbrent leur 40e édition. Promesse d’encore plus de festivités, nous sautons le pas et nous inscrivons à la « course du matin », version limitée à 13 heures et réservée aux « athlètes confirmés » (ça fait peur !). Le challenge est de taille : aucun de nous deux n’a encore bouclé un 100 km en moins de 13 heures et l’événement a lieu seulement 10 jours après le Trail Yonne (110 km). Le Lapin blessé au tibia gauche depuis, décide finalement de ne pas prendre le départ et de m’accompagner en vélo. Un excellent compromis qui permet à la fois de ne pas solliciter ce tibia capricieux et de participer à l’événement. C’est ainsi que nous partons pour un « Bike & Run » à la sauce Lapins !

100 km steenwerck 2015 269 (Copier)Au petit matin de ce jeudi de l’Ascension (6h00) et après un petit brief de l’orga sur le parcours qui nous attend, me voici partie pour ma 3e épreuve de 100 km (après « Self Transcendance » – 2013 – et Millau – 2014). Le départ se tient en comité restreint, nous sommes une petite cinquantaine inscrits à cette version et il est clair qu’au vu de mes compagnons de course et de mon look, je n’ai vraiment pas l’air d’être une concurrente crédible.

Je trouve au contraire que Carole est très crédible mais c’est parce que je la connais. Effectivement, les oreilles de Lapin ne plaident pas en la faveur d’une image d’athlète aguerrie, mais c’est bien ce que nous cherchons.

Je pense être rétablie du trail Yonne et ne présente pas de blessure significative. Comme très souvent, mon ventre manifeste sa présence mais la douleur est largement supportable. Le Lapin, occupé à déposer nos affaires aux consignes, me rejoint peu après sur sa monture.

parcours steenwerckLe parcours est composé de trois tours de 31,43 km, chaque tour étant composé de deux boucles (jaune et rouge), chaque boucle mesurant plus de 15 km. Pour atteindre 100 km, nous commençons par parcourir une toute première boucle bleue de moins de 10 km dans le village. Pour plus de précisions, le plan ci-joint fournit les informations précises.

Sur les premiers km, je suis en toute fin de peloton avec un concurrent seulement derrière moi. Voilà qui ne met pas en confiance.

Très vite, je vois mon allure moyenne diminuer et me fais bataille pour la maintenir. Mes yeux sont rivés sur l’affichage « 6:06 /km« .

Nous faisons la connaissance de Dominique et son suiveur en vélo avec qui nous prenons plaisir à discuter. Dominique espère boucler sa course en 12h00. Il a l’air bien parti pour !

Passé le premier semi et après une première halte au gymnase, nous redémarrons. Je suis un peu déçue du contenu des ravitaillements, pauvres en aliments salés (absence de cube de gruyère, de charcut). Je me nourris exclusivement de morceaux de sucre et de Coca.

En ce qui me concerne, j’apprécie les ravitaillements. Je me prépare des petits sandwiches à la mimolette à emporter de temps à autre.

2015-05-14 08.51.37Passé le 37e km, je commence à être dans le dur. Emir me propose de mettre en marche la playlist des tubes des années 90 qu’il m’a préparé la veille. C’est donc au rythme de Gala, d’Eve Angeli, et de Florent Pagny que je parviens à maintenir mon allure et mieux encore, à garder le moral !

Emir est aux petits soins pour moi, me demande régulièrement si j’ai besoin de quelque chose.

Nous passons le marathon au bout de 4h32 de course, à savoir avec 30 minutes d’avance par rapport à Millau en septembre dernier. Je m’étais fixée 4h30 sur le premier marathon : objectif réussi !

Le passage du 50e km est une jouissance : nous voici partis pour la seconde moitié de la course. Le plus dur est derrière moi !

En réalité, le plus dur est devant. Les 50 premiers kilomètres incluent tout le début de course qui se fait aisément, le corps étant encore frais. Evidemment, ce n’est pas le type d’information qu’il faut donner à un coureur de 100 bornes pendant sa course :p

Quelque part dans les environs, je retrouve David F. et ses compagnons de course, encore en lice sur sa course 24h00. David me déconseille la soupe au ravito au risque de vomissements et m’annonce l’arrivée imminente de la pluie.

A partir du 57,8 km, j’arrête ma première montre et démarre la seconde. Il reste exactement un marathon à parcourir et il me reste pour cela 6h40 ! Je me visualise sur le marathon de Essen (mon marathon le plus lent, bouclé en pas loin de 5 heures, alors que j’étais blessée) et me dis que je suis encore dans les temps.

Malheureusement et conformément au présage de David, la pluie s’invite à la fête, et pas qu’un peu ! Nous voici rapidement trempés.

De temps à autre, je fais la lecture des tweets d’encouragement à Carole qui se sent soutenue. Merci à tous pour votre contribution très active ! Malheureusement, l’arrivée de la pluie rend très difficile la lecture des tweets…

Carole, Jerome, DavidNous regagnons le gymnase au 68e km, où nous retrouvons Jérôme et David. « Tu as fait le plus dur », « Force et honneur ! », « Tu es impressionnante » : devant tant de paroles encourageantes, je ne peux qu’être reboostée (même si j’en ai pas franchement l’air). Merci merci les gars !!

Nous repartons. Je veux y croire. C’est la dernière fois que je parcours la boucle rouge.

Emir a laissé son vélo dans le gymnase pour m’accompagner à pied. Je lui demande de me raconter sa vie et il s’exécute. Compte-tenu de mon état, mes retours se font rares et concis. Ça me fait beaucoup de bien de l’entendre parler. Le temps passe plus vite.

Mes yeux ne quittent pas le sol et les lignes continues indiquant le chemin. Malgré le fait que je sois dans les temps, je ne peux pas m’empêcher d’angoisser à l’idée de dépasser la barrière horaire. Les courses contre la montre poussent à se dépasser certes, mais à quel prix ! Je ne pense qu’à une chose : finir dans les temps ! Etre hors-délai serait le pire cas possible et représente une véritable hantise !!

Nous apercevons au loin l’église du village, signe que la boucle rouge est bientôt terminée. Nous retrouvons Dominique qui nous annonce son futur abandon dès lors qu’il sera arrivé au gymnase, à 16 km de la fin. Je suis vraiment contrariée à l’idée d’apprendre cette nouvelle. Mais si proche du but, je confie à Emir que je pense qu’il va changer d’avis.

Dernier passage au gymnase. Il ne me reste plus que 16 km. Tandis qu’Emir part chercher son vélo, je repars seule. Je suis littéralement frigorifiée. Deux kilomètres plus loin, Emir me rejoint avec le coupe-vent que je lui avais demandé. Ca va beaucoup mieux maintenant.

Nous atteignons l’avant-dernier ravito où un bénévole me dit que j’ai de l’avenir dans la course à pied. Ca fait vraiment plaisir à entendre. A ce moment-là, Dominique surgit de nulle part, tout fringant avec deux accompagnateurs qui courent à ses côtés. Finalement, Dominique va bien finir la course et a retrouvé une pêche incroyable, ce qui vaudra une réplique d’Emir à son accompagnateur : « super ! tu lui as filé de la coke ? ».

Emir Vélo pluieEmir n’a de cesse de m’encourager et me cite tous les tweets d’encouragements. Je pleure en silence. Tous ces gens qui sont derrière moi et me suivent en direct, c’est tellement beau. Merci mille fois.

Emir me fait de la peine. Je le sais frigorifié lui aussi. Rouler à vitesse escargot sous la pluie et dans le froid, j’imagine bien la galère que je lui fais vivre. Je me fais violence pour ne pas marcher et ne pas le refroidir davantage.

Je pense plutôt que je suis bien loti sur mon vélo, mes jambes ne souffrent pas. Supporter un peu d’eau qui me tombe dessus pour rester auprès de Carole, c’est bien la moindre des choses.

Nous doublons à ce moment là, beaucoup de marcheurs, inscrits sur le 24h00.

99e km. Nous approchons du but. Xavier (du site planete marathon) nous rejoint et nous tient compagnie sur ce finish. A 200 mètres de l’arrivée, il récupère le vélo d’Emir pour lui permettre de courir avec moi. Merci Xavier pour cela.

Une petite accélération et nous voici dans le gymnase où nous sommes accueillis comme des stars sous un tonnerre d’applaudissements. La pression retombe d’un coup. Je suis heureuse !

100 km steenwerck 2015 481 (Copier)

Je finis largement dans les temps avec 12h08min45sec et j’ai dégommé mon RP de plus d’une heure ! Mon objectif pour le prochain 100 km : un sub 12h00 ! 😀

Nous retrouvons les copains : David, Manu, leurs enfants, Clem et Clarisse et attendons la cérémonie des récompenses. Chaque finisher est appelé à monter sur le podium. Quand vient mon tour, je suis annoncée 1re de ma catégorie et 2e féminine. Quelle joie !

2015-05-14 19.59.54

Un grand merci

  • à mon Lapin qui m’a soutenue tout le long de ma course, m’a tenu compagnie et a dû supporter de m’entendre chanter pendant la playlist. Sans lui, ma course aurait pris une toute autre tournure et je n’aurais jamais fait un tel chrono !
  • aux Twittos qui m’ont encouragée de bout en bout : vous avez été vraiment géniaux !!
  • à vos messages d’encouragement sur Facebook
  • aux bénévoles, qui, comme d’habitude font preuve d’une immense sympathie et répondent présents quelle que soit la météo !

Bravo à David V. (aka Daddy the Beat) pour son premier 100 km, à Jérôme (aka Firerasta), David F., Dominique, Charles (qui enchaînait le lendemain sur un 100 miles) …

Bonus : vis les 100 Km de Steenwerck avec les Lapins !

Le week-end prochain, pas de course officielle au programme. Nous serons néanmoins à Poitiers dans deux semaines pour le marathon du Futuroscope !

En attendant, portez-vous bien les amis, et à très vite !

Les Lapins Runners.

carottes petit

 

 

 

Trackbacks Commentaires
  • Salut les lapins runners!

    Super récit, ça donne envie et ça fait peur en même temps! :S 100km quoi!!! En tout cas toutes mes félicitations pour cette grosse performance! Hâte de suivre vos prochaines aventures! ^^

    Bonne continuation

    • Carole dit :

      Merci beaucoup Nicolas. Contents de te donner envie de faire un 100 bornes ! C’est comme tout : ça fait peur la première fois. On s’y habitue ensuite ! 🙂
      A très bientôt !

  • MissMath dit :

    Je suis vraiment très admirative de votre parcours à tous les deux et c’est toujours un plaisir de vous lire. Toutes mes félicitations à Carole pour ces deux récents exploits! Tu vas prendre goût aux podiums. 😉
    Jusque-là, je n’osais pas vous laisser des messages d’encouragement sur twitter car on ne se connait pas mais si ça vous fait du bien au moral, je n’y manquerai pas la prochaine fois. Bonne continuation les lapins runners!

    • Carole dit :

      Merci MissMath !
      Il va falloir enchaîner les ultras si je veux continuer les podiums car c’est vraisemblablement sur les grosses distances que je peux prétendre à un bon classement 😉
      Les encouragements, que ce soit en provenance de personnes qui nous sont familières ou peu ou inconnues, sont toujours bons à prendre, particulièrement dans les moment difficiles. 🙂
      A très bientôt !

  • Kathy dit :

    Félicitations Carole, tes prouesses forcent le respect, ça fait rêver !
    Encore bravo championne !

  • Les playlist des années 90 ont de l’avenir !!
    J’espère vous croiser sur Poitiers, je serai sur le semi 😉
    Bravo encore Carole 😉

  • Laflecheblonde dit :

    Tu me fais halluciner. A peine fini, déjà tu parles d’un sub 12h au prochain. J’aimerais être un lapereau (on dit ainsi?) et déjà pouvoir en faire un (déjà pouvoir m’organiser pour et ensuite me lancer) Bravo à toi et ton lapin. vous êtes beaux.

    • Carole dit :

      Merci Mike ! Bien sûr, il faut bien continuer à se fixer des objectifs ! 🙂
      Yes, d’après mes souvenirs de colos à la ferme, on dit « lapereau ». lol
      Je te souhaite de te lancer, si c’est ce que tu souhaites. D’ailleurs, il y en a très bientôt chez toi en Bretagne. 😉

  • Karine M dit :

    Chère lapinette, tu le laisses sans voix ! Comment que t’es trop forte à enchaîner autant et avec succès ! Youhouuuu !
    Gros bisous et encourage bravo.
    Va falloir refiler un peu de ta came à Émir pour l’ IronMan

    • Carole dit :

      Coucou Karine, je te remercie ! 🙂 J’espère que cette 2e moitié de l’année sera passera tout aussi bien.
      Gros bisous !!

    • Emir dit :

      Hello Karine, en effet j’en aurais bien besoin de cette came, car là c’est pas que ça sent le roussi, mais je suis pas hyper serein. J’ai une arme qui s’appelle « la pression » des 6 semaines de l’événement qui commence à faire effet. Sur ce, je vais à la piscine !

      A plus et merci d’être passée ! 😉

  • Daddy dit :

    Carole, tu me déçois. J’espérais que tu autorises Emir à inclure des séquences dans la vidéo sur lequelles in t’entendrait chanter.
    Bravo. Mon admiration pour toi est infinie, ta volonté est une arme bien au-delà du Running.
    Quant à Émir, je l’admire aussi pour son optimisme permanent et son savoir vivre.
    Prenez soin de vous et continuez à nous épater.

    • Carole dit :

      Cher David, je n’y suis absolument pour rien. Emir ne m’a demandé aucune autorisation et et a délibérément coupé la séquence au montage. Adieu célébrité, richesse et plateaux télé !
      Merci pour ces belles paroles. Tu regorges d’humilité et réussis tous tes défis. Tu nous fais un premier 100 km en moins de 11h30… C’est quand même très très fort !!! Tu peux être fier ! 🙂
      A très bientôt.

    • Emir dit :

      Merci David pour ce très beau commentaire. C’est vraiment touchant.
      Cela dit, l’optimisme permanent est effectivement une qualité que j’aimerais avoir, mais pour le moment (particulièrement lorsque je suis moi-même sur un ultra et que mon mental est mis à rude épreuve), j’ai du mal à m’y accrocher. Mais … c’est un objectif !

      Je pense effectivement qu’il faut développer davantage cette arme puissante au-delà running (Carole, si tu nous lis).

      Concernant la chanson, on entend Carole chantonner à 3’46-3’47 de la vidéo, mais il faut tendre l’oreille !

  • Ulvoas bebert dit :

    Respect profond , car la vidéo retracé avec justesse toute la difficulté d un 100 bornes . Et le mental qu il a fallut pour le terminer . Bravo a toi .

  • bblinou83 dit :

    Bravo pour tes performances et ton mental a tout épreuve.
    J’ai hate que les magazines de running de contact pour des petits articles!

  • Vivien dit :

    Très joli récit d’un épreuve vraiment bien gérée. Tu apprends vite … Vivement la suite (oui, une fois que l’on a mis le doigt dans l’engrenage de l’ultra, dur dur d’en sortir)

  • Raphy dit :

    Salut les lapins,

    Bravo – (Le mot à identifier dans l’ensemble de vos commentaires qui doit être le plus cité – Idée pour Emir le statisticien ;-).
    C’est juste incroyable, surprenant et admirable ces exploits à repétition. Je ne connaissais personne capable de rebattre son RP sur marathon à 6 jours d’intervalle, mais je ne connaissais aussi personne capable de s’aligner sur 110 en trail (accessoirement faire un podium) puis enchainer avec un 100 bornes sur route (accessoirement refaire un podium) – Tout çà juste 15jours après l’exploit du double RP sur marathon. Un profond respect et une admiration sans limite pour toi Carole 😉
    Emir aussi, est infatigablement de tous les combats dans l’assistance dans le soutien et dans la performance de sa douce. Repose toi, cette période est une bonne chose pour toi pour revenir encore plus fort, plus prêt et plus enthousiaste que jamais (difficile à imaginer mais tu en es largement capable !!) Ne précipite pas trop ton retour, fais le aux sensations puis à l’envie et pas l’inverse. Encore merci pour tous ces partages, vous êtes généreux, modestes et performant. Les qualités les plus belles que l’on puisse trouver dans nos sports. Continuez ainsi, et j’espère vous retrouver bien vite.

    • Carole dit :

      Hello Raphy ! C’est toujours un plaisir de lire tes messages de soutien !! Cette année, j’ai énormément de chance. « De chance » oui, car on ne peut pas dire que j’ai changé tant que ça la façon de m’entraîner… Toutes mes courses se sont pour l’instant passées à merveille. J’en suis ravie. J’espère poursuivre sur cette lancée. Avec pour prochain objectif, un sub 12h00 sur 100 km. 
      Je n’ai aucun doute sur le retour en force d’Emir. Je l’attends avec impatience. Je suis persuadée qu’il a une marge de progression énorme et je souhaite de tout cœur qu’un jour vous vous ferez votre fameux marathon en 3h10, avant de faire un sub 3h00.
      Merci encore Raphy, tes belles paroles nous vont droit au cœur ! Au plaisir de se revoir ! (Prochainement, le marathon de Poitiers et la course de Go Sport à Versailles)

  • FireRasta dit :

    Grosse félicitations à toi Carole!!! Je t’avais dit que tu allais briller 😉
    Je suis vraiment impressionné par ton mental!!!! C’est énorme ce sue tu réalises!!! Et toujours dans la bonne humeur en plus. Tu dis que tu en plein les jambes ou que tu en as marre du bitume mais tu le fais avec le sourire!!!!
    Également impressionné par l’enthousiasme permanent d’Emir!! Vous êtes vraiment beaux a voir et c’est un réel plaisir pour moi de vous croiser a a chaque fois.
    Un grand bravo a vous 2. Biz

    • Carole dit :

      Merci beaucoup Jérôme 🙂 Dans les moments difficiles, j’essaye vraiment de garder en tête que personne ne m’a forcée à être là et de relativiser la situation (une fois la ligne d’arrivée passée, les souvenirs de galère seront déjà loin). Bien sûr, je n’y arrive pas toujours et je ne cache pas avoir des sautes d’humeur sur les grosses courses (le pauvre Emir qui doit supporter ça…).
      Yes, heureusement qu’Emir était là. Il m’a fait bien rire pendant ce 100 km. Franchement, cette victoire je la dois à lui.
      C’est également un plaisir de te retrouver sur les courses Jérôme !! A très bientôt ! Bisous

  • Matie dit :

    Bravo Carole (et aussi bravo Emir !)! Vous m’épaterez toujours autant tous les deux !

  • Franchement énormissime bravo déjà finir 100 km ce nest pas rien, en plus peu de temps après le trail de Yonne et dans ces conditions cest vraiment magnifique
    ça doit faire vraiment plaisir de refaire un podium et de voir tout ce soutien. c’est vrai que cest difficile mais faut garder que ça en tête. Et puis même au plus mal Carole a la banane c’est beau (je veux le secret ^^)
    Bravo aussi à Emir aux petits soins et très fier c’est sympa à voir; et bon rétablissement avant l’Ironman. ça va le faire 😉

    • Carole dit :

      Merci Ze Running Marmotte d’être passée par là ! 🙂
      Effectivement, c’est génial de faire un podium. Peut-être moins celui-ci, car c’était une sorte de « podium collectif » (je suis montée sur l’estrade mais pas sur les cases).
      C’est grâce à mon Lapin que j’avais encore le sourire. Je ne pouvais pas rêver mieux en accompagnateur. Même sur les derniers kilomètres, il arrivait à me faire rire. 🙂
      A très bientôt !!

  • laura louloute pela dit :

    Salut les lapins!
    Je suis tellement admirative de toutes vos belles courses. Pour faire vite je ne court que depuis 1 an et demi (j’ai 32 ans et 2 enfants), je suis donc tombée amoureuse de la course à pied sur le (très) tard. Pour le moment j’en suis réduite aux courses de 10kms en compétitions (ma 1ère a été la corrida de thiais en décembre, ca fait au moins 1 point en commun!)… Je ne désespère pas un jour de dépasser cette barrière des 10kms qui me semble déjà un exploit pour moi 😉 J’aime tellement lire vos récits de course ça me fait rêver. Je trouve ça énorme une telle endurance, en plus quel bonheur de pouvoir courir avec son compagnon. 100kms Carole, c’est tellement wahouuuuuuuu….. et Emir un Ironman….. vous êtes incroyables tous les 2. Continuez à nous faire rêver avec toutes ses résumé. J’espère vous rencontrer un jour sur une course (ce sera un honneur de me faire largement dépassé par vous lol).
    Bien à vous chers lapins. Au plaisir de pouvoir vous lire bientôt.

    • Carole dit :

      Salut Laura !! Tout d’abord, merci de passer par là et merci pour ce superbe message très touchant. Ah la corrida de Thiais, ça a été la course qui a marqué la naissance des Lapins Runners ! (À l’époque, Emir était un lapin blanc ^^). Nous adorons cette course, elle trop importante en termes de symbole.
      Nous ne pouvons que t’encourager à dépasser 10 km, puis connaître les joies des semis, marathons et même plus encore ! Tu as raison de ne pas désespérer. Nous sommes de fervents partisants du proverbe : quand on veut, on peut !! N’hésite pas à nous tenir informés de tes progrès, ça nous intéresse !
      Ça serait un plaisir pour nous de te rencontrer, vraiment 🙂
      Alors, je l’espère à la prochaine, et merci encore Laura !

Réagissez