Les Lapins enflammés au marathon du Lac du Der

20150614-Marathon-du-Lac-du-DerFlashback. Janvier 2014. Un message sur Facebook pique notre curiosité : l’organisation du marathon du Lac du Der lance un SOS recherche meneurs d’allure pour la 2e édition de son marathon. En deux temps trois mouvements, nous contactons l’organisateur Daniel Conroy et, bingo ! Nous voici bénévoles pour mener les allures 3h30 et 4h30. C’est un challenge inédit pour nous et avant tout une superbe aventure humaine ! Accompagnés d’Isabelle en meneuse 4h00, nous relevons tous les trois notre défi avec brio et rentrons en région Parisienne, des carottes étoilées plein la tête.

Un an plus tard, nous revoici à Montier-en-Der pour la 3e édition du marathon du lac du Der, qui pour notre plus grand plaisir, enregistre son nouveau record de participation avec plus de 1240 inscrits au total, dont pas loin de 240 en individuel, le reste sur le relais.

La veille de ce grand jour, nous apprenons le désistement du meneur d’allure 4h00 des suites d’une blessure. Emir se propose de troquer sa flamme 3h30 contre celle de 4h00, tandis que le meneur prévu pour 3h00 passera meneur 3h30. Comme l’année dernière, il n’y aura donc pas de meneur 3h00, ce qui n’est franchement pas dramatique, compte tenu du nombre limité de participants prétendant à ce chrono.

Je suis vraiment rassuré par ce concours de circonstances. Deux semaines avant, je faisais un 3h34 non régulier et sans aisance sur le marathon du Futuroscope, et n’étais donc clairement pas à l’aise pour assurer ma responsabilité du jour. Je comptais sur la réaction de mon corps à la préparation tardive, au sens des responsabilités et au mental du jour J pour y parvenir. En 4h00, je suis large !

2015-06-13 19.53.31Après un footing test avec nos flammes récupérées, nous nous rendons à l’auberge de Puisie pour la traditionnelle pasta party. Au menu : entrée de crudités, bonne grosse assiette de pâtes à la bolognaise, assortiement de fromages et tarte aux pommes maison ! Cette année, c’est une très belle réussite ! Nous faisons la connaissance d’un coueur qui nous a reconnu grâce à notre article sur Jogging International et sur le point de courir son premier marathon !

Depuis le footing, je suis un peu inquiète en raison d’une gêne au tibia droit. Je me suis arrêtée au bout de 2,5 km de peur de trop forcer et me blesser. Emir me rassure en me disant que ce mal vient peut-être du fait que je me sens un peu faiblarde. Espérons qu’il ait raison !

Le lendemain dès l’aube, avec un bon petit dèj dans le ventre, nous voici prêts pour assurer notre mission !

Sur le départ, nous retrouvons nos amis Loic, Bruno, Pierre, et Chantal et Pascal, ces derniers ayant couru la veille le marathon du Lichtenstein (1 870 m D+) ! Ils nous impressionneront toujours ces deux-là !

10846410_1644801599071911_6559161955685595444_nC’est parti pour 4h00 et 4h30 de course !

Mon plan d’action : commencer avec une allure moyenne de 6’17 min/km, maintenir cette allure constante jusqu’au 30e km, ralentir un peu pour finir à une allure moyenne de 6’24 min/km, ce qui équivaudra à un chrono de 4h30. Je mets également un point d’honneur à m’arrêter à tous les postes de ravitaillements sans exception.

En ce qui me concerne, ce sera une tentative de 5’37 min/km à maintenir jusqu’au 30 avec un éventuel ralentissement final lissant jusque 5’42 min/km. Je prévois également des ralentissements (mais pas d’arrêts complets) à chaque ravito et postes d’épongeage pour bien s’hydrater et attraper un truc à grignoter en cas de besoin. La chaleur étant particulièrement présente, il est nécessaire de rester vigilants sur le sujet.

Km 0 : je démarre avec un groupe d’une quinzaine de personnes. Pour certains, il s’agit du premier marathon et c’est pour moi un honneur de les mener. Le fait qu’ils me prennent au sérieux et m’accordent leur confiance pour un jour aussi important, c’est vraiment beau.

Mon peloton de départ est également bien fourni avec une quinzaine de représentants. L’ambiance est présente tout comme l’énergie en ce début de marathon : ça tchatche, ça plaisante, ça discute de palmarès du potentiel des boissons alcoolisées et autre malbouffe dans dans une prépa marathon. J’ai notamment avec moi Daniel, 79 ans, qui court son 51e marathon avec une montre chrono tout ce qu’il y a de plus classique !

Pour le moment, RAS du côté du tibia droit, je suis ravie !

Peloton 4h

Côté ambiance, c’est pour l’instant assez calme. Je suis assez concentrée sur ma montre et l’allure à tenir. Nous sommes déjà trop rapide et l’allure moyenne bouge beaucoup.

Côté ambiance, ça continue de discuter. Je parle beaucoup, j’encourage à se ravitailler étant donné la chaleur. J’invite systématiquement les supporters à faire « faire un maximum de bruit pour les 4h », parce que oui, je me prends complètement pour un DJ de l’asphalte.

Ce début de parcours est assez valloné. Pas question de s’emballer dans les descentes !

Peloton 4h lac du derArrivés au km 12, nous regagnons le fameux lac du Der. Et avec une telle chaleur, il donne vraiment envie de s’y baigner. Le lac doit attirer les insectes car un spectacle amusant s’offre à nous : tous les coureurs ayant revêtu leur t-shirt vert fluo obtenu lors du retrait des dossards sont couverts de colonies de moucherons !

Comme annoncé, j’arrête mon peloton à chaque ravitaillement de manière à assurer niveau hydratation. Tous les 5 km, je me verse une bouteille d’eau fraîche sur la tête.

plan-parcoursKm 30, nous sommes moins nombreux. Certains coureurs n’ont pas pu suivre. Je regrette de ne pas m’en être aperçue sur le moment.

Nous avons toujours de la marge. A l’inverse de l’année dernière où la pasta party avait causé de sérieux dégâts collatéraux, ma mission sera accomplie sans trop de difficulté. D’ailleurs, un coureur me demande : « Ca va toi, tu ne souffres pas trop ? ». Si 6’17min/km est facile à tenir les premiers kilomètres, je dois reconnaître qu’au bout de 2 heures de courses, les jambes commencent quand même à être lourdes.  Qu’importe la vitesse, le marathon n’est jamais de bout en bout une partie de plaisir !

Je suis super fière du petit groupe qui me suit et n’hésite pas à le faire savoir dès que nous nous approchons des supporters : « les 4h30, c’est les meilleurs !! »

Au 35e km, nous courons à l’abri du soleil, dans une jolie forêt. C’est beaucoup plus agréable.

Et fin de marathon oblige, le peloton s’essouffle brusquement bien que j’ai toujours mon petit noyau dur dont je connais les prénoms : Valérie, Patrick, Stéphane, Boris, Eddy. Vivre les 5 derniers d’un marathon ensemble, ça crée des liens. Je leur parle, j’invoque leurs forces mentales et je tente de leur faire visualiser la victoire. Je me sens réellement concerné et investi dans cette belle mission : les amener à atteindre leur ambition !

A force d’être trempées tous les 5 km, ma sangle qui supporte ma flamme commence à se détacher. A ce propos, comme nous avons eu plusieurs fois eu la question : la flamme est très légère au point que nous oublierions presque que nous en portons une. Quant aux sangles autour de nos cuisses et nos épaules, elles n’ont généré pas le moindre frottement !

Je fais connaissance d’un méga moustique qui me fait un gros bisou sur la joue gauche dont j’ai encore la trace aujourd’hui (18/06).

Je ralentis l’allure car j’ai un peu d’avance. Mes compagnons de route qui ont encore de la gouache filent ! Je suis ravie pour eux !

Je traverse la passerelle et aperçois Emir venu me chercher. Nous « récupérons » en chemin deux coureurs et mettons tout notre coeur à l’ouvrage pour les encourager (on est tellement après eux que je me demande s’ils en ont pas eu un peu marre ! ^^ )

Carole peloton

Je finis en 4h30min26 (finalement, j’ai un peu trop ralenti sur les 2 derniers kilomètres !). Nous sommes accueillis par le speaker et Daniel qui nous remercie pour la mission accomplie.

diiplome Emirdiplome Carole

 

 

 

 

 

 

 

champ médaille2015-06-18 20.16.09Je suis un peu déçue par la médaille, certes très jolie, mais identique à celle de l’an dernier. Seule la date inscrite sur le collier a été changée.

Toutes nos félicitations à l’orga pour la réussite de cette très belle édition ainsi qu’à tous les finishers ! Un grand merci aux bénévoles et à l’accueil très chaleureux que vous nous avez réservé une fois de plus.

Dédicace à Isabelle M. pour qui nous avons eu une grosse pensée ce week-end-là.

2015-06-14 13.15.07

Nous reviendrons l’année prochaine avec grand plaisir ! Pourquoi pas nous faire un abonnement à vie au marathon du lac du Der ! 😀
 

La vidéo


 

Les amis, nous serons dimanche à la Go sport running Tour avec la team TOMTOM : Le Lapin sur la Royale, la Lapine à la course des Princesses !

tomtom
Merci à vous les amis de nous suivre et à très bientôt pour les prochaines aventures !

Les Lapins Runners.

carottes petit

Commentaires
  • Bacchus dit :

    Bravo à vous deux, mission accomplie
    Encore un beau compte rendu
    J’ai longtemps hésité à aller au Lac du Der, je viendrais l’année prochaine si vous vous êtes meneur et meneuse d’allure !!

  • Cédric dit :

    Salut, je suis le coureur en jaune qui t’a demandé si tu ne souffrais pas trop.
    Je voulais te remercier pour ce marathon. Je pense pas que j’aurais pu finir dans ce temps sans toi et le petit groupe de 4h30. J’ai passé un super moment (dure souvent) qui restera inoubliable.
    Merci pour ta gentillesse. Ce blog que je viens de découvrir et super agréable à parcourir.
    Continuez comme ça , sportivement Cédric.

    • Carole dit :

      Salut Cédric ! Je te remercie pour ton message qui me va droit au coeur !! Les 4h30, vous avez vraiment assuré !! Bravo à toi, bravo pour ta régularité et ta gestion de course !
      J’ai passé aussi un très bon moment également, c’est grâce à des personnes aussi sympas que toi que les meneurs d’allure récidivent !
      Je te souhaite également une très belle continuation, et au plaisir de se revoir sur une prochaine course ! 🙂

  • Raphynisher dit :

    Salut les lapins,

    L’année prochaine, je souhaiterais si possible faire partie de votre équipe de meneur d’allure (en n’importe quelle allure) no souci 😉
    bisous à vous les lapins. On se recontacte d’ici là !

    • Emir dit :

      Raphy, ce serait avec grande joie. C’est avec beaucoup de plaisir et de conviction que nous allons te recommander à Daniel Conroy. Cette mission est pour toi Raphy et tu y arriveras avec brio, on en est convaincu. J’ai hâte d’être à l’année prochaine pour vivre l’événement en ta compagnie (je vends un peu la peau de l’ours mais toi en meneur d’allure c’est du gagnant pour tout le monde).

      A très bientôt Raphy et bonne fin de préparation pour ton marathon du Mont Blanc. J’aurai évidemment une pensée pour toi. Je vais de ce pas répondre à ton commentaire du côté de l’article sur l’ironman 🙂

  • stephan dit :

    Bonjour Emir,
    je suis le stephan de ton récit;
    Pour ma part, ce fut aussi une grande expérience sportive. Parti sans objectif particulier, du fait d’une préparation très moyenne, j’ai rejoins le groupe au km5, et là je me suis dit, allez on reste là, c’est convivial, sympa, surtout le petit gars au drapeau bleu… Bien m’en a pris, je crois que je n’ai jamais passé les 30kms suivants de manière aussi confortable. Grace au groupe entier, du moins ce qu’il en reste après le 30, mais surtout grâce à toi Emir (et Patrick qui se reconnaitra), qui trouve les bons mots, qui « dope » le moral et les jambes. Mon ravitaillement au 35 a été un peu long et du coup, après vous étiez à 150-200 mètres devant moi, je vous avais en mire mais bon Dieu ce fut dur de raccrocher le wagon, ce qui fut finalement fait sur la passerelle au 40-41eme, et les derniers hectomètres finalement, je te les dois pleinement, tu m’as accompagné jusqu’à la ligne que nous avons passée ensemble, grâce à toi. Finalement, ce sera mon meilleur temps sur la distance, j’ai amélioré de quelques 20 secondes par rapport à l’année précédente.
    Merci les Lapins, continuez, vous êtes juste géniaux, et j’espère à l’année prochaine.
    Sportivement
    Stephan

    • Emir dit :

      Salut Stephan !

      C’est un plaisir de te retrouver là Stephan ! J’espère que ta récup se passe bien depuis dimanche dernier.

      Ton commentaire me touche beaucoup. Je suis vraiment soucieux à l’idée de faire les choses bien, de partager de l’énergie avec le peloton pour lui permettre d’accrocher ses objectifs et de tout donner. Ce jour-là, je n’ai de raison d’être présent que pour ce peloton et sa réussite est la mienne. C’est pourquoi je suis vraiment heureux d’avoir pu contribuer à ta réussite Stéphan, heureux et très touché. Cet effort, cette réussite c’est à toi que tu la dois, à ta capacité physique et mental à t’accrocher. Car tu le sais, j’ai beau dire ce que je veux et encourager autant que je veux, c’est toujours toi qui est maître et toi qui décide d’emmener ton corps de l’autre côté de la ligne d’arrivée. Mon rôle est simplement de vous tendre une perche à laquelle vous pouvez vous accrocher :). Encore bravo pour ce record Stéphan et merci pour ta contribution à ce récit. Je suis vraiment heureux.

      Je t’invite à repasser dans quelques jours (j’espère ce week-end) ou checker notre page facebook. Je vais bientôt finir de monter la vidéo du marathon et tu es bien évidemment dessus 🙂 Un superbe moment de sport à revivre très bientôt.

      A très vite !

  • Nico dit :

    Salut les lapins, un grand Merci Carole de m’avoir porté jusqu’au 35e, il me manquait un peu de condition physique, vous êtes super continuer à faire plaisir aux gens et peut être à bientôt

  • λ dit :

    Bonjour les lapins !
    Je cherche pour le second trimestre 2016 un marathon dans un cadre sympa, au parcours assez plat et où il n’y a pas foule, et celui du lac du Der a l’air de remplir les critères. En parcourant les photos de l’édition 2015 je suis tombé sur des meneurs d’allure à grandes oreilles, décidément vous êtes partout !
    Comme je suis toujours fâché avec mes chaussures, je m’intéresse au revêtement. Le premier tiers à l’air d’être du bitume, puis sur le tour du lac il semble y avoir de la terre bien tassée, quelques gravillons, et l’arrivée à l’air assez sablonneuse. Tout ça m’a l’air plutôt bien pour y courir pieds nus. Est-ce que vous vous souvenez de parties avec des cailloux de belle taille sur les digues ou est-ce que tout est du calibre des photos ?

Réagissez