Running, lunettes et swag avec Shamir

Hello les amis,

Il faut l’admettre. Quand nous sommes contactés par des marques de verres optiques, nous avons tout d’abord des doutes. Beaucoup moins de doutes que lorsque nous sommes contactés par Danone pour vendre des Danettes, certes, mais des doutes quand même. C’est alors que la marque avance des arguments plus que séduisants : des verres correcteurs sur des montures adaptés au sport. Pour Carole, qui fait le choix de se passer de correction par peur de l’inconfort, c’est une aubaine, convenons-en. Pour Emir, qui a la chance de se passer de correction, c’est potentiellement un plus non négligeable pour le capital swag nécessaire à tout coureur qui se respecte.

C’est ainsi que depuis février, nous avons pactisé, non pas avec le sheitan, mais avec la marque Shamir afin de nous apporter mutuellement de quoi mieux courir, et donc de quoi courir plus, et encore donc de quoi vous apporter quelques retours d’expériences les amis. Shamir étant tout d’abord un fabriquant de verres optiques, ces derniers se sont associés à Wiley X afin de nous proposer des montures adaptées au running, mais surtout très swaggy.

Que vous cherchiez de quoi vous protéger les yeux du soleil dans le ciel et des moucherons dans les parcs, ou encore avoir enfin une correction oculaire sur vos plus belles courses, la suite devrait vous plaire. Parole de Lapins.

 

Shamir en quelques mots

Shamir conçoit des verres de lunettes high tech unifocaux ou progressifs adaptés aux situations du quotidien : loisirs, environnement pro et sport.

 

Pour les fans de vulgarisation scientifique, déroulez ce qui suit. Pour ceux qui ont déjà mal aux cheveux à cause du « unifocaux » de la phrase précédente, continuez plus bas.

Parlons optique, pour la culture

Les verres unifocaux sont munis d’un seul foyer et corrigent alors un seul défaut (la vision de près ou de loin)

Les verres progressifs sont munis de de deux foyers avec un couloir de progression entre les deux qui permet d’éviter les sauts d’image (dont pouvaient être sujets les porteurs de verres bifocaux) et corrigent la vision de près et de loin.

[collapse]

 

Comment obtenir une correction optique de type qualitative

Etant myope, j’ai opté pour des verres correcteurs. Je me donc suis rendue chez mon ophtalmo afin d’obtenir une ordonnance puis chez un opticien pour qu’il calcule mon écart pupillaire (la distance entre les deux pupilles) à l’aide d’un appareil de mesure plus précis. J’ai ensuite transmis ces éléments à Shamir, nécessaires à la confection de mes lunettes.

L’opticien vous communique gratuitement cette mesure mais en contrepartie du service, vous incitera lourdement à acheter vos lunettes dans sa boutique. Pas folle la guêpe !

 

Mon choix de monture s’est porté sur modèle Saint, convenant à une morphologie féminine. La monture est blanche ; les verres bleus de l’extérieur, verts de l’intérieur et décrits comme « idéals dans des conditions de forte luminosité ».

De plus, ces verres sont polarisants, ce qui confère à la vision un confort certain, car ils éliminent les reflets de la lumière sur toute surface brillante (mer, route, sable, surface enneigée).

 

Le test

Les conditions de test

J’ai testé les verres Shamir :

  • pour la toute première fois au marathon de Paris le 9 avril, sans aucun temps d’adaptation, alors que j’avais l’habitude de courir sans correction
  • en entraînement, sur le circuit des 25 bosses à Fontainebleau le 22 avril
  • sur l’ultra du Pas du Diable (un ultra de 120 km dans l’Aveyron) les 29 et 30 avril

 

Les informations préliminaires

Il est important de préciser que je n’ai jamais porté de lunettes de vue sur une course pour les raisons suivantes :

  1. j’ai toujours pensé que le port de lunettes constituerait une gène dont je préférais m’acquitter
  2. ma myopie ne m’a jamais handicapée au point que je me gamelle sur une course
  3. je ne suis jamais amenée à lire sur une course ou bien à chercher un objet au loin, ce qui rend le port de lunette « non vital » (note à vous : je vous déconseille de faire équipe avec moi sur une course d’orientation)
  4. l’arrière de mes oreilles est déjà occupée par mon serre-tête oreilles de lapins en course (v’la la problématique que personne sur terre ne rencontre)
  5. aspect à ne pas négliger : mon capital swag affiche des valeurs négatives dès lors que j’enfile des lunettes

Je confirme la 3 et j’invalide la 5

J’ai bien essayé de porter des lentilles en course mais comme mes yeux ont la facheuse tendance à s’humidifier, les lentilles avaient, elles, tendance à tomber. Après la perte de deux lentilles en course, j’ai mis fin à cette (coûteuse) expérience.

 

Mes impressions

 

Temps d’adapation nul

Même si cela n’était pas conseillé par Shamir qui craignait que les lunettes ne constituent une source de stress au cours de l’objectif tant attendu que constituait le marathon de Paris (mdr), j’ai fait ma thug life et j’ai testé pour la première fois les verres sur la course. Sans temps d’adaptation au préalable, donc. Je les ai portés sans la moindre gène (ou presque, ce que je détaille plus bas) sur la totalité de l’épreuve, pendant près de 5 heures.

 

Des verres qui ne retiennent pas la pluie

Les verres ont l’avantage d’être hydrophobes car malgré les nombreux arrosages dont j’étais très friande ce jour-là, l’eau ne restait pas sur le verre et ma vision en a aucunement été altérée.

 

Ne rien manquer des paysages

Le jour du marathon de Paris, jour où j’ai testé les lunettes pour la première fois (je vois que vous suivez), j’ai pris conscience à quel point ma myopie m’empêchait de voir avec précision et d’apprécier la course dans son entièreté. Pour la petite anecdote, j’ai découvert ce jour-là qu’il était possible de visiter l’arc de Triomphe quand j’ai aperçu les touristes au sommet du monument.

En bref, j’avais l’impression d’être un aveugle qui retrouve la vue !

A L’Ultra du Pas du Diable, quel ne fut pas mon émerveillement quand j’ai enfilé ma paire de lunettes, alors que nous étions dans une prairie. Avoir la faculté de distinguer brin d’herbe et feuille d’arbre était quelque chose que je n’imaginais même pas possible ! J’ai profité un maximum des paysages dont je me suis régalée.

 

Gare aux zones sombres

Les verres solaires ne sont évidemment pas adaptés aux zones obscrures que vous pouvez être amenés à traverser sur une course. C’est ainsi que pendant le passage du 1er tunnel du marathon de Paris (25e km), je voyais quasiment noir tant les verres assombrissaient le tunnel déjà obscure. J’ai pensé : « Mais comment font les coureurs pour courir dans de telles conditions ? Il y a sans doute une panne d’électricité, pourquoi personne ne se plaint ? » avant de réaliser que sans lunettes de Soleil, il n’était pas bien compliqué de courir dans ce tunnel.

 

Formation de buée

Pendant notre matinée aux 25 bosses, j’ai remarqué que pendant les temps d’effort en montée (en marche), de la buée se formait au niveau des verres, avant de s’échapper dans les phases de course/descente. Je n’ai cependant pas ressenti cela sur l’ultra du Pas du Diable, bien que les côtes ne manquaient pas.

 

La légèreté des lunettes

Les lunettes se font presque oublier tant elles sont légères. Presque car on distingue quand même la monture.

Je n’ai aucune crainte de les perdre dans la mesure où les branches tiennent au visage d’une part, et d’autre sont accrochées à un cordon tour de cou serrable, ce qui les empêcherait de tomber dans le cas où elles souhaiteraient tenter le grand saut. Ce cordon sur les montures permet aussi de les garder autour du cou dans les zones sombres.

 

Sur le terrain

 

Conclusion

Avant de tester les verres Shamir, j’avais vraiment sous-estimé l’importance de voir avec précision en course, et surtout, le confort que cela procurait. Mes lunettes Saint sont plus qu’un accessoire. Elles font désormais partie intérgante de mon équipement sur les courses/entraînements par météo ensoleillée. Je les porterai notamment sans faute sur l’ultra marin, où la qualité polarisante des verres me permettront de me régaler des paysages marins.

 

Les infos pratiques

Vous pourrez trouver ici l’ensemble de la gamme Shamir pour adultes.

Petit point d’attention: montures et verres ne sont pas interchangeables. En bref, pour une monture choisie correspond un type de verre particulier.

La paire de lunettes est fournie dans un étui rigide Wiley X, avec un cordon tour de cou et un chiffon à lunettes.

 

Les amis, nous serons le week-end prochain sur la No Finish Line à Paris (Champ de Mars) avec Humanis ! Nous y projetons de courir 24 heures entre vendredi 12 au soir et samedi 13. Donc si l’envie vous en dit, n’hésitez pas à venir nous voir pour courir un/quelques tours avec nous et claquer le petit selfie des familles.

A très vite les amis !

Les Lapins Runners.

carottes

 

Commentaires
  • Errol dit :

    Allo!!!
    bienvenue dans le monde des voyants(rires)
    Vous utilisez un les termes swag, swaggy ou encore capital swag…
    Nous n’utilisons pas ce terme au Québec, que veut il dire?

    par ailleurs j’ai toujours autant de plaisir a vous lire, c’est toujours aussi motivant. Ne lâchez pas vous avez un impact plus que positif sur la communauté des coureur-e-s, même au Québec

    encore merci Errol

    • Carole dit :

      Salut Errol !
      On appelle quelqu’un de swag quelqu’un qui a du style, au look décontracté.

      C’est gentil ça, on ne se savait pas suivis du Québec 🙂 Pas d’inquiétude, on n’a pas l’intention de lâcher 😉

      A+ et merci de ton soutien !

  • Ali dit :

    T Swag Emir ! Et Carole, c’est un mort de rire là, tu vois enfin pas flou LOL
    Dommage, je viens de commander pour la boutique une autre marque !

    • Carole dit :

      Oui, je m’émerveille 10x plus devant la beauté des paysages au point que je me dis ne pas avoir pu profiter pleinement des superbes courses dans le passé (EDF Cenis Tour, Ut4M, UTMB…)
      Mince, il va falloir annuler la commande ! 😉
      A+ Ali et bon samedi aux 25 bosses si tu y es.

  • Laurent P dit :

    Bonjour Les lapins,

    Billet très intéressant, merci Carole.
    Pour info, tu peux partir sur des verres photochromiques( verres qui s’adaptent aux changements de luminosité) pour palier aux problèmes de zones d’ombres.

    Sportivement.

    Laurent P

Réagissez