BRUBECK : le sweat-shirt mi-saison des super-héros

Cela fait plusieurs mois que je teste le sweat-shirt à manches longues DRY de Brubeck et avant qu’il ne fasse trop chaud pour le porter, je vous en livre mes impressions.

J’ai accepté une nouvelle collaboration avec la marque polonaise BRUBECK car le premier haut que j’avais eu en test, à savoir le sweat-shirt THERMO m’avait beaucoup plu (cliquez ici pour lire le test).

Dans le cas présent, j’ai eu la possibilité de choisir le vêtement de mon choix. Celui-ci s’est porté sur le sweat-shirt DRY car :

  • il me semblait suffisamment chaud pour être porté cet hiver
  • il était conçu en matière synthétique (je ne porte pas de vêtement composé de matière provenant d’animaux)
  • mais surtout : je le trouvais super stylé. Je me voyais déjà pousser des ailes et, le torse bombé, passer sous la barre des 3h sur marathon à ses côtés :p

Les conditions de test

Le sweat-shirt DRY m’a accompagnée sur tout type de sortie : sortie courte et rapide, fractionné, sortie longue, marathon, trail et « ultra » sur les 80 km de l’Ecotrail de Paris.

Je l’ai porté :

  • sans accessoire
  • avec un t-shirt et/ou ma veste Cimalp par dessus
  • avec un sac d’hydratation Salomon

Mes impressions

Malgré de nombreux passages en machine (une dizaine) et le fait de l’avoir porté avec un sac à dos, le vêtement ne présente pas de signe d’usure apparente.

Je le trouve vraiment très agréable à porter. Il m’accorde une liberté totale dans mes mouvements, ne gratte pas et, point très important pour moi et particulièrement quand il fait froid, il ne remonte pas. Si je lui cherchais la petite bête, je dirais bien qu’il n’est pas très doux au toucher.

A moins que l’on vous surnomme Speedy et que votre vitesse vous empêche d’avoir froid, je vous le déconseille quand les températures sont négatives. Il me semble beaucoup plus approprié à la mi-saison ou en hiver, par température « clémente ».

Le sweat-shirt DRY est un vêtement qui se voudrait moulant (mais pas compressif). Or, le fait de l’avoir choisi en taille M par erreur n’a permis, ni à Emir ni à moi, d’apprécier l’aspect seconde peau. Si votre corpulence se situe entre deux tailles, je vous recommande de privilégier la plus petite des deux.

Vous m’excuserez, j’étais si rapide ce jour-là qu’Emir n’a pris que des photos floues

Passons la fiche technique au crible

Il m’a semblé intéressant d’étudier le marketing autour de ce vêtement en allant lire la fiche technique disponible sur le site internet de Brubeck et d’évaluer les qualités promises par la marque.

Vous trouverez ci-dessous lesdites qualités :

Sans couture : FAUX comme peut en témoigner la photo ci-dessous. En réalité, les coutures sont ce qu’il y a de plus classique.

Edit : Après lecture de mon test par Fabien de BRUBECK (co-responsable de la filiale France), ce dernier a légèrement modifié la fiche produit afin de prendre en compte mes remarques. Je salue donc l’écoute de la marque ! 👍

Tissu respirant en double couche : VRAI en ce qui concerne la double couche. Cette nano-technologie permettrait d’évacuer l’humidité générée par la transpiration et d’empêcher l’arrivée d’air froid.

Bien qu’invisible à l’œil nu, on peut constater les couches de tissu de couleur différente visibles de part et d’autre du t-shirt.

Séchage rapide : VRAI. Après passage en machine, il suffit d’une nuit pour qu’il redevienne totalement sec. De même que vous pourrez à nouveau le porter au lendemain d’une sortie sous la pluie (surtout si vous êtes du genre à reporter le même t-shirt deux jour de suite sans le laver).

Zones d’aération spécifiques : VRAI. Ces zones d’aération sont remarquables visuellement bien qu’au ressenti, j’aurai du mal à les identifier.

Antiallergique et bactériostatique : JOKER ! N’étant jamais sujette à de quelconques allergies au contact de vêtements, il m’est difficile de juger de son efficacité.

Point culture : Pour celles et ceux qui, comme moi, l’ignoraient, bactériostatique signifie « qui inhibe la multiplication des bactéries sans les tuer ». Cette propriété limiterait l’apparition des mauvaises odeurs. Tout ce que je peux vous dire c’est qu’étant attachée à la cause animale, je suis bien contente qu’on laisse ces bactéries vivre leur vie tranquillement. (je préfère préciser que je plaisante :p ).

 

Mon Bilan

Les points positifs

  • Un vêtement très agréable à porter
  • Le vêtement est dépourvu d’étiquette ce qui permet d’éviter les irritations classiques d’étiquette (syndrôme du caleçon Kalenji)
  • Un indice séchage au top
  • Un look super stylé, digne des super-héros de Marvel

Les points négatifs

  • Le tarif élevé

Ma note : 8/10. VERY BRAVO !

Tout comme à l’issue de mon premier test, je suis très satisfaite par le sweat-shirt DRY de Brubeck. C’est tout simplement le vêtement idéal pour la mi-saison, et je vous le recommande bien entendu.

 

Les informations pratiques

Tarif : Actuellement à 67,90 €

Disponible en version homme et femme, de taille S à XL

 

J’espère que ce test vous aura plu. N’hésitez pas à venir me poser des questions ou bien à commenter cet article. Je répondrai à chacun de vous.

Les Lapins Runners.

carottes

Réagissez