Test de la combinaison Challenger d’Aqua Sphere

logo Aqua SphereHello hello !

La combinaison néoprène en triathlon, c’est l’allié avec lequel vous ferez corps pendant l’épreuve de natation jusqu’à votre transition en vélo.

Elle constitue un investissement à ne pas négliger (de 80 € chez Nabaiji à plusieurs centaines d’euros). Autant dire qu’il vaut mieux réfléchir à deux fois avant de casser sa tirelire !

A l’approche de mon Ironman est venu le moment où j’ai du m’interroger sur la combinaison néoprène que j’allais porter le jour J. N’ayant jamais porté de combinaison jusqu’alors, je me suis dirigée vers Aqua Sphere, fabricant spécialisé dans les sports d’eau et filiale de l’entreprise française Aqua Lung (groupe Air Liquide).

J’ai eu la possibilité de tester la combinaison Challenger (2016) pour femme que j’ai portée sur l’Iron Corsair et vous en livre mon ressenti. C’est parti!

 

Les caractéristiques techniques

Je vous propose un coup d’oeil rapide sur les caractéristiques de la combinaison Challenger et leurs intérêts de manière à ce que vous ayez un aperçu global et concis de ce qu’elle peut vous offrir.

Test combinaison W Challenger caractéristiques

 

Les conditions de test

J’ai testé la combinaison Challenger d’Aqua Sphere au cours de séances suivantes :

  • Une séance découverte de la combinaison d’une durée de 5 min sur la baie de Saint-Malo (11/06/2016)
  • La partie natation de l’Iron Corsair sur la baie de Saint-Malo le 12/06/2016 : distance officielle de 3,8 km environ en 1h57.
  • Une séance natation au plan d’eau de la Roussille à Châtelus Malvaleix (Creuse) le 14/08/2016 : 700 m

J’ai systématiquement porté la combinaison Challenger par dessus ma combinaison trifonction Free Sanremo de Castelli.

 

Le test de la combinaison Challenger

 

Avant baignadefermeture éclair challenger

 

L’enfilage rapide : Chrono à l’appui, j’ai mis 3min45 à enfiler la combi à aide d’un sac plastique. A toute fin utile, je précise qu’il s’agit du chrono d’une novice qui enfile une combinaison néoprène pour la 4e fois de sa vie.

La cordelette reliée à l’embout de la fermeture éclair est suffisamment longue (54 cm) pour être facile à saisir.

Dès le 2e enfillage, la fermeture éclair s’est systématiquement coincée dans un bout du tissu, ce qui depuis, requiert une aide extérieure pour la monter jusqu’en haut.

Astuces pour un enfilage rapide de votre combinaison :

Astuce n°1: Demandez à un proche de souffler dans les manches. L’air chaud qui rentrera permettra de les ajuster sans faire de plis.

 

souffle neoprène

 

Astuce n°2: Mettez votre pied dans un petit sac plastique (type sac en plastique pour fruits et légumes) et enfilez la combinaison. La combinaison glisse toute seule. Une fois enfilée, vous pourrez retirer facilement le sac plastique de votre pied.

 

enfilage sac

 

Le confort : La combinaison est très confortable. Je me sens gainée et je peux continuer à respirer normalement, sans me sentir comprimée.

La maintien au chaud : La combinaison tient bien au chaud. Juste avant d’enfiler la combinaison Challenger pour la première fois sur la baie de Saint-Malo, j’avais la chair de poule. Une fois dedans, je suis sentie protégée du froid et du vent.

Le look : La couleur rouge tranche avec les autres combis, noires pour la plupart. J’étais ainsi plus facile à repérer sur la plage parmi les 500 triathlètes. Je la trouve très stylée et j’ai l’impression de faire « pro » dedans.

 

Dans l’eau

 

La chauffabilité : Debout avec eau jusqu’à la taille, l’eau ne pénètre pas dans la combinaison. Ce n’est qu’une fois allongée dans l’eau que j’ai commencé à sentir l’eau qui rentrait dedans. Ce qui est impressionnant quand on essaye une combinaison néoprène pour la première fois, c’est que malgré la pénétration de l’eau dans la combinaison, cette dernière nous garde bien au chaud. Dans une certaine limite bien entendu, la combinaison ne nous épargne pas des variations brusques de température dans l’eau (courants froids).

L' »isolation » par rapport à l’eau est très bonne, dans la mesure où on ne sent à peine quand on rentre dans l’eau.

Résultat : après mon essai la veille de l’Ironman, je n’avais plus du tout d’appréhension vis-à-vis de la (faible) température de l’eau, tant la combinaison protègeait bien du froid.

Sortie de l’eau sur l’Ironcorsair

La capacité de flottabilité : La capacité de flottaison est excellente.

Les quelques mouvements de bras suffisent à avancer à une vitesse nettement supérieure qu’à la piscine en maillot de bain. J’ai d’ailleurs pu le constater en comparant mes temps. La combinaison se comporte comme un pull-buoy : mes jambes flottent sans que je n’ai besoin de les battre.

Le confort : Au cours de ces 117 minutes d’effort, je n’ai ressenti aucune douleur liée au port de la combinaison (nuque, aisselles). J’avais appliqué de la vaseline au niveau de ma nuque au moment de l’enfilage, mais je suis presque convaincue qu’elle n’a servi a rien.

​Ma liberté de mouvement était très bonne et j’ai pu respirer convenablement sans craindre de compression de mes poumons

Sortie de l’eau à Chatelus Malvaleix

 

 

Après l’effort

 

Au moment de sortir de l’eau, une partie de l’eau restée dans la combinaison est évacuée et pour ce faire, descend le long des jambes. C’est une sensation très particulière, comme si on dégoulinait. L’image peut sembler désagréable mais ce n’est vraiment pas génant.

Le désenfillage : Le retrait de la combinaison se fait rapidembiseau challengerent (moins de 2 minutes), notamment grâce à la coupe biseautée au niveau des chevilles. Ayant du avoir une transition express lors de mon Iroman (je suis arrivée bonne dernière de l’épreuve de natation), cet aspect était décisif pour moi.

Malgré mon manque d’expérience, la combinaison semble solide, et je ne lui ai causé aucun dégat.

La durée de séchage : La partie intérieure met beaucoup plus de temps à sécher que la partie extérieure. Dehors à 35°C, ma combinaison a séché en moins de 3 heures.

 

Mon Bilan

 

En tant que débutante, j’ai été agréablement surprise par les sensations que procurait une combinaison néoprène de manière générale et très satisfaite de la combinaison Challenger de Aqua Sphere, qui, malgré le fait que je ne peux la comparer à aucune autre, est à mon avis une combinaison de très bonne qualité. Elle a constitué un très bon allié pendant les 117 premières minutes de mon Ironman.

 

Les points positifs

  • La flottabilité
  • Le confort : aucune douleur constatée au bout de 2 heures d’effort
  • La coupe biseautée au niveau des chevilles facilitant le retrait de la combinaison
  • Le maintien de la chaleur corporelle

Les axes d’amélioration

  • La fermeture éclair qui coince dans le tissu lors de l’enfillage
  • La mise en place d’un sifflet intégré en cas d’urgence (noyade/attaque de requins)
  • On pourrait imaginer l’intégration de fermetures éclair au niveau des jambes pour faciliter et accélérer l’enfillage et le retrait de la combinaison ? (A voir si cela altère l’étanchéité)

Ma note : 9/10

 

Les infos pratiques

Le tarif : 245,00 €. Existe également en version pour homme.

Disponible en cliquant ici

 

Les amis, nous serons les 26, 27 et 28 août prochain à Chamonix pour le 4e et grand défi de l’année : l’UTMB ! D’ici là, portez vous bien, et kiffez la vie !

Les Lapins Runners.

carottes

Réagissez