Le Top 11 des individus qui font enrager le cycliste

Lapins Runners, néo cyclistes

Lapins Runners, néo cyclistes

Hello à tous amis sportifs,

Aujourd’hui nous souhaitons partager avec vous une réflexion issue de notre entrée dans le monde du cyclisme. Nous sommes certes tout jeunes et non encore vaccinés, mais avons déjà identifié une particularité non des moindres à ce sport : le cycliste rapide n’est pas partageur, notamment quand il s’agit de voie publique cyclable. Lorsqu’il y circule, il devient irritable et chaque personne s’interposant d’une manière ou d’une autre au maintien de sa vitesse moyenne devient un ennemi.

La voie publique est une jungle hostile où se mêlent individus sociaux aux intérêts très différents. En dépit de cela, piétons (parfois groupés par foyer complet, incluant les spacieux véhicules pour bambin ne maîtrisant pas la bipédie), coureurs, cyclistes, promeneurs de chiens avec laisse de grande taille, serveurs de restaurants en bordure, jardiniers adeptes des tuyaux d’arrosages, conducteurs de véhicules motorisés doivent cohabiter.

Certains de ces individus sociaux essayent peu ou prou d’adapter leur comportement en fonction d’autrui de manière à ce que tous, vivent dans une certaine harmonie dans l’usage de ce bien mutualisé, nommé voie publique. D’autres en revanche, n’ont pas conscience de leur pouvoir de nuisance et adoptent sans nécessairement le savoir, des comportements dangereux vis-à-vis d’autrui, que ce soit pour leur santé mentale ainsi que pour leur intégrité physique.

Le cycliste sportif, du fait qu’il circule à une vitesse généralement supérieure à celle des autres catégories de personnes à l’exclusion des conducteurs de véhicules motorisés (et encore, cela dépend du chemin emprunté), se doit de redoubler de vigilance et d’avoir la maîtrise totale de son vélo de sorte d’esquiver ces dangers de la route.

Au regard d’un cycliste, nous avons recensé 11 catégories de personnages au comportement dangereux. Les voici :

trottinette-pour-les-grands-et-les-petits-id766

1- L’enfant véhiculé

1- L’enfant véhiculé (en trottinette, bicyclette, skateboards à deux ou quatre roues, rollers, chaussures magiques à roulettes) : le plus imprévisible d’entre tous. L’enfant véhiculé est un adepte inconditionnel du changement de trajectoire inopiné, lui-même ne maîtrisant pas ses changements. Ces changements interviennent de manière aléatoire, mais très souvent au moment exact de votre passage à ses côtés. Ainsi, il est capable de refermer la trajectoire que vous avez choisi pour vous doubler en un temps record (environ 0,25 secondes). Talent pour causer un accident : 10/10 – Excellent, un grand champion.

articles_21692

2- Le chien en laisse

2- Le promeneur de chien en laisse : intéressant type de promeneur capable de placer des guet-appens sur le parcours du cycliste, décidés par la seule et unique volonté du chien. Une laisse, attachée à un maître et un chien, en travers de la route d’un cycliste élancé à 30 km/h peut causer un sacré bazar. Nous vous laissons imaginer la chose. Talent pour causer un accident : 8/10 – Dépend du caractère taquin du chien.

3- Le chien « sans fil » : animal qui profite de sa liberté provisoire en se déplaçant à sa guise. Ne saisissant pas la psychologie canine (le canin ne saisissant pas non plus la psychologie cycliste), le cycliste n’a pas la moindre capacité d’anticiper la trajectoire du chien. Le chien peut évoluer en tout sens, à n’importe quelle vitesse, de manière rectiligne, en diagonale, en faisant des ronds, en reculant… en un mot : imprévisible. Il peut être attiré par n’importe quoi : un piaillement d’oiseau, une feuille morte qui tombe, une fourmi, un enfant qui pleure, une femelle a son goût, un cycliste qui s’approche trop près de lui. Nous constatons que le chien extériorise souvent l’intérêt qu’il porte pour un élément perturbant par des aboiements, et des déplacements généralement dirigés vers lui. Dans ce cas, le cycliste est obligé de freiner, voire piler net. Il peut également décider de contourner le chien, exercice particulièrement périlleux car le chien peut vouloir suivre le cycliste. Talent pour causer un accident : 6/10 – Dépend du caractère taquin du chien.

2_Minibrouette_andreyutzu

4- L’enfant non véhiculé

4- L’enfant non véhiculé muni de jouets, corde à sauter ou simplement non équipé : L’enfant en soi est un danger car n’a aucune conscience du danger, que ce soit le danger qu’il représente pour autrui, le danger que représente autrui pour lui, et enfin le danger qu’il représente pour lui-même. L’enfant non véhiculé se déplace comme bon lui semble au gré de ce qui traverse son esprit. A l’inverse du chien, il n’est pas particulièrement attiré par le cycliste et n’ira donc pas volontairement le suivre (techniquement, ce sera également difficile). Le klaxon ne lui faisant pas peur (il doit se dire que le klaxon est le jouet du cycliste), il est donc difficile pour le cycliste de lui donner un signal d’alerte. L’enfant équipé d’une corde à sauter ou d’un ballon est encore plus dangereux dans la mesure où il élargit son périmètre d’attaque. Talent pour causer un accident : 9/10 – Excellent, mais moins néfaste que l’enfant véhiculé.

5- L’automobiliste : fait parfois preuve d’une extrême prudence au moment de doubler le cycliste, pouvant le conduire à rouler derrière pendant plusieurs minutes. Il fait également parfois preuve d’une absence totale de prudence, le conduisant à raser le cycliste à 10 centimètres. Talent pour causer un accident : 3/10 – Modéré.

e006461

6- Les promeneurs en vélo

6- Les promeneurs en vélo : apprécient de rouler côte à côte, occupant une partie importante de la piste. Il sont tellement absorbés par leur conversation qu’il ne se rendent pas compte qu’un cycliste impatient est juste derrière et aimerait passer. Ils sont parfois enclins au zigzag, leur vitesse d’évolution étant relativement faible et leur équilibre parfois incertain. Talent pour causer un accident : 3/10 – Modéré.

7- Le joggeur : Dieu sait que nous avons un profond respect pour ce type d’individus dont l’activité sportive est notre passion. Toutefois, le joggeur agit quelques fois de manière assez individualiste, ne se souciant pas du monde qui l’entoure.

  • parc-de-lArchantel-coureur-_9591

    7- Le joggeur

    Cas n°1 : Lorsque le joggeur court à contre-sens, il ne représente qu’un danger léger dans l’hypothèse où ses facultés visuelles sont un tant soit peu opérationnelles. Ledit joggeur aperçoit le cycliste arriver au loin, de même pour ce dernier. Les deux individus s’évitent tout simplement.

  • Cas n°2 : En revanche, si le joggeur court dans la même direction que le cycliste et qu’il est placé devant lui, le danger est nettement supérieur au cas n°1. En effet, il n’est pas exclus qu’après 5, 20, 50 minutes ou plus de footing, le joggeur interrompt brusquement son activité. Le cycliste doit alors effectuer un freinage d’urgence afin d’éviter l’accident. Talent pour causer un accident : 3/10 – Avéré, mais rare.

8- La personne statique en plein milieu de la route : Par essence, elle n’est pas dangereuse si elle demeure statique. Mais la réalité est tout autre. La personne statique est imprévisible. A tout moment, elle peut décider de mouvoir sa masse corporelle, sans prêter nulle attention à ce qu’il se passe autour d’elle. La meilleure façon d’éviter tout contact physique avec cette personne est de klaxonner, ce qui peut avoir pour effet de la faire bouger sur votre trajectoire. Talent pour causer un accident : 3/10 – Avéré, mais rare.

senior-marche-174130

9- Papy et Mamie promeneurs

9- Papy et Mamie promeneurs : Même si Papy et Mamie promeneurs se déplacent à faible allure, ils représentent un danger appréciable. Leur âge ayant altéré leurs facultés auditives et visuelles ainsi que leurs réflexes, ces derniers sont peu réactifs aux alertes. En cas de déplacement inopiné de leur part, ils peuvent être involontairement indifférents à l’arrivée d’un cycliste, ce dernier étant le seul à devoir opérer une esquive d’urgence. En cas d’accident, les dégâts sur Papy et Mamie peuvent facilement s’avérer irreversibles. Talent pour causer un accident : 3/10 – Modéré, mais grave.

10- Le cycliste zigzageur : Le cycliste zigzageur est particulièrement agaçant. Souvent jeune, muni d’un téléphone mobile ou d’écouteurs, il cumule les mauvais points malgré le fait qu’il maîtrise son vélo dans la plupart des cas. Le cycliste zigzague, on ne sait pas pourquoi. Lui-même ignore la raison pour laquelle il zigzague. Peut-être est-ce rigolo ou « swag » à son goût, ou bien est-il un peu maso et adepte de frayeurs. Ses zigzags sont évidemment irréguliers, autant par leur amplitude que par leur fréquence. Anticiper les comportements de cet individu relève de l’impossible. Talent pour causer un accident : 7/10 – Très bon.

11- La personne qui veut t’éviter mais qui aurait mieux fait de ne pas modifier sa trajectoire : Cet individu, circulant au sens opposé du cycliste, est pourvu de bon sens car il tente de l’éviter (il a conscience du fait que tout contact physique ne serait pas forcément très agréable). Néanmoins, quand il fait le choix d’esquiver le cycliste, il le fait en même tant que lui. Par manque de synchronisation claire, les deux individus sont voués à s’entrechoquer à moins que l’un des deux ait le temps de modifier à nouveau sa trajectoire. Talent pour causer un accident : 5/10 – Très aléatoire.

Bien évidemment les amis, ce billet est rédigé sur le ton de l’humour 😉 Nous avons bien conscience que la voie cyclable est à partager par tous, ce qui génère forcément des situations d’inconfort qu’il est toujours amusant de partager, (surtout après coup).

Que vous soyez cycliste, joggueur, Papy Mamie, ou promeneur, n’hésitez pas à rebondir sur ce billet. Si un autre type d’individus vous agâce lors de vos sorties en vélo, faites le nous savoir ! 🙂

A très bientôt les amis !

Les Lapins Runners.

carottes petit

Commentaires
Réagissez