Les Lapins Runners terminent 2013 avec la corrida de Houilles !

 

Affiche-corrida-2013_LC_lightboxLa voici enfin, notre dernière corrida de 2013 ! La corrida de Houilles est la 48ème course de l’année et 6ème à laquelle nous participons à nouveau. Alors que la course populaire n’existait pas encore l’année dernière (ou plutôt, existait au format 6.9 Km), nous avions participé à la « course des As » au niveau tellement élevé qu’elle nous avait valu un petit coup au moral. Nous n’en sommes sortis que plus déterminés à vaincre nos propres performances.

Ceci dit, cette fois-ci, le but initial ne sera pas le RP. Emir a toujours quelques séquelles de la Saintélyon et ne préfère pas violenter son corps en cette fin d’année. Carole a également une douleur osseuse à la jambe probablement due à une augmentation de la fréquence de ses sorties running, en accord avec les objectifs que vous connaîtrez très bientôt dans notre futur bilan de 2013 (publication prévue : janvier 2014).

Venons-en maintenant au vif du sujet.

L’événement

Au programme de la 42ème édition : deux corridas de 10 Km.

  • Une corrida populaire permettant à tout le monde de participer à 14h45
  • Une « course des As » internationale, qualificative pour les championnats de France, réservée aux coureurs licenciés et capables de fournir un justificatif de performance de moins de 38 minutes pour les hommes et de moins de 42 minutes pour les femmes … vous voyez le niveau ?

En parlant de niveau, l’une des nouveautés 2013 de la course des As est l’obtention du label international Bronze de l’IAAF. Petit point de culture ? Bon d’accord.

l’IAAF – International Association of Athletics Federations
PERMIT_RRB_LABEL_FULL COLOURL’IAAF (en français L’Association internationale des fédérations d’athlétisme) est l’association chargée de régir les fédérations d’athlétisme et d’organiser les compétitions internationales. Elle a été fondée le 17 juillet 1912 à Stockholm et son siège est situé à Monaco.

L’IAAF propose trois niveaux de Labels attribués à des courses répondant à des critères bien précis, faisant l’objet de rigoureuses évaluations. Pour obtenir un Label, justifiant de la qualité organisationnelle et du niveau d’une course, l’organisateur doit faire parvenir sa demande à l’IAAF, en justifiant l’éligibilité de la course proposée. Une petite sélection des critères d’éligibilité des courses au Label Bronze :

  • Les coureurs « élite » doivent pouvoir justifier d’une performance de 29:30 pour les hommes et 37:00 pour les femmes dans les 36 mois précédant la compétition
  • Un minimum de quatre contrôles anti-dopages
  • Mesurage officiel du parcours par l’IAAF
  • Interdiction d’échanges de ravitaillement inter-concurrent ou usage de ravitaillement non officiel

Plus d’information sur ces critères sont disponibles sur le site officiel de l’IAAF.

Pour nous, ce sera donc la course populaire ! Première surprise à l’inscription : la corrida est gratuite ! Voilà qui fait beaucoup de bien en cette fin d’année, le compte en banque ayant été frappé par les dépenses de Noël.

Le jour J, 29.XII.2014, nous quittons le terrier à 12h55 pour courir à 14h45 avec 1h30 de transport à prévoir… Un pari un peu risqué, mais pourquoi changer une équipe qui gagne ? Les transports nous font une faveur, RER B et A fonctionnent parfaitement bien. À Châtelet – Les Halles, nous croisons un runner. Deux hypothèses :

  • Il est aussi en retard que nous (mais lui n’a pas de sac à déposer à la consigne)
  • Nous ne sommes pas si en retard que nous le croyons.

Ce sera la deuxième option : nous atteignons notre destination à 14h15. Un fois sur place, les souvenirs de l’année passée resurgissent, les lieux nous sont connus. Alors que nous nous apprêtons à retirer nos dossards au marché (oui, le marché couvert a été aménagé pour l’occasion), nous croisons Adrien que nous avions notamment retrouvé à la Saintélyon, début décembre. Après quelques instants d’échanges « runnosphériques », nous apprenons qu’Adrien fera la course des As. Notre ami, qui peut se le permettre, vise un joli 37’00. Nous lui souhaitons de parvenir à ses fins.

Notons que nous ne sommes pas non plus en avance, et qu’il est temps pour nous d’aller retirer notre « kit de course ». Une fois en sa possession, nous nous préparons dans la mairie de Houilles, joliment décorée à l’occasion des fêtes de fin d’année. Quelques minutes plus tard, nous rejoignons la ligne de départ où nous remarquons bon nombre de runners déguisés, dont beaucoup sur le thème de Noël.

14h45 : C’est parti !

La traditionnelle photo du sas de départ

La traditionnelle photo du sas de départ

Notre objectif commun : suivre et (pourquoi pas) rattraper la flamme jaune, le meneur d’allure des 50 minutes que nous voyons au loin, noyé dans la foule.

Nous redécouvrons le parcours composé de trois boucles dans les rues de la ville de Houilles.

Premier tour :

Nous nous élançons sous les commentaires enjoués du présentateur.

Compte tenu de fait que nous figurons parmi les derniers coureurs à nous élancer sur la course, nous devons doubler en masse afin de rejoindre notre peloton. Ceci s’avère difficile. Les allées sont étroites et la course populaire a attiré beaucoup de coureurs de tout niveau. Notre vitesse est bien en deçà de notre objectif 50’. Il va falloir que le trafic se fluidifie rapidement pour avoir une chance de rattraper notre retard.

La boucle comporte une côte assez sévère aussitôt suivie d’une descente.

Quelques souvenirs remontent. L’année dernière, alors que je tentais de passer sous la barre des 40 minutes, cette côte m’avait donné bien du fil à retordre.

Petit parcours aidant, les supporters sont très présents et nous acclament vivement à chaque passage ! L’organisation a également prévu deux orchestres au début et en fin de boucle pour motiver les coureurs.

Les commentaires du présentateur sont audibles tout au long du parcours au travers du système de sonorisation de la ville. Nous vivons vraiment un événement riche en ambiance !

Nous rattrapons, une fois de plus (après Thiais et Issy), le serveur du Tertre, dans son déguisement traditionnel. Notons que notre ami parvient à la fois à tenir son plateau et à nous serrer la main ! Rappelons au passage que nous serons présents à sa course, les foulées de Montmatre, le 22.III.2014.

En toute fin de boucle, nous retrouvons Adrien qui acclame les Lapins de tout son cœur !

Deuxième tour :

Nous nous en tenons au plan : nous continuons de nous approcher, doucement mais sûrement, de la flamme jaune !

Je sens que Carole est en train de tout donner pour sa dernière course de l’année !! J’intensifie mes encouragements.

En fin de deuxième boucle, un supporter s’exclame : « le lapin rose, il a du mal à respirer ! ». Tout est dit !

Troisième tour :

Ca fait longtemps que je n’ai pas été autant dans le rouge. Je ne dois pas faiblir. Je garde en tête que c’est dans les moments où ça fait très mal qu’on progresse. Le spectacle ne doit pas être joli à voir : Je cours la bouche grande ouverte afin de puiser le plus d’air possible, le regard fixé au ciel de Houilles, en quête d’un secours divin.

Le meneur 50’ est tout proche. Nous nous payons le luxe de le dépasser l’espace d’une minute.

Au 8ème kilomètre :

Mon lapin disparaît subitement. Je commence à m’inquiéter. Je crie « Emir, Emir ! ». Personne ne répond. Je me retourne. Emir n’est plus là. J’espère qu’il ne lui est rien arrivé. Je m’en veux de ne pas lui avoir demandé comment il allait. Dans l’affolement, je me prends les pattes dans un dos d’âne et faillis me ramasser en beauté. Mon moral est en chute libre, je me sens ralentir. Mon lapin réapparaît, enfin. Je reprends du poil de la bête.

L’application Nike+ ayant buggué lamentablement après une tentative de photo de ma lapine, je me suis stoppé quelques instants pour tenter de la relancer … Dorénavant, je me servirai de l’application « appareil photo » classique.

Dernière ligne droite :

Je n’ai plus du tout de gouache pour accomplir un sprint final !

Je suis tout heureux de voir enfin la dernière ligne droite, symbole de la délivrance prochaine de ma Lapine qui est au-delà du rouge (sûrement dans le violet). Voyez le contraste de la situation :

La dernière ligne droite, la délivrance

La dernière ligne droite, la délivrance

C’est fini ! Nous bouclons les 10Km en 50’20’’ ! Bien que nous passons la ligne après le meneur 50’00, nous sommes enfin parvenus à suivre un meneur du début à la fin d’une course !

Je suis ravie de ce chrono. Cela faisait longtemps que je m’étais pas autant approché des 12Km/h sur un 10Km. Je remercie mon Lapin qui n’a eu de cesse de m’encourager et sans qui j’aurais très certainement fait moins bien.

Tout comme l’année passée, nous récupérons un joli porte-clés très bien fini en guise de récompense.

Récompense de la Corrida de Houilles

Récompense de la Corrida de Houilles

Nous ne nous attardons pas au ravitaillement composé uniquement de boissons chaudes. C’est un comble, il n’y a pas une goutte d’eau en vue ?! Pas non plus de ravitaillement solide, si ce n’est un stand de crêpes (payant) complètement assailli par les runners avides de glucides.

Nous échangeons avec Cédric ainsi que son père, que nous avions rencontré au marathon de la liberté, à Caen six mois plus tôt. Le monde de la course à pieds est petit ! Nous faisons la rencontre impromptue du Christ (très convaincant), accroché à son crucifix ! Jésus a l’habitude de courir des marathons festifs (Médoc, Sauternes). Nous aurons certainement l’occasion de le retrouver.

Le Miracle de fin d'année

Le Miracle de fin d’année

Nous poursuivons les rencontres : voici notre ami Marc au niveau la mairie, qui nous raconte sa course. Marc, qui s’est entraîné pour l’événement avec sérieux, a couru devant le meneur 50’. Il a effectué une jolie progression depuis la corrida de Thiais ! Félicitations Marc !

Nous nous rendons ensuite le long du parcours, près du départ, pour assister à un grand spectacle : celui de la course des As !

Tout comme l’année dernière, Dominique « ChauChau » Chauvelier est Guest Star de l’événement et également présent sur la course des As.

Au top départ à 17h00, le sas part comme une fusée ! En à peine 15 secondes, plus aucune trace de coureur dans la zone de départ !

Au second tour, nous encourageons Adrien qui passe à toute vitesse. Une véritable flèche orange :

Adrien, la flèche orange

Adrien, la flèche orange

Les coureurs sont impressionnants ! Un homme en particulier se distingue des autres : un Kenyan ( ?) aux foulées gigantesques.

Le présumé Kenyan, Cornelius Kangogo, terminera premier de la course en 27’56’’.

Je suis littéralement scotchée par les féminines. Je ne manque pas de toutes les encourager ! (Il faut dire, elles ne sont pas nombreuses).

L’année prochaine, mon Lapin, qui aura au préalable réalisé un 10Km en 38min courra parmi ces as. Me concernant, je me donne cinq ans pour être de la partie ! 😀

Un grand bravo à Adrien qui est parvenu à terminer sa course en 36’59 » pour un temps retenu de 37’00 ». Nous sommes en admiration absolue, toutes nos félicitations !

Merci à vous les amis, d’être aussi nombreux à nous lire et à nous encourager. Merci d’avoir contribué à rendre cette année 2013 aussi belle qu’elle l’a été.

Maintenant, place à 2014 !

Maintenant, place à 2014 !

Quoi de mieux pour commencer l’année 2014 qu’un marathon ? Dimanche prochain (05.I.2014) et pour la 13ème fois de leur carrière, les Lapins Runners affronteront la distance mythique de 42,195Km. Cette fois-ci, ce sera à Cernay-la-Ville pour la toute première édition de son marathon ! Vous aurez donc très bientôt de nos nouvelles pour le compte-rendu du marathon, ainsi que pour notre bilan de l’année 2013.

A très vite les amis !

Les Lapins Runners.

carottes petit

 

 

Les Lapins Runners fêtent Noël : la corrida d’Issy-les-Moulineaux 2013

CORRIDA-ISSY-2013La corrida des pères Noël d’Issy les Moulineaux nous faisait déjà de l’œil l’année dernière, alors que, tous jeunes dans la discipline, nous découvrions les courses déguisées. Nous avions privilégié la corrida de Thiais, ayant lieu à la même date. Nous avions été attirés par le « thème libre » du déguisement à Thiais, contre le dress code « Noël » à Issy. 

Cette année, nous avons eu la chance de pouvoir faire les deux et ainsi varier les plaisirs. C’est parti pour le récit de la corrida des Pères Noël 2013, à laquelle nous sommes généreusement invités par le team TomTom. 🙂

La rubrique runno-artistique

Tout débute vendredi 13.XII.2013 au soir. Après une bonne journée de boulot, rien de tel qu’une petite running expo qui permettra au passage de récupérer les dossards pour toute l’équipe. Une fois chose faite, je (Emir) rencontre Vincent Dogna que nous avions croisé de nombreuses fois, notamment lors de la corrida de Thiais. J’ai l’occasion d’échanger plus d’une heure avec le peintre marathonien.

Je découvre un artiste communiquant et animé par sa passion. Vincent me fait part de sa conception de l’art : avant tout, le feeling. Alors que certains artistes intellectualisent le domaine et se plaisent à chercher un sens à chaque détail de leurs œuvres, ce n’est pas l’important pour Vincent. Il peint selon ses envies, ses idées, et se satisfait de l’harmonie qu’il parvient à créer.

Bien que précurseur dans son domaine (la peinture sur le thème du running), Vincent parvient à vivre de sa passion sans pour autant connaître le confort. Il espère que 2014 sera l’année de sa consécration, et c’est bien tout ce que nous lui souhaitons. Pour entrer dans le monde de Vincent Dogna, c’est par ici : http://www.artandrun.com/

Retour à la Corrida de Noël !

Plusieurs courses sont au programme de l’événement :

  • trois courses réservées aux enfants en début de matinée
  • un carnaval de 6 Km
  • une première corrida déguisée de 10 Km à 10h40 …
  • … et une deuxième à 12h00 …

Hmm, si on termine vite la course de 10h40 … OK, on fait aussi la deuxième.

Nous formons une équipe de quatre coureurs avec un point commun : nous sommes bien convaincus qu’il n’y pas meilleure manière de fêter Noël avant l’heure que de fouler du bitume.

L’équipe :

Nas PortraitNasri : Parti d’une condition physique de père de famille sédentaire fumeur, Nas prend sa revanche et revient en force ! Objectif du jour : Sub50 minutes au 10. Objectif à plus long terme : Sub45.

Laurent portraitLaurent : Coureur forcené au t-shirt pirate et aux bagues métalliques. Laurent a prévu le coup depuis longtemps, il courra avec nous et sera un père Noël … armé d’un fusil ! Objectif du jour : courir pour le fun en chassant gentiment du Lapin.

Emir et Carole portrait

Carole et Emir, les Lapins Runners : La Saintélyon une semaine plus tôt ayant laissé des traces, nous décidons qu’il n’est pas encore l’heure de tenter un RP. Objectif #1 : le fun. Objectif #2 : les rencontres. Objectif #3 : survivre à Laurent.

Jour J – avant le top départ

Nous arrivons sur les lieux à 10h10 et suivons les Pères Noël qui nous dirigeront à coup sûr vers la ligne de départ. Le ciel est parfaitement dégagé et il ne fait pas froid, conditions idéales pour un bon moment running !

Pas totalement remise de mon expérience SainteLyon, je ne peux être que très enthousiaste à l’idée de courir la très populaire corrida de Noël en excellente compagnie. Ni gadoue, ni verglas ne viendront entacher mon moral. Ce matin, je cours avant tout pour le plaisir.

Nous nous rendons au palais des sports pour déposer nos affaires au stand TomTom et … surprise ! Nous rencontrons dans le hall Atsushi et sa compagne Riko, rencontrés il y a déjà une semaine au village de la Saintélyon. Nos amis runners sont accompagnés d’une bonne dizaine de confrères portant tous un chapeau en forme de poisson jaune. En voilà un déguisement original ! Atsushi, leader du groupe, porte un superbe chapeau orné de peluches semblant provenir tout droit du monde de la « Japanimation ». En exclusivité, quasi-mondiale, le voici :

Il n’y a aucun doute, je reconnais bien là ce chapeau. Atsushi le portait sur le marathon du Médoc ! Aujourd’hui, j’ai la chance de voir cette superbe création en grandeur nature !

Après avoir immortalisé cette rencontre impromptue, nous rejoignons le stand Tomtom. Nous y retrouvons Frédéric et Raoul (community managers) ainsi que l’équipe de tournage, et faisons la connaissance des nouvelles recrues du Team TomTom.

Aujourd’hui, notre déguisement est aux couleurs de la saison. Nous voici donc déguisés en Lapins de Noël ! Une association qui pourrait en surprendre plus d’un… sur une course classique. Mais ici, l’ambiance est à la fête et les déguisements, aussi farfelus soit-ils, sont de mise.

A cinq minutes du départ, nous devons retrouver notre ami Laurent le Chasseur avec qui nous devons courir. Parmi la foule de Pères Noël, cette tâche aurait pu s’avérer compliquée. Heureusement, Laurent le Chasseur, équipé de son imposant fusil de Noël sait se faire repérer en brandissant son arme au ciel. Ca y est, le team est au complet et prêt à partir !

10h40 : Top départ pour la Course déguisée !

« C’est la plus grande concentration de Pères Noël du monde ! » dixit André Santini, député et maire d’Issy-les-Moulineaux. Plus de 15000 runners sont au rendez-vous pour l’édition 2013.

Le parcours de la première corrida est composé de deux boucles et n’est pas roulant. Laurent nous avertit du moment fort : une jolie côte bien raide au 3ème kilomètre.

A quelques mètres à notre gauche se situe le parc Suzanne Lenglen. Le 9 septembre dernier, nous y avions couru de 9h à 18h à l’occasion du premier record du monde de TimePoint. C’est également au cours de cet événement que nous avons fait la rencontre de Laurent. En somme, il s’agit un lieu symbolique à nos yeux.

Nous nous rendons à l’évidence : La corrida des Pères Noël ne se court pas pour la performance à moins de s’être positionné parmi les premiers sous l’arche de départ. Il y a tellement de Papas Noël qui grouillent en tous sens qu’il devient très difficile de doubler. L’exercice est d’autant plus compliqué que nous sommes quatre, et que nous aimerions le rester.

Loin d’être frustrés, nous en profitons pour faire plein de photos et contempler tous les déguisements : « Tu as vu les sabots de Noël ? », « Oh, il y en a un qui porte une armure ! », « Il y a une Lapine devant, il faut aller l’encourager ! », « C’est quoi ce gros déguisement ? Une bûche de Noël à quatre ! ».

Jamais nous n’avons couru un 10 Km avec autant de monde ! Fondus dans la masse des coureurs déguisés, les Lapins passent littéralement inaperçus ! Bûche de Noël, sapins, rennes, cadeaux, marsupilamis, coccinelles, Pères Noël des mers, runneuse tirant un tigre blanc en peluche enguirlandé sur un traîneau-skateboard… Il y en a pour tous les goûts, des déguisements les plus discrets aux plus impressionnants ! Nous croisons au passage l’organisateur des foulées du Tertre, également rencontré sur la corrida de Thiais et toujours déguisé en serveur.

Nous continuons les rencontres :

  • L’équipe Nike Paris nous rejoint dont l’animateur crie à « gorge perdue » : « We run Paris !! »
  • Atsushi muni de sa Go Pro et ses amis les poissons
Atsushi et l'équipe des poissons jaunes

Atsushi et l’équipe des poissons jaunes

Après la deuxième boucle, nous comprenons l’intérêt du ravitaillement situé à 500 mètres du départ. Celui-ci est composé principalement de Powerade ainsi que de quelques fruits secs.

Sur la seconde boucle, bien que nous ayons dépassé la majorité des runners aux déguisements farfelus, nous peinons toujours à nous frayer un chemin pour hausser notre vitesse moyenne.

Nous tentons en vain de réaliser un joli sprint final. Outre le fait que l’allée soit très étroite, de nombreux runners ralentissent brusquement pour être photographiés.

C’est donc presque tranquillement que nous franchissons la ligne d’arrivée de cette première corrida. Il est environ 11h45, ce qui nous laisse peu de temps pour prendre le départ de la suivante ! Nous sommes gratifiés d’une médaille fendue, qui revêt la forme d’un joli petit ouvre-lettre.

médaille ouvre-lettre

Petit coup d’œil au ravitaillement : Eau, Powerade en bouteiles, desserts bio à la vanille, pommes, oranges, fruits secs… Rien de très original ni de très généreux.

Sans trop comprendre comment, Nas, Laurent et moi perdons de vue mon Lapin. C’est dommage, nous avions réussi à rester ensemble pendant 10 kilomètres, il fallait qu’on se perde à l’arrivée ! A défaut de savoir si mon Lapin trouve devant ou derrière nous, nous attendons. Je retrouve Adrien, toujours aussi jovial dans sa tenue de Père Noël violet, sur les tons de l’association Laurette Fugain.

Après un petit coup de fil, nous nous retrouvons au palais de sports. Nous avons perdu du temps, il faut faire vite si nous voulons atteindre la ligne de départ à l’heure !

12h00 : Top départ pour la course à Label International !

Enfin, le départ pour les runners ponctuels qui ne tentent pas la double corrida. Le quatuor de choc, quant à lui, est encore au palais des sports.

Pendant que mon Lapin change de dossard et de puce, je fais le plein de petits fours. Qu’importent les retombées qu’ils auront sur le prochain 10Km, il n’en restera peut-être plus d’ici une heure. C’est donc le moment d’en profiter.

12h11 : Top départ pour le quatuor retardataire.

Evidemment, il n’y a plus personne sur le départ. Les dispositifs permettant de relever le temps de passage des puces ont déjà été désinstallés ! A Issy les Moulineaux, on ne laisse pas une chance aux retardataires. Nous pouvons tirer un trait sur notre chrono réel.

Nasri, qui souhaite passer sous la barre des 50 minutes, prend les devants en compagnie de Laurent. Les Lapins optent pour un 10Km à allure tranquille.

Cela me va très bien dans la mesure où j’ai un point de côté, très certainement lié aux petits fours.

Le parcours toujours composé de deux boucles est différent de la corrida déguisée. Puisqu’il s’agit d’une couse à label international, celui-ci se veut très roulant afin de maximiser les chances d’obtenir le meilleur chrono possible.

Emir me confie : Je crois qu’on n’arrivera jamais à doubler. Il semble y avoir du niveau sur cette course. J’en doute beaucoup. Dans les faits, nous retrouvons le dernier dès le deuxième kilomètre.

Nous nous faisons doubler par les premiers qui ont déjà bouclé leur premier tour… Impressionnant.

La Laine cotoie le peloton de tête

La Lapine cotoie le peloton de tête

J’ai l’impression que mon Lapin sait courir aussi vite qu’eux.

Je décide de vérifier. Lorsque le troisième passe, je me lance et je cours avec lui. Pendant ce court laps de temps, les supporters m’encouragent comme si je faisais partie du peloton de tête ! Pourtant, j’ai un pantalon de ville, un bonnet de Noël et mes oreilles de Lapin … Je parviens pendant 500 mètres à tenir sa vitesse avant de me rendre à l’évidence : je viens de me brûler complètement.

Laurent qui a commencé la course avec Nasri nous rejoint pour notre plus grand plaisir. Nous terminons la course ensemble.

J’ai préféré de loin le parcours de la première corrida, beaucoup moins monotone à mon goût en raison des dénivelés.

Une fois la ligne d’arrivée franchie, une grande surprise nous attend. Plus de médailles, plus d’eau, plus de fruits, nous pouvons uniquement nous consoler avec des desserts bio à la vanille, et des bouteilles de Powerade saveur citron. Nous sommes en droit de nous demander comment une corrida aussi réputée peut commettre un tel raté au niveau du calcul des quantités…

Nous retrouvons Charlotte (Hiboudoré) du team TomTom, qui n’a donc pu être décorée de la médaille, alors qu’elle fête aujourd’hui son anniversaire !

Retour au palais des sports, dans le hall Privilèges, QG du team TomTom. En attendant de pouvoir y savourer un succulent smoothie maison, nous rencontrons les nouveaux membres du team. Un petit clin d’œil à Ali Runhappy et Djodei avec qui nous avons l’occasion d’échanger quelques instants 🙂

Le monde du running est très petit. Alors qu’Emir me montrait un mois plus tôt le blog de Djodei, le voici désormais dans notre team !

Côté ravitaillement, le buffet est dévasté. Une bénévole nous offre généreusement un pain surprise qui n’est plus garni. « Prenez-le, il y a que nous qui l’avons touché ! ».

Le pain surprise de la victoire

Le pain surprise de la victoire

Pour clore ce récit comme il se doit, un grand merci au team TomTom pour les dossards et les moments conviviaux passés ensemble !

Il est maintenant l’heure pour le quatuor de rentrer à la maison ! Prochaine étape, les fêtes de fin d’année. Bien entendu, nous ne mettrons pas de côté le running qui nous permettra de profiter de joyeusetés culinaires de circonstances sans trop nous arrondir.

Prochain rendez-vous: demain (29.XII.2013) pour la corrida de Houilles, notre dernière corrida de l’année !

A très vite les amis !

Les Lapins Runners.

carottes petit