A 4 jours du plus grand ultra de notre vie : l’Ut4M 160

160kmlapinsChers amis,

Si vous nous avez suivi ces derniers temps, vous le savez certainement : dans 4 jours, nous nous attaquons à un colosse de l’ultra trail, que dis-je, une péninsule ! J’ai nommé : l’Ut4M 160.

L’Ut4M 160, est le nom de code pour l’Ultra tour des 4 Massifs. C’est LA course qui rallie les 4 massifs montagneux encerclant la ville de Grenoble, à savoir : Vercors, Taillefer, Belledonne et Chartreuse. Nous retrouvons un parcours et un profil de course qui n’ont rien à envier à l’UTMB. Regardons de plus près :

profil ut4m 160

Parcours ut4M Lapins

 

 

Alors les amis, c’est plutôt lourd n’est-ce pas ? Ne vous inquiétez pas, nous n’avons pas le vertige. Passons maintenant aux quelques chiffres de l’événement !

 

L’Ut4M 160 en chiffres :

 

  • 4 Massifs à découvrir
  • 168 km à parcourir
  • 10 000 m de dénivelé positif à grimper
  • 53 heures pour en venir à bout
  • Un nombre incalculable de paysages à couper le souffle
  • 381 inscrits qui ont les crocs dont :
    • 7% de femmes et 93% d’hommes
    • 2 Lapins Runners
  • 1 équipe d’organisation au taquet
  • 762 frontales + 3 048 piles et batteries
  • 133 350 €* d’équipement de trail
  • 450 kilogrammes* de bananes
  • 382 bénévoles* accueillant

Vous l’aurez compris, c’est de l’ultra-lourd (jeu de mots).

* les chiffres marqués d’une étoile sont des hypothèses inventées de toutes pièces par les Lapins

 

Retour sur notre prépa

Comme vous le savez certainement chers lecteurs, nous ne sommes pas les champions des prépas rigoureuses, mais plutôt des adeptes du feeling. Cette fois-ci fait presque exception à la règle.

A l’origine, nous nous sommes inscrits à la 6000D (63 km, 4 000 m D+) et à l’EDF Cenis Tour (77 km, 3 900 m D+) en tant qu’objectifs à part entière, au feeling et à l’envie comme c’est toujours le cas chez nous. Après réflexion, nous nous sommes aperçus que ces courses, compte tenu de leurs dates, constituaient une prépa tout à fait adaptée en vue du grand Ut4M. Nous avons terminé ces deux courses avec des chronos satisfaisants et dans de bonnes conditions, ce qui nous a conforté sur le fait que nous étions fin prêts à affronter le boss final.

11426212_718600001601986_4171720154475477650_n

 

Notre état d’esprit à J-4

Je me sens bien, je suis sereine. A tort peut-être, dans la mesure où je ne me suis jamais attaquée à une épreuve de cette envergure. Comme le dit Emir, en termes de distance et de dénivelé, c’est comme si on enchaînait 2 fois et demi la 6000 D.

Je suis hyper enthousiaste à l’idée d’accomplir tout ça et impatiente de pouvoir dire : « on a réussi ! ». Je pars positive et dans l’idée que nous serons finishers. J’estime que partir défaitiste ne peut être que négatif. Les barrières horaires sont assez larges et j’ai confiance en notre mental. Depuis nos débuts en ultra, nous avons beaucoup progressé sur ce plan là.

S’il y a une chose que je peux redouter, c’est le moment où nous allons commencer à fatiguer (mentalement et physiquement) et donc à devenir irritables. Nous devons réussir à prendre du recul, relativiser et ne pas nous embrouiller pour des broutilles (broutilles du type : la frontale ne marche pas, je n’arrive pas à ouvrir l’emballage de ma barre, la montre n’a plus de batterie, etc). Nous ne devons pas oublier que nous sommes là avant tout pour passer un bon moment et que les difficultés que nous traverserons ne seront que très provisoires et très minimes comparé au sentiment d’accomplissement que nous aurons en fin d’épreuve.

Je me suis laissée regarder la liste des Séniors féminines en lice sur l’Ut4M 160 et il se trouve que nous sommes seulement 9 à prendre le départ. Parmi les 9, il n’y a pas de nom qui font « peur » d’office : noms à consonance étrangère, noms de traileuses élites (en tout cas, pas à ma connaissance). J’ai même la prétention de croire qu’un podium dans ma catégorie n’est pas tant hors de portée que cela. Assez rêvé, Carole, redescends de ton petit nuage et tiens-toi-en à l’objectif initial : passer la ligne d’arrivée.

Je me sens bien, mais peut-être un peu moins qu’à l’approche de la 6000D et l’EDF Cenis Tour. La raison est simple : j’étais dans une dynamique d’entraînement et d’alimentation bien plus rigoureuse que l’actuelle, à quelques jours de l’Ut4M. Cela dit, je ne stresse pas alors que nous allons aborder une épreuve qui comporte un bon lot d’inconnues. Nous n’avons jamais :

  • traversé plus d’un jour et une nuit ensemble sur un ultra, et il y a de bonnes chances que nous devions traverser deux nuits lors de l’épreuve. Inconnue n°1 : si nécessaire, savoir gérer l’état de l’autre en plus de son propre état, dans un état de fatigue physique et mentale.
  • même individuellement, dû gérer le (manque de) sommeil sur une durée aussi longue. J’ai connu lors de ma TDS les effets négatifs que le manque de sommeil pouvait avoir sur mon mental et je crains maintenant leur puissance. Inconnue n°2 : l’impact du manque de sommeil sur nos capacités physiques et mentales.
  • abordé un effort d’une telle longueur et ne connaissons donc pas la capacité de nos corps à y survivre (leur manière de réagir). Continue-t-on d’apprécier la chose ? Conservons-nous assez de lucidité pour s’accrocher à l’objectif ? Inconnue n°3 : l’impact physiologique et mental d’un effort d’une durée aussi longue.

Ces éléments devraient certainement causer de l’inquiétude, mais ce n’est pas vraiment le cas. J’espère vraiment ne pas voir là un manque d’humilité, ce qui m’a coûté ma course lors du trail Yonne. Je suis cependant bien mieux préparé et je crois que mon corps n’attend que ça : se dépasser et terminer la saison des ultras sur une note titanesque, en passant la ligne avec Carole !

 

Notre stratégie de course

L’objectif idéal est bien entendu de faire l’épreuve ensemble de bout en bout et passer la ligne d’arrivée main dans la main. Néanmoins, en deux jours d’épreuve, nous ne sommes pas à l’abri d’aléas qui tenteront, à coup de réalisme aussi rigoureux qu’imprédictible, de venir contrecarrer nos plans optimistes de type « happy ending ». De nombreuses questions restent en suspens :

La gestion du sommeil en duo : Que ferons-nous si l’un de nous deux a besoin de dormir ? Faudra-t-il que l’autre se repose aussi quitte à se frustrer ? Ou bien continuera-t-il sa route en espérant être rejoint par la suite ?

En cas de blessure : Si l’un de nous deux se blesse, le second aura-t-il l’envie et la force de continuer seul ?

En cas de conflit : Si nous entrons en conflit pendant l’épreuve, faudra-t-il poursuivre ensemble ? Faudra-t-il opter pour une séparation provisoire en espérant des retrouvailles dans de meilleures conditions sur la ligne d’arrivée ?

 

Notre équipement

Le challenge minimalisme : comme si le challenge n’était pas déjà assez compliqué, j’ai décidé de rajouter du piment et de tenter l’épreuve intégralement en minimalistes. Je prévois de laisser sur une base vie une seconde paire de Five Fingers Spyridon au cas où la première me « lâcherait » en cours de route (même si je n’y crois pas beaucoup) et pour me rassurer aussi. Sur une seconde base de vie, je prévois également de laisser une paire de trails dites « classique » au cas où je n’en pourrais plus de porter de Five Fingers, et pour me rassurer aussi. 🙂

Le challenge reportage : en plus de l’équipement obligatoire provenant en grande majorité de chez Décathlon (rapport qualité / prix oblige), je vais devoir assurer le reportage. Pourquoi devoir ? Parce que je ne pourrais pas ne pas repartir les poches remplies de souvenirs et partager tout cela avec vous dès notre retour. Mon challenge : gérer l’énergie. Je vais donc emporter 6 batteries de GoPro pour le film.

Le challenge trace GPS : nous avons deux montres Tomtom et un smartphone Samsung pour essayer d’obtenir une trace GPS complète de l’UT4M. Nous allons donc transporter des charges et 3 batteries portables, de 9000, 3000 et 3000 mah afin de recharger tout ceci pendant la course.

Le challenge sans bâtons : nous ne sommes pas adeptes des bâtons (encombrant pour soi lorsqu’inutilisés, pour les autres lorsqu’utilisés) et ne savons pas nous en servir. Nous ferons donc la course sans bâtons, même si cela doit nous coûter nos quadris !

Les amis, puisqu’un soutien n’est jamais de trop, n’hésitez pas à nous suivre sur le lien suivant (dossards 284 et 285) et à nous encourager via les réseaux sociaux !

lapins ut4m

A très vite pour le grand jour !

Les Lapins Runners.

carottes petit

 

Commentaires
  • polo dit :

    Bonjour les lapins !
    Je vous suis depuis un petit moment sur votre blog… Et là vous vous attaquez au monstre de l’UT4M. En tant que grenoblois, si j’arrive à me mettre su rle parcours je viendrai vous supporter.
    Tout du moins, je vous suivrais sur le live tracking.
    Profitez de nos montagnes, elles sont exigeantes mais vous le rendront bien. Logiquement il devrait faire sec mais frais. Equipez vous bien !
    J’aime votre approche de la course. C’est bien d’avoir discuter avant d’éventuels confilt / blessure / fatigue, vous aurez assez à gérer pendant la course !
    Goooooo !

    • Carole dit :

      Hello Polo !
      Je te remercie de nous suivre depuis longue date.
      Ca serait un plaisir de t’apercevoir, même furtivement, sur notre route 🙂
      Merci pour le bulletin météo qui est rassurant. Nous allons prévoir des vêtements chauds en conséquence. Tant qu’il ne pleut pas pendant des heures comme au Trail Yonne, cela nous convient très bien 🙂
      Oui, nous avons abordé pas mal de questions mais n’avons pas encore les réponses. Une bonne partie se décidera sur place.
      Merci d’être passé par là Polo ! A plus !

      • polo dit :

        Je vous suis à la trace sur le live de l’UT4M, vous etes bien sur le CP3, prenez votre temps au ravito, la nuit est longue devant vous !

      • polo dit :

        Je vous suis à la trace sur le live de l’UT4M, vous etes bien sur le CP3, prenez votre temps au ravito, la nuit est longue devant vous !

  • Robert dit :

    Bon courage à vous deux ! Carole s’est bien musclé le dos 🙂

  • Camille dit :

    Salut,

    Je vous découvre à l’occasion du concours Louis XIV.
    Avant de planger plus loin dans la lecture de votre blog, juste un petit mot pour vous encourager pour ce défi qui semble effrayant mais qui fait rêver aussi !
    Hâte de vous suivre, d’avoir votre compte rendu, votre film et bien entendu de voir votre photo de finisher 😉

    @+

    • Carole dit :

      Salut Camille et bienvenue sur le blog des Lapins ! 🙂
      Je te remercie pour ton message d’encouragements. Notre insouciance nous permet d’oser ce genre de défis « un peu » fous ! 😉
      Bonne chance pour le concours !
      A plus !

  • Elodie Loisey-Debrou dit :

    Hello,

    J’aime vos récits j’espère que votre course se passera sans encombres!
    Petite traileuse débutante, je m’inspire de vous car le partage est la plus belle chose qui soit bonne continuation.

    Vous envoyez du rêve!

    • Carole dit :

      Salut Elodie, merci d’être passée par là 🙂
      C’est vraiment un honneur pour nous d’inspirer des coureurs, quel que soit leur niveau.
      Bonne continuation à toi dans la pratique du trail et davantage.
      N’hésite pas à nous demander conseil au besoin.
      A plus !

  • laplanche dit :

    bjr les lapins
    je vous ai apercu sur les 100 kms de millau en 2013 et à la plagne pour la 6000D en 2014 et maintenant je lis avec plaisir vos recits et devore votre blog qui est tres interressant.
    La prochaine fois que je vous apercois sur une course j’espere pouvoir prendre une photo et faire un bout de chemin avec vous….
    je vous felicite pour vos 3 dernieres courses…
    presse de lire votre recit de lUT4M
    A plus

    • Carole dit :

      Bonsoir Cyrille,
      C’est avec grand plaisir également que nous découvrons ton gentil message. Nous sommes ravis que tu trouves de l’intérêt dans la lecture de notre blog.
      Tu viens courir avec nous quand tu veux 🙂 Nous serons à Millau en septembre d’ailleurs.
      A très vite !

Réagissez