Marathon de Marrakech : le bilan !

Hello les amis,

A l’occasion de notre 30e marathon, nous avons élu terrier à Marrakech ! Après le Marathon des Sables en 2014, c’était la deuxième fois que nous quittions l’Europe pour participer à une course. Notre ambition du jour était davantage de faire une sortie longue touristique que d’établir un record personnel sur la distance, bien que le parcours s’y prêtait.

Plutôt qu’un énième récit de course, voici graphiquement ce que nous avons retenu, apprécié ou non de ce marathon. 

 

camembert marathon

 

 

affiche_marathon de marrakechLe parcours propice au RP

Si vous avez envie d’exploser votre chrono sur marathon et que vous supportez la chaleur, alors le marathon de Marrakech est fait pour vous. Le parcours est très roulant (120 mètres de dénivelé) et est composé de longues et larges lignes droites. Fort de ses 6 000 participants répartis sur le marathon et le semi (avec un départ différé de 1h15), vous ne risquerez pas beaucoup de vous faire bousculer.

 

Les « tope-là » des enfants

Du fait que nous avons couru majoritairement en zone « rurale », les spots de supporters étaient peu nombreux. Cependant, lorsqu’il y en avait, les enfants étaient particulièrement présents pour nous encourager, et pour notre plus grand plaisir, très friands de tope-là.

Nous n’avons malheureusement pas compris comment se disait « lapin » en arabe. Il faudra donc revenir une prochaine fois 😉

topla enfant

 

Le contrôle de la circulation

Il est vrai que la veille du marathon, alors que nous découvrions Marrakech, je craignais pour nos vies : la circulation des automobilistes/motocyclistes étant particulièrement dense, il fallait redoubler de vigilance lors de nos promenades en centre-ville. De plus, les véhicules n’étant pas exceptionnellement écologiques, je me demandais si nos poumons allaient pouvoir survivre à tant d’attaques naso-pulmonaires… Heureusement, la circulation a été partiellement stoppée sur le parcours. Lors des passages en ville, les policiers se sont assurés de la bonne régulation du trafic, obligeant les véhicules à laisser la priorité aux coureurs.

 

La diversité des paysages

Palmeraies, jardins, zones urbaines, quartiers résidentiels/hôteliers, quartiers populaires, dromadaires… les paysages étaient diversifiés et pour le moins exotiques.

Les ravitaillements trop légers

Pour une inscription à 70 € pour le marathon, nous pouvions nous attendre à un ravitaillement plus consistant. En effet, les ravitaillements étalés sur le parcours étaient uniquement composés d’eau tous les 5 km et de mandarines non épluchées, à partir du km 10. A l’arrivée, il nous a été offerte une banane, seul aliment vraiment solide de la course !

Nous aurions vraiment apprécié déguster fruits secs et oléagineux, dont abondent pourtant les souks et marchands de la ville !

 

La météo ensoleillée

Tandis que la course débute à 8h00 sous 9°C, les températures montent très rapidement jusqu’à atteindre 25°C vers midi. Pour rafraîchir les coureurs, de nombreux stands d’épongeage sont répartis sur le parcours, et ce, dès le 5e km.

 

medaille_marathon de marrakechLa médaille finisher

Identique à celle du semi-marathon, la médaille finisher du marathon de Marrakech est loin d’être incontournable. Selon nos sources secrètes et occultes, la médaille serait la même chaque année, seule la date serait mise à jour…

 

La quasi absence de spots musicaux

Les animations musicales ne constituent définitivement pas le point fort du marathon de Marrakech ! En effet, seuls deux petits groupes de musique traditionnelle étaient présents sur le parcours.

 

Notre Bilan

Les points forts

  • Le bonne position de la course dans le calendrier qui nous permet d’attraper des coups de Soleil en plein mois de janvier 🙂
  • Le profil de la course, propice à une perf sur semi et marathon
  • L’exotisme et la diversité des paysages. Marathon en nul cas comparable à un marathon français !

Les axes d’amélioration

  • Le rapport qualité-prix du dossard insatisfaisant : 70 € le dossard du marathon pour un ravitaillement vraiment limité, un t-shirt de coton et une médaille qui n’est définitivement pas des plus bling-bling. Heureusement, le coût de la vie sur place et le prix des billets d’avion Paris-Marrakech compensent.
  • La quasi-absence d’animations musicales

Notre note : 6,5/10

 

Les amis, nous espérons que ce bilan vous aura aidé à sélectionner cette course ou non dans votre planning !

 

L’incontournable récit vidéo !

Nous vous retrouverons ce week-end, pour un planning pour le moins chargé avec au programme :

Samedi 6/02 : les foulées de Malakoff et le Issy Urban Trail

Dimanche 7/02 : foulées de Vincennes

Au plaisir de vous y retrouver pour échanger !

Les Lapins Runners.

carottes petit

Commentaires
Réagissez