Les Lapins pas crétins au marathon Poitiers-Futuroscope !

10714268_252918708211821_2808384228959538403_oEntre marathon du Luxembourg, marathon du Mont Saint-Michel, marathon du Futuroscope, les 20 km de Paris Saint Germain, le Cross du Figaro et les foulées de Noisy-le-Grand, ce week-end du 30 et 31 mai ne désemplissait pas ! Parmi cet éventail de possibles, notre choix s’était immédiatement porté sur le marathon du Futuroscope, la course permettant à la fois d’allier la visite d’une amie fraîchement Poitevine, le sport, et la découverte d’un parc d’attraction méconnu des Lapins ! Un objectif pour celui-ci ? Le Lapin allait s’essayer sur un 3h30, en prépa pour le marathon du Lac du Der, tandis que la Lapine n’avait aucun objectif clairement défini. De retour des 100 km de Steenwerck deux semaines plus tôt et d’une sortie longue « ratée » le week-end dernier du fait de ses jambes encore lourdes, elle n’espérait pas faire un RP et se laissait 4h30 au plus pour boucler la course.

Et c’est parti pour notre 26e marathon et 4e de l’année 2015 !

J-1 : Après avoir ratissé tous les stands de course du village et goûté au délicieux melon local, rempli une petite dizaine de bulletins d’inscription pour des tirages au sort et retiré notre dossard, nous voici en direction du parc du Futuroscope !

En effet, l’un des atouts majeurs du marathon de Poitiers tient au fait que deux entrées au parc sont offertes pour toute2015-05-30 20.26.22 inscription au marathon, et une pour toute inscription au semi ! La pasta party ayant lieu dans l’enceinte du parc du Futuroscope, les coureurs qui ont réservé leur repas peuvent y accéder au moyen d’un sticker fourni lors du retrait des dossards.

La Vienne Dynamique, Arthur, les Lapins Crétins, Dynamics… Après avoir fait le tour des principales attractions, nous retournons chez notre hôte pour une pasta party maison. Après un repas riche en sucre lents et du fromage à gogo, nous nous endormons repus, le ventre heureux.

Jour J !

Résidant à Poitiers, nous nous rendons en voiture au parc du Futuroscope récupérer la navette qui nous conduira au départ au parc Blossac, soit à quelques mètres de notre logement provisoire ! L’arrivée au Futuroscope (plus précisément devant le palais des congrès) est certes insolite, mais reconnaissons-le, nous aurions bien dormi une petite heure de plus !

Comme souvent, nous sommes ric-rac sur les horaires et sautons dans la toute dernière navette sous les avertissements d’un bénévole « dépêchez-vous, vous n’êtes pas en avance ! ». Effectivement, c’est l’une de nos caractéristiques.

Les clowns de Courir Le Monde

Les clowns de Courir Le Monde

Une fois arrivés, le temps d’aller aux toilettes, nous voici déjà dans les sas de départ et retrouvons la bande d’amis de Courir Le Monde, composée de Philippe, Gilles (Thierry d’un jour), Béatrice en clowns et d’un cosmonaute !

#marathon du #futuroscope c'est parti ! Bonne course à tous !

Au départ

Un bisou en guise d’au-revoir et nous voici partis !

Les marathoniens prennent le départ avec les semi-marathoniens, générant des bouchons sur les 2-3 premiers kilomètres. Je suis alors vraiment bridée. Au niveau du 4e km, alors que le trafic se fluidifie, j’aperçois au loin Marylin que je m’empresse de rattraper. Nous papotons un peu et parcourons ensemble quelques kilomètres, qui, même plutôt silencieux, sont fort agréables. Au 7e-8e km, alors que je sens en avoir sous le pied, je m’éloigne d’elle.

Je suis un 5,26 min/km et tout va très bien. Je n’ai aucune gêne au ventre et me mets même à rêver d’un RP tant mon souffle et mes jambes répondent bien.

Au km 19, nous nous séparons des semi-marathoniens, lesquels ne sont plus très loin du Futuroscope. Ca en fait du monde en moins ! Quant à nous, nous nous enfonçons dans des routes de champs avant de pénétrer dans une forêt.

Pied coussinet feu

Coussinets en feu

Malheureusement, tout se corse au km 20. Mon allure est toujours aussi constante mais je commence à avoir les coussinets en feu. En effet, faute d’avoir des chaussettes à doigts de pied propres, j’ai chaussé mes Spyridon pieds nus, ne craignant pas que ce choix aurait des conséquences néfastes.

11165228_353943598109331_8447857781250477339_nJ’essaye de moduler ma foulée en appuyant sur le talon pour laisser mes coussinets tranquilles mais je n’y arrive pas.

Au km 30, je suis à 5,30 min/km. C’est satisfaisant mais mes douleurs sont telles que je vais inévitablement ralentir.

Le parcours n’arrange pas les choses. A Poitiers, c’est faux plats à volonté !

Km 36, je me fais doubler par le meneur 4h00 que je ne cherche même pas à accrocher tant je sais que l’effort sera vain.

« Allez, plus vite tu iras, plus vite tu pourras reposer tes pieds » : rien ne marche. Par conséquent, je cours à la vitesse mamie, profitant de chaque ravitaillement et point d’eau. Car le soleil a beau ne pas pointer son nez, il fait lourd et j’ai soif.

Nous arrivons dans des petits villages où sont présents davantage de supporters.

Au km 38, deux petits garçons m’accompagnent sur 300 m en criant « allez le lapinou ! ». Je leur demande de m’accompagner jusqu’à l’arrivée mais ça fait un peu loin pour eux.

Je scrute l’horizon à la recherche de mon Lapin qui serait éventuellement venu me chercher.

Finalement, je le retrouve km 42 clopin-clopant, me donnant brièvement ses ressentis de course et m’annone avoir terminé en 3h36.

Arche d’arrivée passée en 4h04min55 ! Pour un marathon couru 2 semaines après les 100 km de Steenwerck, je suis très satisfaite !

Alors que nous pensions récolter un t-shirt finisher (en fait, réservé aux finishers du semi-marathon), nous nous voyons offerts un très beau coupe-vent imprimé accompagné d’une grosse médaille dans les tons bleus. Après un ravitaillement 100 % melon, je retrouve mon Lapin, Gilles le Clown arrivé peu après moi et patientons devant l’arrivée pour assister à la fin de course du coach Buge.

Les finishers laborantins

Les finishers laborantins

Pour la petite anecdote, alors que nous pensions être assaillis de « Lapins Crétins » de la part des supporters en ce pays du Futuroscope, ce surnom n’a remporté que très peu de succès !

Les traditionnels Mercis

  • à Eléonore pour son accueil et sa gentillesse, au coach Buge pour ses conseils, ses Gerblé et son gatosport,
  • à l’orga pour son invitation
  • aux très sympathiques bénévoles et aux supporters
  • à tous vos messages d’encouragament qui sont de plus en plus nombreux et qui nous encouragent à vivre notre sport, et le partager avec vous.

Et bravo à tous les finishers du week-end !

Le week-end prochain, deux épreuves pour nous ! Samedi, le Lapin sera sur les 9h de Longchamp à vélo, le lendemain la Lapine à la Nike Women’s (15 km) avec la team Fitness !

A très bientôt pour de nouvelles aventures !

Les Lapins Runners.

carottes petit