Le Grand Raid des Pyrénées 2017, le défi d’une vie ! (en attendant le prochain)

Hello à tous les amis,

Je viens aujourd’hui vers vous pour refermer l’aventure GRP – Grand Raid des Pyrénées. Je pensais ce petit billet nécessaire pour centraliser ce que nous avons produit au sujet de cette aventure qui nous a profondément marqué. Ah ce fameux GRP … Il m’aura fallu exactement 64 jours pour venir à bout du récit de cette aventure, c’est dire à quel point cela nous a travaillé !

Reprenons donc. Les amis, vous le savez peut-être si vous nous suivez sur nos autres plateformes sociales, nous avons pris part cette année au plus grand défi Ultra Trail de notre courte vie de traileurs : le Grand Raid des Pyrénées dans sa version Ultra Tour.

Comme à nos habitudes, nous nous sommes lancés dans cette aventure sans trop nous poser de questions. Alors que nous cherchions un défi de taille à relever afin de combler nos pulsions kilométriques, nous sommes tombés sur cette version anniversaire du fameux GRP : un trail dans les pyrénées de 220 kilomètres et 13 000 D+. A priori, de quoi nous remettre les idées en place. Ni une, ni deux, nous avons pris contact avec l’organisation pour nous y inscrire.

C’est alors qu’est venu le moment où il a fallu préparer… Et, vous le savez peut-être également, nous courons beaucoup au feeling et rarement spécifiquement pour la prépa d’une course. Les mots discipline, plan, coaching, stage en montagne, voire même régularité ne nous sont que peu connus. Fort heureusement, Carole m’a poussé à effectuer des sorties longues pendants plusieurs semaines avant l’événement. Un parcours de 26 kilomètres trouvé à proximité de notre domicile était devenu notre « ami ». Je ne vous cache pas que j’en ai bavé. J’en ai bavé parce que je me forçais à sortir faire ces kilomètres sans vraiment l’envie, en me disant que c’était nécessaire pour le GRP. Et ça l’était.

 

 

Le temps passait et l’épreuve se rapprochait, avec pour moi, le stress d’un gamin de 9 ans la veille du brevet des collèges. Le stress, c’est une sensation que j’ai peu connu en trail. Souvent parce que la folie et l’envie le masquait complètement. Il faut croire que ces deux sentiments ont laissé, avec le temps, leur place à des idées plus terre à terre. Pour éprouver du stress, il faut deux choses :

  1. Ne pas savoir ce qui nous attend.
  2. Appréhender. Autrement dit, ne pas être certain d’être à la hauteur.

Le stress était donc sain dans un sens puisqu’il permet la prudence et l’écoute de soi, mais il n’est pas moins désagréable. Je garde de cette « prépa », ou plus largement cette période d’avant GRP, un moment très difficile. Jusque la ligne de départ, j’avais peur. Peur de me faire rattraper par les barrières. Peur que quelque chose tourne mal, peur d’avoir mal tout simplement. Mais comme souvent les amis, une fois la ligne passée et après quelques kilomètres, nous étions dans le bain et les sensations étaient là. Nous étions lancés et plus possible de faire demi-tour. Maintenant, il ne restait plus qu’à assumer sa folie et ses ambitions.

Trève de bavardage les amis, je vous livre ci-dessous la totalité des productions vidéos qui ont précédé et suivi de GRP, de sorte à ce que vous puissiez nous suivre de A à Z, et pourquoi pas vous inspirer pour une éventuelle future épreuve.

La vidéo d’avant course

Le débrief (Post GRP)

Le teaser du périple

La partie 1 de l’aventure, quand tout va bien

La partie 2, quand le fatigue physique se fait ressentir

La partie 3, la fin de la lutte et la délivrance

Nous vous remercions infiniment pour votre soutien sur les réseaux sociaux, avant, pendant, après et à chaque sortie vidéo. Nous vous remercions pour ce moteur que vous nous offrez chaque jour en nous encourageant. Ca vient du fond du coeur.

A très bientôt les amis pour de nouvelles aventures et comme toujours d’ici-là, KIFFEZ la vie !

carottes

Commentaires
  • Houari dit :

    Coucou bravo les champions !

    Pour avoir vu ce fameux  » chantier  » de rochers et non pas de Pierre OUi OUi c était bien des rochers , tellement que les gens que je croisais en montant , Me disait, MaiS vous allez ou mr? Très surpris que j aille vous chercher certains mon déconseillés!
    N y allait mr ! Vous risquez votre vie !
    Ben non moi j y vais chercher les lapins , ils ont sûrement besoin de moi !?? Lol

    Voilà c était juste une anecdote de ce dernier jour avec vous et encore bravo , vous avez fait qq chose d énorme les lapins !
    À bientôt!

  • David dit :

    Salut les lapins,

    Merci pour le partage de votre expérience. Je me suis enquillé presque deux heures de vidéo hier soir et j’allais entamer le débriefing de 70 minutes quand la batterie de ma tablette a « rendu l’âme », sûrement épuisée par votre ultra. Et puis, à 1h du mat’, il était aussi l’heure de dormir !

    J’avais un peu cessé de suivre vos aventures ces derniers temps et c’est donc tout frais et dispo que je me suis attaqué à votre dernier grand challenge sans savoir si oui ou non, vous étiez finishers.

    J’ai beaucoup apprécié la longueur des vidéos. Pour traduire fidèlement une telle course, un tel format me paraît indispensable tout en sachant pertinemment que cela doit demander des efforts à Emir d’allumer la GoPro quand la course devient difficile (sans parler du montage). J’ai senti l’appréhension du départ, l’angoisse des barrières horaires, l’oppression quand le soleil tombe, la difficulté quand le chemin laisse place au pierrier et j’ai été déçu quand vous avez annoncé le raccourcissement de l’épreuve ce qui mettait fin à toute la dramaturgie liée à la gestion du sommeil et des barrières (cela ne remet bien évidemment pas en cause votre performance).

    Encore merci pour les vidéos et un immense bravo pour ce nouvel exploit !

    David

  • Arrouet dit :

    Bonjour et bravo à vous
    J envisage de faire la diagonale des fous mais je dois faire aussi l ultra marin du Morbihan 177 kilo
    Est il possible de faire les deux dans la même annee
    Je cours 5 fois par semaine
    J ai abandonné l ultra 138 kilo en 2017 mais j ai finis Millau 100 kilos en bonne forme
    La diagonale du dénivelé chez dénivelé zéro. Bord de mer
    Merci de tes réponses

Réagissez