Les 20 km de Paris : Moteur, caméra, action !

20kmparis2015Hello les amis !

Dimanche dernier, nous avons eu la chance d’épingler notre dossard pour la 37e édition des 20 km de Paris grâce à notre team Tomtom.

A cette occasion, Tomtom a crée une team spéciale féminine que j’ai intégrée. Nous avons été ainsi une vingtaine de chanceuses à bénéficier d’un coaching composé de 5 entraînements, le tout sous l’œil sévère mais bienveillant de notre coach Anouk aka Soldat Garnier (3e féminine et 1re Française à la Spartan Race, pour vous donner une idée du palmarès de la demoiselle). Avec pour partenaire la boutique KM42, nous nous sommes réunies chaque semaine au parc Monceau. Moi qui ne varie jamais mes entraînements, ça m’a fait du bien de changer mes petites habitudes, de faire du PPG, à coup de jump, squats et planche… le tout en musique au rythme de notre hymne : « Nous on est les filles TomTom, et on n’a pas besoin d’hommes ! […] « Crédit Paroles : Anouk.

Hymne Team féminine Tomtom     

Mon objectif des 20 km de Paris était à l’origine de passer sous la barre des 1h40. Néanmoins, après mon RP aux 10 km de la Noctambule (45min53), j’ai revu mon objectif à la hausse et j’ai désormais l’espoir de me frotter à un 1h36. Un objectif très ambitieux, comme souvent !

La minute culture ! Oscar Wilde a dit un jour une phrase qui illustre très bien la manière dont nous construisons nos objectifs, parfois réalistes, parfois moins. La voici : « Il faut toujours viser la lune, car même en cas d’échec on atterrit dans les étoiles ». Inspirant n’est-ce pas ?

Les conditions semblent en tout cas propices à un RP dans la mesure où j’ai un dossard me donnant accès à un sas préférentiel. La classe !

Le jour J, nous rejoignons la team à 8h40 au village situé à Ecole Militaire (les souvenirs de la Parisienne remontent !) pour participer à l’échauffement par Soldat Garnier. C’est avec joie que nous retrouvons nos copains de la Team.

Après l’échauffement, direction les commodités où je patiente 20 bonnes minutes, au bout desquelles je retrouve le stand Tomtom complètement vidé. Toute la team semble avoir rejoint le départ et Emir a disparu. Je me dirige alors au niveau des sas en quête du Lapin avec lequel j’avais prévu de courir. L’énervement et l’angoisse se mêlent. Je n’ai pas le « coeur » à courir 20 km seule.

Tellement pris dans des discussions de part et d’autres avec des membres de la team que j’ai complètement perdu Carole … Je ne réalise même plus qu’elle est restée en arrière et pense qu’elle est allée dans le sas préférentiel avec l’équipe féminine et le soldat-coach.

Gros soulagement, je me hisse dans un sas au pif et retrouve Emir, accompagné de Jannah, Nas, Mélanie… et un bon morceau de la team.

Je donne une mention spéciale au bazar pour l’entrée dans les sas ! Dans la prochaine vidéo, vous verrez que des bénévoles étaient positionnés pour vérifier le dossard de chaque personne tentant d’entrer dans un sas, ce qui a créé des embouteillages énormes et des escalades de grillages.

Après quelques petites minutes d’attente, c’est le top départ ! Nous ignorons dans quel sas nous sommes situés mais ça bouchonne beaucoup, y compris sur les trottoirs.

Passé le km 1, l’avenue Foch s’ouvre à nous, nous permettant de courir à notre vitesse. Il va falloir rattraper ce temps perdu si je veux espérer tenir ces 1h36 ! Je percute à ce moment là que je n’ai pas activé ma montre. Flûte, je ne vais pas pouvoir me caler dessus pour savoir où j’en suis.

Emir semble en forme, gambade et s’amuse à aller au devant des animations musicales pour de meilleures prises à la GoPro.

Nous atteignons le km 10 en environ 48min ce qui est très satisfaisant pour un début de course aussi embouteillé.

12091254_10153636516829522_1579229029456343069_oJ’ai l’impression que le parcours est rempli de faux plats, tunnels. Mes jambes ont du mal à suivre. Je vais inévitablement ralentir.

Km 11, Emir me lance : « Ma femme, je n’arrive pas à te suivre. ». Je suis un peu étonnée, je ne l’avais pas senti venir. Aucun problème pour moi, je ne me sens pas en forme non plus de poursuivre à cette allure et m’adapterai à sa vitesse. Emir m’empêche néanmoins de le suivre et m’encourage à continuer seule pour faire un chrono.

En rétrospective, je pense que les raisons de mes difficultés sont les mêmes qu’au marathon de Paris en avril, où je n’ai pas pu suivre Carole non plus. J’ai chaussé des minimalistes pour la première fois depuis un moment à une telle vitesse et sur une distance aussi longue. Mon corps n’était pas prêt, et j’en ai morflé au point de me résigner à marcher.

C’est donc seule et attristée que je poursuis ma route. Je suis vraiment dans le dur et j’ai hâte de passer la ligne d’arrivée.

Ma vitesse a nettement diminué mais je parviens toutefois à dépasser le meneur « 1h40 » que je tiendrai éloigné de moi.

Le fait que ma montre soit en décalage avec les indications kilométriques me perturbe. Je calcule sans arrêt ce qui me reste à parcourir.

Km 18, passage sur les quais de Seine. C’est un grand soulagement de sentir que la fin est proche !

A quelques 300 mètres de l’arrivée, je tente un sprint, ma foi pas extraordinaire et franchis la ligne au bout de 1h38’23 d’effort. Je suis un peu déçue même si j’ai rempli le contrat d’origine, celui de passer sous la barre des 1h40.

medaille20kmparis

Un grand bravo à tous les finishers des 20 km de Paris, en particulier à nos copains, à notre chère Team TomTom ainsi qu’à la team féminine. Un grand merci à Anouk qui nous a offert des entraînements de qualité, toujours dans la bonne humeur et l’enthousiasme.

Bravo également à Isabelle qui a accepté de porter la flamme « 2h05 » au dernier moment et a accompli sa mission de meneuse d’allure avec brio !

Encore aujourd’hui, les courbatures aux mollets se font sentir. Il faudra bien les faire disparaître d’ici dimanche pour tenter un RP au semi de Meaux !

Les amis, nous nous retrouverons samedi à la Défi Run ASSU 2000 et dimanche au semi de Meaux. D’ici là, portez vous bien et à très bientôt !

La vidéo !

Les Lapins Runners.

carottes petit

 

 

Commentaires
  • Ludo Arlu dit :

    Félicitations. Sans vouloir péter l’ambiance, on voit qu’Oscar Wilde n’était pas astronome sinon il aurait su que les étoiles se trouvent bien plus loin que la Lune qui est à 340 000 km, la plus proche de nous étant le Soleil à 150 millions de km (ça ferait une belle course). Désolé, déformation professionnelle. Mais, l’image est belle.

    • Carole dit :

      Hello Ludo ! Tu as bien fait de t’exprimer et péter l’ambiance (lol), on se couchera moins bêtes grâce à toi ! Nos cours de sciences nat/astrologie sont déjà loin derrière nous, je te remercie pour cette remise à niveau ! 🙂
      A bientôt !

  • Ali RunHappy dit :

    Bravo Carol et bon courage au semi de Meaux !

  • Camille dit :

    1h38 C’est vachement bien ! A mi chemin entre la Lune et les étoiles !
    Et comme je dis depuis toujours (c’est à dire depuis dimanche, 12h22) faut pas aller trop vite et exploser ses temps sinon le prochain coup faut tenir des allures de malades ! ;D

    • Carole dit :

      Merci Camille !
      C’est vrai que ça met vachement la pression de faire des RP pour les courses qui suivent !! J’appréhende un peu dimanche où je vais « devoir » faire moins d’1h43min40… Au pire, si je n’y arrive pas c’est pas bien grave. Il y aura des tartines de brie à l’arrivée pour me consoler. lol

  • Daddy The Beat dit :

    Quel niveau d’exigence Carole 😉

Réagissez