Le Grand Raid des Pyrénées 2017, le défi d’une vie ! (en attendant le prochain)

Hello à tous les amis,

Je viens aujourd’hui vers vous pour refermer l’aventure GRP – Grand Raid des Pyrénées. Je pensais ce petit billet nécessaire pour centraliser ce que nous avons produit au sujet de cette aventure qui nous a profondément marqué. Ah ce fameux GRP … Il m’aura fallu exactement 64 jours pour venir à bout du récit de cette aventure, c’est dire à quel point cela nous a travaillé !

Reprenons donc. Les amis, vous le savez peut-être si vous nous suivez sur nos autres plateformes sociales, nous avons pris part cette année au plus grand défi Ultra Trail de notre courte vie de traileurs : le Grand Raid des Pyrénées dans sa version Ultra Tour.

Comme à nos habitudes, nous nous sommes lancés dans cette aventure sans trop nous poser de questions. Alors que nous cherchions un défi de taille à relever afin de combler nos pulsions kilométriques, nous sommes tombés sur cette version anniversaire du fameux GRP : un trail dans les pyrénées de 220 kilomètres et 13 000 D+. A priori, de quoi nous remettre les idées en place. Ni une, ni deux, nous avons pris contact avec l’organisation pour nous y inscrire.

C’est alors qu’est venu le moment où il a fallu préparer… Et, vous le savez peut-être également, nous courons beaucoup au feeling et rarement spécifiquement pour la prépa d’une course. Les mots discipline, plan, coaching, stage en montagne, voire même régularité ne nous sont que peu connus. Fort heureusement, Carole m’a poussé à effectuer des sorties longues pendants plusieurs semaines avant l’événement. Un parcours de 26 kilomètres trouvé à proximité de notre domicile était devenu notre « ami ». Je ne vous cache pas que j’en ai bavé. J’en ai bavé parce que je me forçais à sortir faire ces kilomètres sans vraiment l’envie, en me disant que c’était nécessaire pour le GRP. Et ça l’était.

 

 

Le temps passait et l’épreuve se rapprochait, avec pour moi, le stress d’un gamin de 9 ans la veille du brevet des collèges. Le stress, c’est une sensation que j’ai peu connu en trail. Souvent parce que la folie et l’envie le masquait complètement. Il faut croire que ces deux sentiments ont laissé, avec le temps, leur place à des idées plus terre à terre. Pour éprouver du stress, il faut deux choses :

  1. Ne pas savoir ce qui nous attend.
  2. Appréhender. Autrement dit, ne pas être certain d’être à la hauteur.

Le stress était donc sain dans un sens puisqu’il permet la prudence et l’écoute de soi, mais il n’est pas moins désagréable. Je garde de cette « prépa », ou plus largement cette période d’avant GRP, un moment très difficile. Jusque la ligne de départ, j’avais peur. Peur de me faire rattraper par les barrières. Peur que quelque chose tourne mal, peur d’avoir mal tout simplement. Mais comme souvent les amis, une fois la ligne passée et après quelques kilomètres, nous étions dans le bain et les sensations étaient là. Nous étions lancés et plus possible de faire demi-tour. Maintenant, il ne restait plus qu’à assumer sa folie et ses ambitions.

Trève de bavardage les amis, je vous livre ci-dessous la totalité des productions vidéos qui ont précédé et suivi de GRP, de sorte à ce que vous puissiez nous suivre de A à Z, et pourquoi pas vous inspirer pour une éventuelle future épreuve.

La vidéo d’avant course

Le débrief (Post GRP)

Le teaser du périple

La partie 1 de l’aventure, quand tout va bien

La partie 2, quand le fatigue physique se fait ressentir

La partie 3, la fin de la lutte et la délivrance

Nous vous remercions infiniment pour votre soutien sur les réseaux sociaux, avant, pendant, après et à chaque sortie vidéo. Nous vous remercions pour ce moteur que vous nous offrez chaque jour en nous encourageant. Ca vient du fond du coeur.

A très bientôt les amis pour de nouvelles aventures et comme toujours d’ici-là, KIFFEZ la vie !

carottes

La revanche UTMB est un plat qui se mange froid

videur utmbLes amis, le couperet est tombé. Alea Jacta Est comme dirait l’autre. J’introduis par un Egotrip.

 

EGOTRIP de l’UTMB

Ainsi, l’UTMB a décidé de se laisser deux ans pour nous affronter à nouveau, et nous admettrons aisément que c’est une preuve de lucidité de sa part. Besoin de préparation, certainement. Soyons bons joueurs, accordons-la lui.
Peut-être a-t-il visionné nos vidéos, nos crocs plus qu’acérés, et le début d’année de Carole, certainement.
Peut-être a-t-il pris peur en observant ce qui est arrivé à l’Ultra marin en 2016, après nous avoir provoqué en 2014.
Peut-être, s’est-il dit qu’il ferait bien de se méfier des deux Lapins, gonflés à bloc pour en découdre avec leurs objectifs 2017, après une année 2016 mitigée. Et le tout avec le sourire, à la limite de l’insolence.
Mais plus le boomerang s’éloigne, plus il revient fort. Ce boomerang, c’est nous, et il a été lancé le 28 août 2016.

 

L’ultra de repli

On ne va pas se mentir : nous ne nous attendions pas à être tirés au sort du premier coup (en particulier parce que nous sommes un groupe de deux) et avions déjà commencé les repérages dans le cas fort probable d’un tirage au sort défavorable.

Et que fait-on lorsque l’on perd un adversaire de valeur les amis ? En trouver un moins valeureux et niveler par le bas ? Diminuer en ambition ? SURTOUT PAS, ce serait mal nous connaître. Ce sera précisément l’inverse.

Nous avons pensé à refaire l’Ut4M, cette fois-ci dans sa version en 4 étapes de jour (Ut4M 160 Challenge), qui présente un intérêt inédit pour nous : pouvoir observer, de jour, les 4 superbes massifs, et s’essayer à 4 jours consécutifs d’endurance, avec une nuit de sommeil entre chaque pour en profiter encore davantage. Jettez-nous un petit coup d’oeil là-dessus.

L’Ultra Trail du Mercantour et ses 145km 10000 D+ sur lequel un grand ami, qui se reconnaîtra, s’est jeté pour fuir le côté mondain de l’UTMB, que tout le monde n’apprécie pas …

Ou encore l’Echappée Belle, réputé pour son niveau de technicité qui le rend quasi impossible à courir…

Mais c’est finalement sur l’Ultra Tour du Grand Raid des Pyrénées que nous avons jeté notre dévolu ! Pourquoi celui-ci, vous demandez-vous, à très juste titre ?

 

grp2017_affiche_sebcazes_finale-1-e1476823601639

 

Parce que cette année, pour la 10e édition et pour notre plus grand plaisir, la distance passe de 160 km à 220 km (13 000 m D+). Ce qui nous donne un défi encore plus gourmand, encore plus FAT que l’UTMB et qui, pour sûr, nous donnera du pain (complet des alpages) sur la planche !

L’épreuve se déroulera du 24 au 27 août 2017. Et ce sera l’occasion pour nous de découvrir les Pyrénées : nous avons hâte d’y être !

 

Défis 2017 mis à jour !

L’UTMB faisant partie de nos objectifs 2017, voici nos défis 2017 mis à jour :

Défis de la Lapine

défis Carole 2017 actualisés

 

Défis du Lapin

 

Objectifs 2017 lapin v3

 

Au final, ne pas être tirés au sort, c’est s’ouvrir un autre champ des possibles. Du positif en somme ! Et la revanche attendra, elle est un plat qui se mange froid.

Et vous les amis, qu’en dites-vous ? Avez-vous été tiré au sort pour l’UTMB ? Dans le cas contraire, quelle est votre ultra de repli ?

A très vite !

Les Lapins Runners.

carottes