Cardio-fréquencemètre : poignet ou thoracique ?

Hello à tous chers amis lecteurs coureurs et amateurs d’équipements accompagnant votre pratique du running. Je souhaite aujourd’hui vous faire part d’une vision concernant l’évolution d’équipement historique et cher au coureur en quête de statistiques et d’outils : j’ai nommé, le cardio-fréquencemètre.

 

poignetvsceinture

 

Le cardio, un équipement historique

Dans la famille du wearable technology (technologie portable) adapté aux coureurs, cet outil a été adopté par les coureurs bien avant que le running ne devienne à la mode, bien avant même que nous entrions dans l’ère des objets connectés. En un mot, il vous permet de mesurer vos pulsations cardiaques à l’effort et ainsi vous entraîner à intensité spécifique, en fonction de vos objectifs.

A qui s’adresse le cardio ?

histoireducardioLe « cardio » pour les intimes est notamment cher à ceux qui pratiquent les plans d’entraînement à intensité chiffrées, exprimée en VMA ou FCM (autrement dit qui savent précisément ce que veut dire le code suivant 3 * 7′ à 80-85%FCM avec R=2′). Le cardio correspond également à ceux qui souhaitent être « assistés » pour bien gérer leur effort.

A l’inverse et schématiquement, les coureurs « à la sensation », plus à l’écoute de leur corps pour mesure l’intensité de leur effort, estiment que cet outil est superflu.

Comment fonctionne le cardio ?

Classiquement, il est constitué d’une montre servant « d’écran de contrôle », reliée à un capteur sous forme d’une ceinture elastique positionnée sous les pectoraux. La ceinture est chargée de capter des signaux biométriques et de les transmettre à la montre.

Vers une évolution de « format » ?

Les puristes et coureurs de longue date ne jurent toujours probablement que par la ceinture thoracique et crient à l’hérésie à la seule idée de mesure de fréquence cardiaque au poignet. Mais est-ce vraiment fondé ? Malgré des débuts balbutiant, les capteurs alternatifs (poignet, ou encore oreille) à la ceinture thoraciques ne viendraient-ils modifier sous peu les usages ? Creusons la question !

 

Cardio intégré au poignet ? Simplicity rules the world !

Les amis, faisons un brin de théorie de l’innovation. En 2015, comment fait-on adopter un nouvel usage au grand public ? Voici quelques principes qui jouent en défaveur de la ceinture thoracique :

  • Simplicité : La simplicité est le maître mot pour l’adoption d’une technologie par le grand public. Aujourd’hui, le consommateur veut commencer à utiliser sans lire de mode d’emploi. Alors que le cardio poignet nécessite simplement de porter sa montre, la ceinture thoracique est plus complexe.
  • Surf sur la vague : Le running est un sport à la mode et doit en grande partie cela à sa simplicité d’accès (« une paire de baskets et hop, c’est parti »). Le phénomène touchait 8,5 millions de français en 2014 (marché en croissance à deux chiffres) qui ne sont pas tous passionnés. Ces derniers n’iraient naturellement pas vers un cardiofréquencemètre thoracique qui reste un outil « avancé » auquel on s’intéresse lorsque l’on a des objectifs sportifs bien particuliers. Ajoutez à cela un marché de la santé connectée et de la technologie portable en croissance et vous obtenez une magnifique vague sur laquelle surfer pour populariser le cardio. Un cardio au poignet n’effraie pas et pourrait s’imposer sans problèmes aux nouveaux (connected-)coureurs, dont le nombre croit de jours en jours.

semi-marathon

  • vers l’omniprésence : Le consommateur utilise ce qui lui est « imposé« . A titre d’exemple, si l’iPhone a autant de succès aujourd’hui, c’est parce qu’il s’impose comme une évidence par son omniprésence. Si le Wi-Fi est aujourd’hui universellement utilisé, c’est parce que n’importe quel appareil aujourd’hui en est muni. Si les montres embarquaient un cardio assez discret pour ne pas nécessiter d’effort d’enfilage et sans supplément de coût (ce qui est le cas des ceintures thoraciques souvent vendues en option), il y a fort à parier que le coureur s’en serve sans même y faire attention. Avec le running 2.0 et les partages à tout va sur les medias sociaux, l’information de pulsation cardiaque deviendrait « commune », hissée au rang pérenne de « fonctionnalité de base ».

Alors que les actualités n’ont pas forcément fait la promotion des capteurs de pulsations cardiaque au poignet (bad buzz de l’Apple Watch chez les tatoués, ou encore de la TomTom Runner Cardio qui nécessite un positionnement bien adapté du bracelet sous peine de « décrocher »), comme toute technologie innovante nous avons besoin de retours d’expériences pour la fiabiliser et la rendre exploitable et efficace. Et il y a fort à parier que les géants du marché et leurs armées de visionnaires soient sur le coup.

 

Capteur poignet : gadget pour débutant ou véritable outil ?

epson cardioIntéressons-nous à la précision, qui notons-le, reste un élément indispensable pour l’adoption de ce type de capteur ? L’université de Maastricht a réalisé en 2014 une étude comparant une ceinture thoracique Polar, un capteur poignet développé par Mio et un ECG professionnel. Les résultats sur la mesure de fréquence cardiaque sont très similaires, avec un niveau d’imprécision extêmement faible sur la Polar et très faible sur le capteur Mio. Ce dernier a par ailleurs été selectionné par le géant Garmin pour le capteur poignet de sa Forerunner 225. Nous pouvons penser Garmin n’aurait pas « tenté le coup » sans un minimum de vision d’avenir.

A précision égale, la simplicité de l’usage pourrait être un facteur décisif signant le déclin de la ceinture thoracique, le temps que celle-ci se fasse gentiment expulser des moeurs par la nouvelle génération de coureurs.

 

Le cardio de demain ?

En parallèle évolue une technologie qui semble également prometteuse, celle de la captation de signaux biométriques à l’oreille. Ce dernier se présente sous forme d’écouteurs sans fils permettant musiques et mesures biométriques. Vous y croyez ?

De son côté, le capteur au poignet se démocratise rapidement notamment par le biais des bracelets trackers d’activité qui l’intègrent pour afin de vous fournir des statistiques intéressantes à tout instant de la journée, et sans même que vous n’y fassiez attention.

Polar, constructeur et leader historique du cardio va-t-il devoir vivre le même virage que Kodak (ce qui est déjà amorcé avec le A360) ? L’avenir proche nous le dira !

Et vous les amis, quels sont vos pronostics sur l’issue de ce match ? Feriez-vous confiance à un cardio au poignet ?

Ci-dessous les amis, l’interview de Jérôme, spécialiste des montres connectées et fondateur du site montre-cardio-gps.fr ! Alors oui, c’est long mais j’ai pensé à vous ! Vous trouverez un sommaire dans les premières secondes de la vidéo afin d’aller directement au thème qui vous intéresse :).

 

 

A très vite les amis !

carottes petit

HBX Boxing, 30 minutes pour booster ton cardio ?

health city boxingHello amis du sport !

Il y a bien longtemps que nous ne vous avons pas fait part d’une petite expérience hors running ! Et bien les amis, nous re-voici en vadrouille au Health City de Saint-Germain et vous venez avec nous, car nous allons découvrir ensemble le HBX Boxing !

 

Qu’est-ce que le HBX Boxing ?

Un concept de séance de sport collectif en salle en petit comités (8 pers.) avec un coach enflammé, de la musique rythmée, et enfin et surtout, du cardio training à haute intensité. Le concept ? Suivre les mouvements du coach qui ressemblent en tout point à un entraînement de boxeur, bouger en rythme avec la musique en se donnant à fond, et relâcher lorsque le gong sonne. Puis ça repart ! Le HBX Boxing est donc un concept d’interval training à haute intensité, sur le même principe que le fractionné, bien connu des coureurs !

 

5 bonnes raisons de tester le concept !

  1. L’espace ! C’est une séance en groupe de taille limitée. Tu as donc beaucoup d’espace pour t’épanouir dans tes mouvements et te prendre librement pour Rocky. Si tu es familier des séances collectives, tu sais comme moi que ce n’est pas toujours le cas. Tu crains parfois de kicker la tête du petit copain de derrière ou d’avoir dans le nez les fessiers de celui de devant :p. Je sais que tu vois de quoi je parle.
  2. Le coach particulier (ou presque) ! Qui dit 8 personnes pour un coach, dit coach attentif ! Qui dit coach attentif, dit que tes mouvements seront bien exécutés et que tu ne pourras pas te dissimuler au fond à gauche de la salle près de la sortie pour éviter de bosser réellement. Et ça tombe vraiment bien, parce qu’avec ce rythme effréné, t’as qu’une envie, c’est de te donner à fond !
  3. Varier les plaisirs ! Parce qu’une bonne prépa n’est pas une prépa qui se subit, mais au cours de laquelle on trouve satisfaction et plaisir :). Toi cher mai qui prépare tel ou tel objectif running, mettre tes chaussures, sortir dans le froid pour faire un frac, disons-le franchement, ce n’est pas franchement folichon tous les jours. Nous y allons parfois à reculons dans le meilleur des cas, ou pas du tout dans le pire. Avec une ambiance pareil, tu bosses ton cardio en interval training.
  4. Esquive du froid. Oui c’est l’hiver, il fait froid, il fait nuit. Froid + nuit = flemme de sortir de la maison. Avec HBX Boxing, tu es en salle, et tu peux me croire, tu n’auras pas froid.
  5. Ah mais quel défouloir ! Moi qui suis parfois un peu remonté en sortant du journée de boulot, je m’en suis donné à cœur joie. Au début, j’étais un peu timide, puis après, je suis rentré en transe « je vais te défoncer sale punching ball tu vas voir qui est le patron maintenant, HEIN !!!! »

 

La vidéo ! Venez avec nous !

 

Et voilà les amis c’est tout pour aujourd’hui ! Pour plus d’infos, retrouvez Health City sur Facebook ou découvrez le concept HBX Boxing sur la chaîne de Planet Fitness.

Si ce format de vidéo « expériences » t’as plu, n’hésite pas à nous l’indiquer en commentaire afin que nous vous en proposions d’autres ! Si au contraire tu préfères les vidéos de courses, lâche-toi en commentaire. Ton avis est important pour nous, et nous sommes à l’écoute 🙂

A très vite les amis,

carottes petit

eazip : le soutien-gorge éclair de Thuasne Sport !

eazip

« Un soutien-gorge zippé ? En voilà une idée originale ! Mais qu’est-ce qu’il est décolleté ! Vous êtes sûr que c’est un sous-vêtement de sport ? … »

Telle fut grosso modo ma réaction quand j’ai découvert pour la première fois le soutien-gorge de sport eazip de Thuasne Sport alors exposé sur un mannequin factice. Ce modèle pour le moins atypique ne m’avait pas vraiment séduite visuellement. Avec son décolleté avant profond et sa fermeture éclair située entre les deux bonnets, j’avais plus l’impression d’avoir affaire à de la lingerie coquine que sportive. Avoir l’opportunité de le tester a été un moyen de dépasser mes a priori et d’avoir un avis éclairé sur ce modèle !

Les caractéristiques techniques

Le soutien-gorge eazip est composé :

  • d’une fermeture éclair située au niveau de l’entre-gorge couplée d’un petit crochet permettant un enfilage facile. D’ailleurs, le terme eazip à comprendre comme la contraction de easy et zip montre à quel point la facilité d’enfilage au moyen de la fermeture éclair est bien l’élément clé de ce modèle !
  • de bonnets moulants avec des coutures conçues pour éviter tout risque de frottement.
  • de coussinets amortissants situés sur le dessus des bretelles pour plus de confort
  • de bretelles dépourvues de moyen de réglage afin de limiter les irritations
  • d’un dos nageur, évitant les déplacements des bretelles
  • d’une large basque élastique dotée de deux passants conçus pour y insérer une ceinture cardio-fréquencemètre
  • d’un tissu favorisant le transfert d’humidité et l’évacuation de la transpiration

eazip emballage

Les conditions de test

J’ai testé le soutien-gorge eazip :

  • en course à pied : sur la SaintéLyon
  • en VTT : lors de mes trajets biquotidiens domicile-lieu de travail

Mes impressions

le confort : au cours de mes séances de VTT, je n’ai pas subi le moindre frottement. Après la SaintéLyon (bouclée en 13 heures de course environ), aucune rougeur n’est apparue.

Le tissu dont sont faits les bonnets moulants rappellent celui des maillots de bain « classiques ». J’apprécie la sensation de légèreté et de douceur qu’il procure.

Globalement, les matières sont d’ailleurs très douces.

A noter aussi qu’une large bande de tissu située sous la fermeture éclair empêche tout contact de celle-ci avec la peau, limitant ainsi les risques de brûlure.

le transfert d’humidité : le soutien-gorge est humide après entraînement et ce, malgré le tissu conçu pour évacuer la transpiration vers l’extérieur.

le maintien : je n’ai eu aucun souci de maintien avec ce modèle (taille 90 B).

Les bretelles ne sont pas réglables. Pour ma part, les bretelles sont suffisamment serrées et me conviennent très bien. Certaines femmes pourraient toutefois ressentir le besoin de les ajuster, ce qui n’est pas possible ici. C’est pourquoi, je vous recommande chaudement d’essayer le modèle avant achat.

le design : je me suis rendue compte que mon jugement avait été très sévère concernant l’image qu’il pouvait renvoyer. Avec une poitrine de petit gabarit comme la mienne, le soutien-gorge est tout simplement hyper féminin, sans être vulgaire.

la rapidité d’enfilage : en tant que consommatrice impatiente, je ne supporte pas le fait de passer plus d’une minute à enfiler un soutien-gorge. Le eazip s’enfile tel un veston et s’attache au moyen de la fermeture éclair située entre les deux bonnets, donc très accessible. Une fois montée au maximum, elle reste fixée et ne peut plus descendre. De plus, après une vingtaine d’enfilages/défilages, la fermeture éclair ne présente aucun signe de fatigue et glisse parfaitement.

Mon bilan

Les points positifs 

  • l’originalité du design : loin des « codes » traditionnels en matière de soutien-gorge de sport, Thuasne Sport lance son soutien-gorge avec fermeture éclair frontale. Bravo pour cette belle prise de risque !
  • la facture de qualité : les matières sont très douces et inspirent la qualité. J’ai notamment confiance en la fermeture éclair qui est comme neuve après une vingtaine d’utilisation.
  • la facilité d’enfilage : chrono à l’appui, la durée d’enfilage étant de 26 secondes sans se presser, 17 secondes en se pressant !

Les axes d’amélioration 

  • le transfert d’humidité : le soutien-gorge est humide après entraînement, ce qui n’est pas très agréable
  • la fausse bonne idée des passants : les passants intégrés sous la poitrine permettant d’insérer une ceinture cardio fréquencemètre semblent fragiles et peu pratiques pour un tel usage. Si tu as l’habitude de courir avec une ceinture cardio-fréquencemètre, mieux vaut s’en passer et attacher la ceinture de manière « classique », sous la basque.

La meilleure manière d’allier sous-vêtement de sport féminin et capteur cardio reste à mon sens l’intégration de capteurs cardio sous la basque et l’ajout de clips pour émetteur comme l’a fait Kalenji avec sa brassière First.

  • l’absence de réglage au niveau des bretelles : si l’absence de réglages au niveau des bretelles a pu être pensée pour les femmes très sensibles au moindre frottement, Thuasne Sport pourrait proposer une alternative au eazip pourvu de moyens de réglage au niveau des bretelles, à l’instar du modèle Top Strap avec et sans réglage.
  • MAJ le 3/05/2016 : Après 4 mois d’utilisation, force est de constater la fragilité du crochet situé au niveau de l’entre-gorge qui est sur le point de céder.

Ma note : 7/10

Les infos pratiques

eazip blanc

eazip version blanc

Les coloris : Disponible en noir ou blanc

Les tailles : 85A, de 85 à 95B, de 85 à 100C, de 85 à 105D, de 90 à 105E

Le prix : à partir de 33,00 €

Où se procurer eazip ? : Dans les points de ventes de votre région, ou bien sur Internet sur lepapeunivers-runningi-run 

Si tu as déjà testé eazip ou pour toute question sur ce modèle, n’hésite pas à rebondir sur ce billet ! 🙂

A très bientôt !

Carole,

des Lapins Runners.

carottes petit

Le Pulse Wireless, des cardio-écouteurs par Jabra !

JabraHello chers amis sportifs ! Aujourd’hui nous introduisons la catégorie News du blog pour vous présenter une technologie encore méconnue, qui nous paraît particulièrement intéressante et prometteuse. Sortons nos casquettes de visionnaires et attaquons nous à un nouveau venu dans le monde de la wearable technology : le Pulse Wireless par Jabra.

Les amis, vous n’êtes certainement pas sans savoir que nous entrons dans l’ère des objets connectés, étroitement liée avec celle de la santé connectée, qui naturellement nous amène au running connecté. Quelques objets ont été durant les précédentes décennies muets, et munies des mêmes fonctions traditionnelles, se mettent aujourd’hui à communiquer entre eux. Votre montre par à votre téléphone, votre pèse personne parle à votre ordinateur, et votre frigo commence tout juste à vous envoyer des mails. Bientôt, la laisse de votre chien inclura un GPS qui vous permettra de repérer sa position via votre montre, et qui en profitera pour vous informer de son état de santé en mesurant son rythme cardiaque. Oui les amis, c’est bien là que nous allons. Mais nous nous égarons ! Cessons les spéculations futuristes et entrons tout de suite dans le sujet du jour : une innovation signée Jabra en collaboration avec Valencell : le Pulse Wireless, ou encore, les écouteurs cardio-fréquencemètre adaptés au running !

 

Encore un capteur optique ?

image004Le concept utilisé par Jabra et Valencell est bien connu : il s’agit d’utiliser la lumière envoyée à travers la peau pour mesurer l’afflux sanguin et en déduire le rythme cardiaque. Pas nouveau me direz vous, et à très juste titre. La lumière est déjà utilisée dans le domaine médical depuis plusieurs décennies et bien plus récemment dans nos montres, bracelets trackeurs d’activité et smartphones embarquant des capteurs intégrés. Vous l’avez compris, ce n’est pas dans la captation optique que réside l’innovation, mais dans l’emplacement de captation et dans le traitement du signal.

 

Captation à l’oreille : une précision inégalée dans un appareil grand public

L’innovation réside dans la manière de capter le signal biométrique et l’interpréter de extrêmement précise. Pour atteindre ce niveau de précision, de nombreuses recherches ont conduit Valencell à la conclusion que l’oreille était l’emplacement idéal pour recueillir le signal. Ainsi, le capteur produit par Valencell et intégré au Pulse Wireless de Jabra est annoncé comme capable de relever des données biométriques à l’oreille avec un niveau de précision très proche d’équipement professionnel de mesure.

Pour le rythme cardiaque, le capteur isole un signal biométrique généré par l’afflux sanguin en atténuant le bruit environnant et le traite numériquement en temps réel pour ensuite transmettre les données à un dispositif tiers, tel qu’un smartphone.

Pour ceux d’entre vous qui ne sont pas fâchées avec la langue de Shakespear les amis, je vous recommande cette excellente vidéo de Valencell, expliquant pourquoi l’oreille est le meilleur emplacement pour capter des signaux biométriques. Allez, si j’ai plus de trois demandes dans les commentaires, je vous la traduis moi-même. Si, je le ferai.

jabraappUne multitude de nouvelles données à portée de main ?

jabraappLa captation à l’oreille permettrait également de relever des informations biométriques à l’effort jusqu’alors telles que la température corporelle, la tension artérielle. Toutes ces informations couplées permettraient de calculer des valeurs précises de calories consommées, ou encore de Vo2max en temps réel. Couplée à une application smartphone, ces données pourraient être interprétées en temps réel pour fournir un coach vocal, s’assurant que vous vous entraînez en fonction de vos objectifs.

Les amis, il semblerait que nous ayons là une avancée certaine dans le domaine de la santé connectée. En effet, cette technologie semble avoir un très fort potentiel, par la miniaturisation de capteurs de données biométriques sous forme d’écouteurs confortables à porter.

 

Le Pulse Wireless, cardio-écouteur de demain ?

Le Pulse Wireless embarque une technologie très prometteuse, est résistant aux chocs et conditions météorologiques extrême, et est couplé à une application smartphone qui semble plutôt mature. Celle-ci est disponible pour iPhone et Android et semble fournir des données précises et intéressantes pour la pratique de la course à pied.

Ceci étant dit, toute innovation arrive systématiquement avec des interrogations ! Mettons de suite notre casquette de conservateur dubitatif et questionnons-nous sur ses limites, pour nous, sportifs.

  • Le casque pèse seulement 16g, mais dépend de votre smartphone pour fonctionner qui lui est « légèrement » (5 fois) plus lourd.
  • Alors que les montres rassemblent le cardiofréquencemètre et les GPS (voire même accéléromètre, altimètre, …), la technologie de captation à l’oreille les dissocie.
  • Compatibilité avec les applications running existantes (Runkeeper, Runtastic, Strava, Endomondo, …) ?
  • Quid de l’interdiction éventuelle de la musique par la fédération française d’athlétisme sur les compétitions officielles ?

L’avenir nous apportera ces réponses mais une chose est certaine les amis, il semble qu’il n’y ait pas de meilleur moyen d’avoir un coach qui vous suive !

Pour vous procurer le Pulse Wireless, il faudra cependant débourser la bagatelle de 199 euros. Et oui, c’est le prix pour être un early adopter !

Et vous les amis, croyez-vous en cette innovation ? Pensez-vous que cet outil sera LE capteur biométrique de référence pour les sportifs ? Votre avis nous intéresse !

Jabra sport Pulse

A très bientôt pour de nouvelles aventures !

carottes petit