Les 100 km de Cléder : une affaire rondement menée !

ECUM-flyer_A4-rectoHello les amis !

C’est cette fois-ci en Bretagne, et plus précisément dans le Finistère Nord, dans le charmant village de Cléder que nous avons élu terrier le temps d’un week-end sportif. Dimanche 12 juillet, nous nous attaquons à notre quatrième épreuve de 100 km (après Vincennes 2013, Millau 2014 et Steenwerck 2015). L’objectif pour cette dernière : finir ensemble, en moins de 12 heures ! 

La veille, nous profitons allègrement de la pasta party de la localement célèbre Monique dans la salle communale Kan Ar Mor, afin de charger les batteries au maximum. Au programme : entrées, plats et desserts à volonté. En plus du traditionnel plat de pâtes à la bolo, nous nous régalons ensuite d’un gratin dauphinois avec une généreuse cuisse de poulet. Direction à présent le gymnase de Cléder pour un petit dodo sur des lits de camps mis à disposition par l’organisation. En effet, pour un départ à 5h00, la nuit promet d’être courte ! Nous la démarrons donc à 21h.

Le lendemain 3h00, au beau milieu de la nuit, le salle omnisports de Cléder s’éveille. Nous nous préparons, nous rendons à la salle Kan Ar Mor pour un petit-déjeuner très léger et allons déposer nos affaires aux consignes, dans la salle paroissiale du village.

Le temps file et il est déjà l’heure de prendre le départ. Il fait toujours nuit et nous n’avons pas pris nos frontales, pensant que la visibilité serait suffisante à 5h00 du matin.

2015-07-12 04.54.43Le départ est annoncé de manière minimaliste; tellement que nous n’avons pas entendu de décompte ! Nous saluons les Kékés du Bocage qui sont, comme toujours, de la partie, puis commençons notre long et beau périple du jour.

Le parcours est composé de deux boucles de 25 km à faire 2 fois chacune : une boucle « terre » et une boucle « mer » longeant une partie du litoral (voir le parcours).

Nous discutons ça et là avec les participants du 100 km, enfin surtout Emir car je suis assez concentrée sur les aspérités du sol et mon cuissard, lequel a tendance à remonter sur le haut de mes cuisses. Je crains avoir des frottements tout le long de la course.

Nous faisons notre bout de chemin à une allure régulière (+ 10 km/h). Mes sensations sont bonnes, et bien meilleures qu’à Steenwerck.

Tous les 5 km, les kilométrages sont indiqués par des petits panneaux, avec en-dessous, une petite blague inscrite façon éphéméride. Les blagues, que nous ne trouvons pas systématiquement hilarantes cassent mine de rien notre routine et nous font sourire.

Nous atteignons au km 10 le château en ruines de Kergournadeac’h alors que le jour commence à se lever.

Km 20, un bénévole m’indique que je suis la féminine en tête de course. En voilà une bonne nouvelle. C’est déjà une petite victoire pour moi !

Nous finissons notre boucle terre et nous apprêtons à commencer la boucle mer, dont la jonction s’effectue au niveau de la place du village (le bourg de Cléder). Ici, les supporters sont nombreux et dynamiques. Nous sommes accueillis comme des stars, notamment grâce au speaker enflammé qui annonce l’arrivée des « Lapins Runners » en énumérant une partie de notre palmares (Saintélyon, 100 km de Millau en 2014, nombre de marathons courus). C’est un très bel honneur qui nous est fait, et totalement inattendu qui plus est ! Un grand merci !!

Nous voici après 25 km sur la boucle « Mer » et avons hâte d’apercevoir le littoral.

Notre allure commence son déclin au niveau du 40e km. Nous atteignons le 1er marathon en 4h18, à savoir une progression de 17 minutes par rapport aux 100 km de Steenwerck ! J’en suis ravie. Nous sommes par ailleurs en avance de 12 minutes par rapport à notre objectif (nous prévoyons 4h30 sur le marathon). Maintenant, la stratégie à appliquer est la suivante : faire du mieux que l’on peut ! Simple, efficace.

2015-07-12 08.55.53-2Nous atteignons le littoral qui donne tout son sens au nom de la boucle mer.

J’apprends par des bénévoles que la 3e féminine est à 3 minutes devant moi. « Ah bon, je croyais que j’étais première tout à l’heure ! C’est bizarre parce que depuis, je me suis fait doubler par une seule féminine !? « . Contre toute attente, je ne suis pas déçue et me reconcentre aussitôt sur mon objectif de base : le sub 12h00, et ce, peu importe le classement !

Km 50, nous revoici à nouveau sur la place du village. Mes cuisses sont brûlées au niveau des adducteurs. Une gentille bénévole vient à mon secours en me proposant de la crème que j’applique (merci gentille bénévole !!) mais le mal est fait. Cette 2e partie de course se fera dans la douleur.

Nous atteignons le km 70 en 7h30 de course. A ce stade-là, nous sommes à peu près certains de finir en moins de 12h à moins d’un accident, mais nous n’en parlons pas. Il est peut-être trop tôt pour se réjouir.

Ma vitesse décline pas mal, contraignant Emir a graviter autour de moi. Emir a l’air en pleine forme, ce qui fait plaisir à voir. Il court plus vite que moi, puis se met à marcher le temps que je le rattrape. Au final, nous ne courons pas vraiment ensemble côte à côte mais ne sommes jamais loin l’un de l’autre.

A vrai dire, j’ai les jambes très fortement entammées, particulièrement au niveau des cuisses. Ceci dit, mon allure semble me permettre de tenir un 6m45 au km. Je respecte cette allure qui semble naturelle, car en deça, la douleurs aux cuisses et chevilles s’intensifie.

Chateau 1

80e km : château de Kérouzéré

Km 75, nous entamons pour la 2nde fois la boucle mer. Ce sera enfin notre dernière boucle.

Je fais l’impasse sur deux ravitaillements pour ne pas nous ralentir davantage. En effet, en plus de s’arrêter nous sustenter, les reprises sont assez rudes.

Je le confirme, j’ai fait tout les arrêts aux ravito car manger contribue au maintien de mon bon mental. La reprise du 80 a été particulièrement difficile avec un km à plus de 12 minutes, suivi d’un km en 5 minutes pour rattraper Carole, quand j’ai enfin réussi à redémarrer !

Sur les ravitaillements, je ne fais que boire (j’ai du en tout pour tout, boire 4 L pendant la course, à raison de 3 verres par ravitaillement et de mes petites gourdes). J’ai mangé une Clif bar aux cacahuètes entre le km 40 et 50 et depuis, je n’ai rien avalé de solide. Ce qui est très fort, c’est que malgré avoir bu tout ce liquide, je ne vais pas une seule fois aux commodités, ce qui est assez pratique, surtout compte tenu de l’état fâcheux de mes cuisses.

2015-07-12 14.23.30Plus que 15 km : allez, c’est parti pour les foulées Charentonnaises !! Les kilomètres deviennent interminables. Les jambes sont lourdes mais nous ne lâchons pas prise. Pas question de se mettre à marcher. Nous continuons notre route, longeons le littoral, les campings côtiers. Nous ne sommes jamais seuls et croisons beaucoup de coureurs, soit en relais, soit sur le 50 km. Nous sommes assez fiers de dépasser des coureurs du 50e km.

De nombreuses personnes nous encouragent, parmi lesquels une grande majorité de participants au relais, plus frais que nous. A chaque fois que l’on nous demande sur quelle course nous sommes, les réactions sont unanimes : « alors là, respect ! Bravo ! ».

Plus que 5 km ! Je visualise notre parcours d’entraînement habituel pour m’aider à prendre conscience du petit morceau de course qui nous sépare de l’arrivée. Emir m’annonce que nous sommes bons pour faire moins de 11h30 ! Un « rêve » inespéré !!

Km 99, c’est la fin. Je tente d’accélérer le pas mais ne suis plus capable de grand chose à ce stade de la course.

Nous apercevons enfin l’église de Cléder, puis l’attroupement des supporters venus acclamer les finishers. L’accomplissement est tout proche avec deux magnifiques RP (records personnels) à la clé ! Nous sommes reçus très chaleureusement par notre nouvel ami speaker. Nous lançons notre sprint final main dans la main, ce moment de joie et d’invincibilité aussi exceptionnel qu’éphémère.

IMG_7666

2015-07-12 16.25.30

Nous sommes heureux. Nous l’avons fait. Nous avons fini ce 100 km de Cléder ensemble, dans de bonnes conditions, dans la bonne humeur. Nous finissons en 11h22min28, un chrono dont nous sommes très fiers et qui me propulse au rang de 4e féminine. Nous avons la joie de découvrir que les 6 premières féminines du scratch ont accès au podium.

Podium recadrée

Le podium féminin

La vidéo

Le temps des remerciements

Comme toujours un grand merci :

  • A toute l’organisation qui a fait un boulot excellent.
  • Aux baliseurs à qui nous donnons une mention spéciale pour leur travail fini qui ne laisse aucune place au moindre doute.
  • Aux bénévoles qui nous permettent de vivre ces moments incroyables (et qui remplissent nos gobelets)
  • A toutes les personnes qui nous ont suivi ou encouragés d’une manière ou d’une autre, virtuelle ou réelle, intérieurement ou extérieurement 🙂
  • Aux kékés du Bocage pour leur accueil et leur gentilesse
  • A Anne aka Lapinette de m’avoir fourni de sa crème anti-frottements avant le départ, et qui a sans doute sauvé ma course.

Un grand bravo à l’Ecum de Cléder, aux bénévoles, aux participants de l’événement, qu’ils soient finishers ou non qui ont permi à ce moment d’exister et d’être vécu.

Nous recommandons chaudement ce 100 km convivial, riche en paysages et assez technique ! Cléder, à l’année prochaine !

Les Lapins Runners.

carottes petit

Commentaires
  • Florian dit :

    Félicitation à vous deux.
    Vous êtes la preuve vivante que tout est possible.
    J’aimerai pouvoir faire ce que vous faite.
    Au plaisir de vous croiser sur une course prochainement.
    Reposez vous bien, vous le méritez.

    • Carole dit :

      Merci beaucoup Florian 🙂
      Comme tu le dis si bien, tout est possible. Si tu t’en donnes les moyens, tu pourras faire ce que nous faisons. En tout cas, c’est ce que je te souhaite.
      Bonne continuation pour votre blog avec Morgane !! Et à la prochaine sur une course commune !

  • Raphynisher dit :

    Super Excellent le CR,
    Ca doit faire énormément plaisir d’exploser le RP tous les deux en même temps 😉
    Bravo pour la gestion de course même si la fin semble plus difficile à négocier, vous avez un mental à toute épreuve.
    Petit conseil pour vos prochaines aventures en montagne (surtout pour Carole): Alimentez vous de façon un peu plus consistante et surtout dès le debut de vos trails pour minorer les gros coup de mou qui sont toujours inévitable dans ce genre d’epreuves.
    bisous à vous les lapins-pantheres 😉

    • Carole dit :

      Salut Raphy, notre fidèle ami commentateur ! 🙂
      Et oui, ce RP 100 km restera un très beau souvenir : pas de bobos, pas d’embrouilles (comme ça peut être le cas sur les ultras !) et une « stratégie de course » (le mot est fort) plutôt bien menée.
      Merci pour ton conseil. Je t’avoue que sur une course, j’ai du mal à m’alimenter au début car j’essaye de perdre le moins de possible. Quand je commence à ralentir, c’est là que je me dis en gros « allez, je peux m’alimenter là. Je ne suis plus à 2 minutes près ». Je prends note de ton conseil que j’essaierai d’appliquer cet été. (Pour l’UT4M, je pense que ça peut être TRES TRES utile !)
      Bisous à Sophie, toi et les enfants 🙂

  • FireRasta dit :

    Bravo les Lapins, vous etes incroyable (je sais je me répète sûrement )
    Emir va dire que le corps s’habitue mais echainer autant d’ultra et en plus en restant performant….on ne peut etre qu’admiratif. Bravo a vous.

  • Bacchus dit :

    Bravo pour votre course, très belle performance
    Vous êtes vraiment des lapins infatiguables !!
    ça fait plaisir à suivre
    Au plaisir de vous croiser sur une course, mais j’en fais beaucoup moins que vous 🙂 peut être au Lac du Der l’année prochaine

  • Ulvoas bebert dit :

    Bravo a vous deux , et franchement si j avais su que vous y étiez , j aurai bien été vous encourager , après vous avoir raté a bordeaux . En tous cas merci encore pour vos récits . kenavo (du breton )

  • sophie29 dit :

    Bonjour, j’y étais également. Vidéo sympa qui m’a fait revivre de bons moments pour mon 1er 100 km. Bonne continuation à vous deux.

    • Carole dit :

      Bonjour Sophie et félicitations pour ce premier 100 km !!! Cent-bornarde tu es !!! Ravie que la vidéo ait pu te rappeler de bons souvenirs. Bonne continuation à toi et peut-être à bientôt sur un prochain 100 km !

Réagissez