Notre bilan running 2016 !

Hello les amis !

L’année 2017 commence à pointer le bout de son nez. Avant de réfléchir aux vous dévoiler nos prochains objectifs, dressons un rapide bilan running de 2016 !

Enfin une intro qui va droit au but et qui ne ressemble pas au musée de l’ameublement d’intérieur. Ce n’est pas moi qui aurait réussi un truc pareil !

 

Bilan de la Lapine

 

Un bilan décevant

Si l’on reprend les objectifs que je m’étais fixés début 2016, le bilan n’est franchement pas folichon car seules deux cases ont pu être cochées.

Rappel des objectifs 2016 (et l’article associé) :

defi-lapine-fin-2016

 

Les excuses Les explications

Objectif Ironman → FAIL Intergalactique : Mon manque d’entraînement à vélo et mon manque d’expérience en eau libre ne m’auront pas permise de boucler l’épreuve. L’Ironcorsair restera néanmoins une expérience formidable qu’il faudra retenter… mais pas tout de suite !

Objectif finisher UTMB → FAIL Frustré : Ce sera THE grand regret de l’année ! Car si nous avions eu une connaissance de l’intégralité des BH (ou si celle du Plan de l’Au avait été affichée correctement :p), je suis persuadée, quoi que diront les mauvaises langues, que nous aurions été finishers.

Quand Carole décide de se faire des potes, ça donne ça ;p. Plus sérieusement, l’histoire de l’UTMB nous a fait découvrir « la face cachée » de « notre audience » les amis. Ceux, tapis dans l’ombre, qui attendent que l’on trébuche, ou que l’on exprime, maladroitement peut-être, mais avec sincérité, notre frustration. Au-delà de la déception de l’inachevé, la déception en ligne. Maaaais ça fait partie du game ! Et ne l’oublions pas, vous avez étés bien plus nombreux à nous soutenir que l’inverse dans cette difficile épreuve, et merci infiniment pour cela les amis. #Ensemble

Objectif finisher Transkarukera → FAIL Programmé : Clairement, nous étions à des années lumière de nous rendre compte de la difficulté de cette épreuve. « De loin », les barrières horaires semblaient larges, mais c’était sans compter les obstacles à répétition auxquels nous avons du faire face sur le parcours. Même avec un entraînement acharné sur un an et la meilleure volonté du monde, je doute que j’aurais pu avoir la capacité physique de boucler la distance, dans ce parcours d’une telle technicité. De loin l’ultra le plus technique auquel nous ayons été confrontés. #HorsCatégorie

podiumObjectif finisher sur l’Ultra Marin 177 km → DONE « Facile » : C’était certainement l’objectif le moins compliqué de l’année. Objectif atteint avec en prime un joli podium en tant 1re SEF (je précise que cette fois-ci, je n’étais pas la seule de ma catégorie ^^). Après un coup d’essai en 2014, nous sommes revenus plus forts, en sachant à quoi nous attendre.

Objectif 100 km < 11h22 → FAIL Assuré : Pour cet objectif, nous avons mis 0 chance de notre côté. En ayant couru notre unique 100 km de l’année une semaine après l’Ultra Marin, il aurait fallu un miracle pour que nos guibolles nous permettent de réaliser un tel exploit !

Objectif marathon <3h54 → DONE Doublé : objectif atteint à deux reprises, à savoir à Sénart (3h51), puis Florence (3h45).

Objectifs semi <1h43min40 et 10<45min 53 → FAIL J’ai cru au Père-Noël : A raison de 1 à 2 séances par semaine en moyenne dans l’année, j’ai du mal à voir comment ces objectifs auraient pu être atteints ! C’est seulement depuis novembre que je m’entraîne sérieusement à raison de 4-5 séances hebdo en moyenne et que je varie mes entraînements. Je ne me suis jamais autant rapprochée de ces objectifs que depuis cette période (pour preuve, mi-décembre, je fais un 10 km en off en 46min48 !). Si la tendance se poursuit (et c’est bien là le plus gros challenge !), je suis bien partie pour atteindre ces objectifs en 2017.

Objectif masse → FAIL A côté de la plaque : J’ai plutôt stabilisé autour de 55 kg en moyenne sur l’année. L’objectif sera reporté en 2017 !

 

Les A-côtés appréciables

Néanmoins, si l’on s’éloigne de ce tableau figé début 2016, cette année a été à nouveau très riche sur le plan découvertes. J’en retiendrai :

trail hk

 

De très belles courses dont j’ai pris beaucoup de plaisir à découvrir :

  • L’Ultra Transkarukera avant tout : un dépaysement total, une aventure hors du commun, de belles rencontres… Même si nous n’en sommes pas sortis finishers, le fait d’avoir pris le départ de cette course est déjà une chance extraordinaire
  • La course Eiffage du viaduc de Millau avec Tomtom : Nous avions couru dessous lors des 100 km de Millau, cette-fois ci c’était dessus ! Une météo certes capricieuse, mais une course-expérience à vivre au moins une fois.
  • Les foulées du Lavoir de Philippe, Bea et Claude, les pinkrunners. C’est la première fois où nous étions allés aussi loin pour courir aussi peu ! Au-delà de la course très amicale, le format week-end de 3 jours à la campagne dans le Limousin chez des hôtes d’exception nous aura fait le plus grand bien.
  • Le marathon Seine-et-Eure : Pas cher, sur les terres de notre pote Jay, avec Daniel notre speaker du Nord-Ouest, laits de châtaigne/coco sur les ravitos. A refaire, cette fois-ci, en meilleure forme !
  • Courons pour le Diabète au Coudray qui m’a furieusement donné envie de courir à Chartres tellement j’ai trouvé cette ville pleine de charme

 

Sur le plan nutrition, je suis particulièrement heureuse de constater qu’il m’est possible de concilier régime végétalien et perf sur longues distances (> marathon). Mes maux de ventre sont de moins en moins fréquents en course, ma récup de plus en plus rapide. Bref, manger végétal n’a que du bon pour moi.

 

Bilan du Lapin

J’essaie encore de digérer ce FAIL Généralisé qu’a été 2016 pour moi sur le plan sportif. Je vous en reparle, hein, là j’essaie de finir sur une note correcte ! cf. #snapchat

 

Les amis, en attendant le prochain billet sur nos défis 2017, nous vous souhaitons de très belles fêtes de fin d’année entourées de vos proches.

Vous connaissez la chanson… n’oubliez pas : kiffez la vie !

Les Lapins Runners.

carottes