Quel équipement pour les sorties courtes ?

Yo à tous les amis,

Emir au clavier aujourd’hui, et un article qui coïncide avec ma reprise des sorties « courtes ». Je dis « reprise », car je reviens d’une période, de décembre 2017 à il y a environ une semaine, où mes entraînements hors courses ont été quelques peu vacants. J’ai maintenant décidé que cette période prenait fin afin de préparer à peu près convenablement les défis ultra de cet été. J’ai donc tout récemment repris les bonnes vieilles habitudes et j’ai rapidement dû me demander quels étaient les petits objets dont j’avais besoin lors de ces sorties, de 5 à 20 bornes (soit 25 minutes à 2 heures et quelques) , qui parfois font office de déplacements. Une étude d’une durée de 5 minutes m’a permis d’en arriver aux résultats suivants, qui m’ont quelque peu surpris. Ca fait toujours bizarre de se dire qu’on arrive à une liste de plus de 5 items juste pour une sortie running d’une heure. Un sport qui pourtant est à première vue l’un des plus simples à pratiquer, et moins exigent en termes de matériel.

Mon matériel, de 5 à 20 bornes

Sur sortie courte, j’ai besoin :

  • Toujours avec moi :
    • Mon téléphone, de taille assez costaud, à savoir 5,5 pouces comme la plupart en 2018
    • Mes clés de maison
    • Un peu à boire
  • Et optionnellement :
    • Une montre GPS
    • Une carte bleue / un billet
    • Une carte de transports en commun
    • Un peu à manger
    • Une veste, mais dans le mesure du possible, j’évite car c’est encombrant

Je pense ne pas être un extra-terrestre et ne rien emporter de particulièrement exotique. Mais à part pour la montre qui se fixe naturellement au poignet la veste qui peut tenir autour de la taille, la question suivante est de se demander où ranger tout ce petit monde.

 

Pourquoi je n’opte pas pour des ceintures type Flip Belt ?

Certains optent pour des ceintures de sport telles que les Fit Belts (peut-être que je devrais déposer ce nom, on sait jamais), mais personnellement ça ne me réussit pas, notamment pour ces quelques raisons:

  • elles sont complètement trempées en fin de sortie,
  • les poches sont ouvertes,
  • les grands smartphones les déforment et nuisent au confort,
  • les objets ne sont pas du tout organisés à l’intérieur et plutôt difficiles à extraire.

Elles ont tout de même deux avantages à mes yeux, à savoir leur tarif raisonnable et leur côté minimaliste, mais personnellement, leurs inconvénients me pèsent trop.

Pourquoi je n’utilise pas mon sac de trail ?

Comme vous l’aurez compris les amis, je suis donc plutôt un mec à sac à dos. Un truc qui fit bien au corps avec de la place, des rangements spécifiques, accessibles et pratiques. Le sac à dos n’est cependant pas exempt d’inconvénients:

  • il est grand car adapté aux courses longues
  • il a tendance à donner chaud au dos
  • il est relativement lourd (relativement, j’insiste, car personnellement je ne suis pas à ça près), ou en tout cas, il ne se fait pas totalement oublier
  • et à moins de préparer une course longue et de tester le matos, c’est un petit peu overkill pour une sortie courte. J’entends par là que ça donne un côté suréquipé qui nuit à la sensation de légèreté qu’on souhaite parfois avoir lors d’une petite sortie dynamique et virevoltante, telle Laura Ingals dans le générique qu’on connait tous.

Pour appuyer ce dernier propos, je vous laisse tout de même jeter un oeil à la différence d’encombrement entre un sac de trail de 20 litres de chez Raidlight (Ultra Vest Olmo 20L) ci-dessous.

Rappelons tout de même les avantages des sacs: il y’a de la place à foison, tout plein de réglages, ils sont multi-usages (ils peuvent servir dans de nombreuses situations), et il y en a pour tous les prix.

 

Et donc, on prend quoi finalement ?

Merci Eugène pour cette question très pertinente. Tu peux aller te rasseoir et écouter attentivement.

Les amis, je ne suis pas peu fier de vous présenter une petite trouvaille dont j’ai fait la découverte au Salon du Running, et qui m’a depuis accompagné sur moult sorties.

Cette découverte, c’est Fitly, une sorte de micro sac à dos pour coureur sur courte distance. Ce petit sac est issu d’une start-up française nommée Fitly fondée et développée par 4 types passionnés de course à pied, et il comporte tout un tas de choix de conception qui en font un sac qui me convient très bien, pour répondre à ce besoin basique de transport. Vous trouverez toutes les infos sur le site de Fitly, mais comme elles sont en anglais, je vais reprendre ici et en français celles qui me paraissent différenciantes et intéressantes pour nous, les coureurs (femmes et hommes):

Les poches horizontales thoraciques

Le sac comporte une ceinture de serrage thoracique qui vient se loger juste sous la poitrine, et qui comporte deux poches (une sous chaque pec) à fermeture horizontale. Ces poches sont accessibles sans le moindre effort. De plus, un détail mais pas des moindres: les fermetures sont assez fermes pour ne pas s’ouvrir toutes seules, mais suffisamment bien conçues pour pouvoir s’ouvrir à une seule main. Enfin, les poches ont une taille suffisamment petite pour que les objets que vous allez y loger dedans ne ballottent pas. Personnellement, j’y loge une flasque de 150 ml d’un côté, et mes clés de l’autre. Et les clés font pas cliclic quand on court. Je déteste ça. Vous aussi.

Le système de serrage de la ceinture thoracique est une jolie pièce aimantée qui se clipse sans effort sur 3 niveaux différents.

Un rangement pour smartphone étanche et plaqué

Le sac est imperméable et la poche principale contient un rangement pour smartphone plaqué contre le dos, qui permet d’éviter tout balancement possible de cet objet précieux, qui est l’un des plus lourds de la liste, et donc l’un des plus susceptible de nous embêter. Le sac permet de le loger efficacement et au sec et intègre même une petite languette pour le sortir facilement de son logement une fois rentré à la maison. Enfin, Fitly a pensé à laisser une petite ouverture discrète pour laisser ressortir le fil des écouteurs sans pour autant laisser entrer l’eau.

Digression: Sur ce point, si vous le pouvez, faites comme moi et beaucoup de coureurs, utilisez des écouteurs sans fil. Ils ne sont plus très cher en fonction des modèles et permettent un confort qui est 100 fois supérieur au filaire, en particulier pour nous les coureurs.

Fitly est fabriqué avec un tissu qui a l’air balèze

Quand on prend le sac en main, il inspire vraiment confiance. J’ai l’impression de porter une gilet pare-balle en Kevlar, ce qui est plutôt rassurant. Après avoir consulté un peu la documentation, le sac est fait d’un tissu qui s’appelle CORDURA, qui semble avoir la réputation d’être increvable. Je ne l’ai pas encore éprouvé à fond, mais je peux confirmer que qualité de l’objet est indéniable, que ce soit visuellement ou au toucher. Je vous mets quand même la phrase originale ci-dessous, qui est quand même très badass.

Constructed using high tenacity military-grade fiber technologies, the CORDURA® fabric is exceptionally durable and puncture resistant. 

Pas moins de 5 points de réglage pour adapter le sac à son corps

Pour adapter le confort, en plus de la pièce aimantée au niveau de la sangle thoracique évoquée plus haut:

  • on trouve des côtés gauche et droit deux sangles élastiques resserrables qui viennent plaquer le sac contre le dos et les côtes
  • on trouve sur les bretelles gauche et droite deux sangles élastiques resserrables qui viennent régler le serrage des bretelles, et la hauteur de la sangle thoracique

Pas moins de 7 poches et rangements pour s’organiser comme on le souhaite

Pour ranger son matériel, c’est tout simplement génial. C’est mon point préféré. Quand on cherche un truc dans ce sac, on le trouve. On ne cherche même pas en fait, on trouve tout de suite. Le sac comporte:

  • Deux poches pour cartes ou clés sur la partie extérieure
  • Une poche secrète de sécurité plaquée contre le dos
  • Une poche principale avec un rangement pour smartphone et un rangement pour carte (d’identité par exemple)
  • Deux poches thoraciques très accessibles en courant

Le soucis du détail

Pour terminer, voici quelques détails qui montrent selon moi le côté passionné de ses créateurs:

  • Les fermetures éclair qui restent à plat et ne ballottent pas. Pourquoi ? Pour éviter que la fermeture éclair ne fasse cliclic en tapotant sur le sac au gré des foulées. C’est fou ce niveau de détail, non ?
  • Le revêtement en contact avec le corps (intérieur des bretelles et arrière du sac) est fait d’un tissu respirant et anti-odeur conçu pour évacuer la sueur. Bon, comme toujours ici, vous lirez sur le site officiel que cette technologie vous permet « de rester au sec ». C’est évidemment un abus, vous ne resterez pas au sec, mais vous ne serez pas non plus trempé, et le séchage du sac après la sortie se fera rapidement. Ca reste tout à fait convenable. Je ne comprends cependant pas pourquoi toutes les marques ressentent le besoin de sur-vendre cette aspect… Peut-être est-ce justement parce que toutes les marques sur-vendent cet aspect.
  • Le sac Fitly comporte de base des bandes réfléchissantes (4 devant et 2 derrière) pour la sécurité de nuit, ainsi qu’une petite sangle à l’arrière pour ajouter une bande réfléchissante supplémentaire ou une accessoire clignotant
  • L’ouverture de la poche principale se fait sur toute la partie haute et tout le côté gauche. L’intérêt de cette grand ouverture est de pouvoir avoir une vue sur tout le contenu du sac sans effort. Avant, j’avais un sac qui ne s’ouvrait que sur le haut, et je peux vous dire que c’était une partie de motus à chaque fois que je cherchais quelque chose. Bon, il était plus grand c’est vrai, mais quand même.
  • Un petit sifflet est inclus dans la poche avant gauche pour appeler à l’aide en cas de situation extrême de survie (ça aussi c’est badass). Je pense que ma vie n’est pas encore assez stylée pour pouvoir m’en servir, mais c’est un détail attentionné. Seul point négatif, il est dommage que le sifflet ne soit pas attaché. En effet, il peut tomber par inadvertance lorsque vous insérez et ressortez vos clés de la poche.

Si je devais faire mes remarques et donner des axes d’amélioration, ce serait les suivants:

Attention les amis, bien que j’apprécie beaucoup ce sac, il faut être attentif avant de se lancer. En effet, voici quelques points à bien avoir en tête:

  • il faut avoir à l’esprit qu’il est vraiment petit. C’est un avantage car il est compact, léger et organisé, mais aussi pour certains un inconvénient, car hormis les objets cités plus haut, vous ne pourrez pas y mettre grand chose. Il faudra privilégier les objets carrés / rectangulaires et fins. On oublie tout ce qui est sphérique et épais.
  • le sac ne se fait pas à 100% oublier. Quand il est bien réglé, il est très confortable et ne gène pas, mais on sent sa présence. Personnellement, il m’est agréable car me donne une petite « armature », un peu comme un tissu compressif, qui aide à structurer la posture de course.
  • enfin, il faut bien veiller à faire un réglage ni trop laxe ni trop serré. Eviter de trop serrer en particulier car dans ce cas, les deux poches sous la poitrine peuvent, lorsqu’elles sont remplies, exercer une petite pression. Celle-ci peut s’avérer gênante, mais disparaît avec un bon réglage.

Pour les améliorations, voici ce que je suggère:

  • Intégrer un mécanisme optionnel de porte dossard (comme par exemple les petites pièces aimantées qu’on trouve notamment chez Oxsitis)
  • Proposer des accessoires d’hydratation compatibles directement depuis la boutique en ligne. De mon côté je peux vous dire que les flasques de 150 à 250 ml peuvent rentrer sans problème respectivement dans les poches thoraciques et dorsale.

Il vient le moment de parler de tarif les amis. On est là sur une produit créé par des passionnés qui n’ont pas lésiné sur le confort et l’aspect pratique, et qui ont du faire des choix de qualité sans concessions. Vous me voyez venir, vous sentez que ça va piquer un peu, et vous n’avez pas tort. Vous trouverez Fitly, disponible en 3 coloris  pour 79,00 € sur le site officiel.

Pour ceux d’entre vous les amis qui sont arrivés jusqu’ici et qui sont vraiment chauds, je vous invite à lire, si vous lisez un peu la langue de Shakespeare, les très intéressants articles du blog de Fitly, juste là. Il n’y en a pas beaucoup, ils ne sont pas très longs, mais je trouve qu’ils sont un complément très intéressant qui explique les études qui ont mené à la création de ce produit.

Voilà tout ce que j’avais à vous dire sur l’équipement pour les sorties courtes les amis, et je vous reviens très bientôt pour de nouvelles aventures et de nouvelles infos, car l’année ne fait que commencer !

Note: cet article n’est pas sponsorisé et ne fait pas l’objet d’un placement de produit rémunéré. Cet article est uniquement motivé par l’envie de vous proposer du contenu intéressant les amis, et il ne serait pas paru si ce n’était pas le cas.

Petit Bonus pour ceux qui sont arrivés jusque-là ! 

Emir des Lapins Runners,

carottes

La DJOGDEI, une course virtuelle et des rencontres IRL

Hello à tous les amis !

Ce matin nous étions à la rencontre abonnée de l’ami Youtubeur Djodei, organisée à l’occasion de la DJOGDEI, la première course virtuelle française organisée par ses soins.
Il n’y a pas à dire, Djo a réussi à créer un beau moment de partage 

Pour tous ceux que nous avons rencontrés, un énorme merci pour vous gentils mots, et à très bientôt pour de prochaines rencontres autour du running.

Les Lapins Runners.

carottes

Marathon du Golfe de St Tropez : 1re édition ! 🌴

Hello à tous les amis !

Ce week-end nous étions en vadrouille du côté de chez nos amis du sud, pour aller découvrir la première édition du marathon de St Tropez ! Des paysages tellement à couper le souffle (en particulier pour nous qui sommes de région parisienne), que nous nous sommes empressés de vous proposer cette vidéo pour le vivre comme si vous y étiez !

Les amis, si vous aimez les longues balades ensoleillées, eh bien sachez que c’est l’un de nos marathons coup de cœur en termes de paysages !

A très bientôt les amis et d’ici-là comme toujours, KIFFEZ la vie !

carottes

Les meilleures barres véganes de course à pied au monde ! 🌍

Hello les amis !

En l’espace de deux ans de véganisme, nous avons eu l’occasion de goûter moult et moult barres véganes, notamment grâce à notre partenaire de qualité Boutique Vegan. Rares ont été les fois où nous avons été deçus.

Pour celles et ceux d’entre vous qui s’intéressent à l’alimentation végétalienne en course, sont intolérants au lactose ou à la recherche de nouvelles saveurs, nous avons répertorié les 10 meilleures barres véganes de course à pied au monde ! A noter que certaines d’entre elles sont également sans gluten.

Les amis, cet article est destiné à répondre à vos nombreuses questions concernant nos ravitaillements perso. Il n’est pas sponsorisé et n’a pas pour vocation de vous vendre des barres.



NB : Pour des raisons de commodité, nous avons indiqué le tarif par barre et converti certains tarifs de lot en tarifs unitaires.

Vous pourrez vous procurer les barres :

  • Clif Bar, Rawbite, Nakd, Trek, Chimpanzee sur le site boutique-vegan
  • Baouw!, Roobar chez Biocoop
  • Noix et Noix chez Biocoop et sur le site noixetnoix
  • Taracking sur le site taracking
  • …et la barre Rapunzel en allant en Allemagne (en magasin bio)

Nous espérons que cet article vous aura été utile et restons dispos pour toute question !

Dimanche, vous nous retrouverez sur la ligne de départ de la première édition du marathon du golfe de Saint-Tropez.

En attendant, KIFFEZ LA VIE !

Les Lapins Runners.

carottes

 

Parties intimes et ultramarathon avec ATHENA

Chers amies de sexe et de genre féminin, vous serez certainement plus intéressées par le test de Carole, plus bas, quelques paragraphe sous le type qui fait du manspreading.

Chers amis de sexe et de genre masculin, je vous propose aujourd’hui de causer sous-vêtements, mais pas n’importe lesquels évidemment. Quelle que soit votre distance de prédilection, ceux-ci vous permettront de transporter de manière agréable, saine, et confortable, votre paquet de la ligne de départ jusque la ligne d’arrivée. Ces sous-vêtements sont devenus mes préférés, c’est pourquoi je vous en parle aujourd’hui. Pour info, auparavant, mes préférés étaient les boxers Kalenji pour leur rapport qualité / prix que je qualifierais d’ultime. Ce temps est maintenant révolu.

Chers amis, je vais vous faire part de mes impressions au sujet de plus de 6 boxers de chez Athena Sport, de trois gammes différentes, en conditions de courses « courtes » mais aussi en condition de course extrêmement longue, le tout en passant par le marathon. Avant de poursuivre, il est bon d’indiquer que ces boxers ont été testés et validés, pas seulement par moi-même, mais par Sylvain Court himself, ce dont je parle par ailleurs dans un récent épisode de votre podcast running : Jogging Bonito.

Le critère essentiel pour un sous-vêtement de sport : le maintien

Les amis, cela me paraît LE critère number one. Le critère essentiel et éliminatoire. Quelle que soit la manière dont nous sommes membrés, nous sommes tous à égalité lorsque ça ballotte. Et la raison pour laquelle je vous présente ces boxers aujourd’hui, c’est qu’ils s’assurent que les outils restent en place, dans le confort.

Ce qui est paradoxal avec ce type de vêtement, c’est que la qualité se ressent par le fait de ne sentir aucune gêne, de ne rien sentir en quelque sorte. On perçoit l’intérêt ou la qualité d’un sous-vêtement lorsque le maintien est sans contrainte. Cela dit, il est fréquent que les contraintes apparaissent dans le temps, avec l’usure, ce que je n’ai pour le moment pas pu évaluer sur les Athena. Cela ne fait en effet que quelques mois que je les possède, et j’ai du parcourir avec moins de 500 bornes à ce jour.

Je vous propose maintenant de nous attaquer aux différents critères qui font, selon moi, représentant du genre et du sexe masculin, font la qualité de ces boxers.

Usure lente

Les impacts de l’usure ? Souvent, les frottements des boxers liés au balancement des jambes en course à pied dégradent le tissu, ce qui, au terme des kilomètres, endommagent le sous-vêtement.
On peut également rencontrer une usure fâcheuse au niveau de l’élasticité des ceintures, qui se perd dans le temps et qui nuit donc au maintien (critère ultime, rappelons-nous).

Pour le moment, et je le répète, bien que les sous-vêtements soient relativement jeunes, je ne constate aucun signe de dégradation et l’élasticité de la ceinture est parfaite. Elle ne serre pas trop mais apporte un bon maintien.

Le sous-vêtement sort tout fier de la machine à laver, sans aucune égratignure, et ne demande qu’à transporter de nouveau le matériel sur quelques bornes.

Absence de frottements

Ceux qui l’ont vécu le savent, éviter les frottements entre les cuisses est presque aussi primordial qu’un bon maintien. La zone à risque est en particulier le haut des cuisses pour les hommes corpulents. Le fortement des cuisses cause des rougeurs, irritations puis brûlures si l’effort se prolonge. Les brûlures peuvent se produire lorsque le boxer ne se maintient pas plaqué sur le haut de la cuisse, mais remonte pendant l’effort sous les tensions qu’il subit.

Souvent, j’ai rencontré des boxers qui remontent vers l’aine et forment des plis sur eux-mêmes. Ce sont eux qui peuvent causer des brûlures ou l’inconfort de devoir le remettre constamment (ce qui est, reconnaissons-le, au top du swag). Fort heureusement, je n’ai pas constaté ce problème avec les Athena. Ceux-ci restent bien en place, et permettent d’empêcher les cuisses d’entrer en contact répété.

La texture, pour le respect du colis

Au contact de la peau, le tissu des Athena est doux, très fin et pourtant très solide. L’impression de qualité est clairement présente, et c’est très important, en particulier en course longue, de savoir que l’on n’aura pas de problème de ce côté-là. La sensation de confort des Athena ne s’altère pas quand le tissu est mouillé (lorsque l’effort se prolonge généralement).

Respirabilité, parce que l’eau, on la préfère dans les flasques

Le tissu évacue correctement l’humidité, mais finit tout de même par la conserver et rester mouillé lorsque l’effort se prolonge. Cela dit, je n’ai jamais vu aucun vêtement rester sec tout le temps à l’effort. C’est bien meilleur que du coton évidemment, mais ça ne fait pas de miracle. Après, il n’est pas particulièrement utile de rester au sec, si le fait d’être mouillé n’altère pas le confort.

Rapport qualité / prix

Les amis, vous qui me connaissez bien le savent, ce critère est très important pour moi. Je déteste me sentir berné par une marque qui déploie des stratégies plus viles les unes que les autres pour me forcer à dépenser mon argent dans autre chose que du Houmous et des dossards.

Je m’attendais très sincèrement à voir un prix de l’ordre de 12 fois le prix du Kalenji, comme à chaque fois ou presque lorsqu’un marque spécialisée lance un produit. Eh bien quelle ne fut pas ma surprise quand j’ai vu les prix … Athena m’a tout simplement cloué le bec. Vu le prix les amis, je recommande donc les yeux fermés. C’est la première fois que j’observe un rapport qualité / prix que je juge meilleur que les Kalenji. Pourtant, force est de constater, quand on a de la bonne foi (:p), que la plupart du temps Kalenji détruit toute la concurrence en termes de rapport qualité / prix. Les Kalenji sont certes 2 fois moins chers (5€ / pièce), mais de qualité bien inférieure aux Athena Sport (entre 10 et 11 € pièce).

Pour terminer, quelle gamme choisir ?

Bien que le toucher soit différent entre les différentes gammes nommées « Running », « Training » et « Sport Co », il est confortable dans tous les cas. Je trouve que les différentes gammes relèvent davantage du marketing que d’une réelle adaptation à tel ou tel sport. A mon avis, cela permet donner une impression de choix entre différents types de tissus techniques d’Athena en prétextant que ceux-ci sont plus ou moins adaptés à un type de sport en particulier. Dans le fond, ce n’est pas du tout un problème, et j’estime qu’ils sont tous adaptés à la pratique du running court et intense, long et modéré, ou encore des sports co.

Où acheter de quoi sauver ses ronds

Les amis, vous trouverez ces produits sur la boutique en ligne Athena pour 30 euros les 3 boxers (hors soldes) ou encore 22 euros les 2 boxers. Le lien de la boutique se trouve ici. Si vous sautez le pas, n’hésitez pas à m’en dire des nouvelles. Mes amis, je vous souhaite la cohabitation le plus paisible possible avec vos précieux sachets.

 

Et pour les femmes…

J’ai pour ma part testé un ensemble « Athena Secret de beauté » de la collection sport, composé d’un shorty et d’une brassière dans les coloris gris/jaune. Ces sous-vêtements sont vendus comme étant dédiés à la pratique du sport en intérieur et extérieur. Je les ai éprouvés uniquement en extérieur, pendant mes entraînements running et en course officielle.

 

La brassière

Difficultés techniques 

Dans les premiers temps, l’enfillage de la brassière n’a pas été facile. J’ai éprouvé des difficultés à clipser les accroches situées dans le dos. Ca a retardé mes sorties, j’étais de mauvais poil :p. Après 3-4 sorties, les accroches se sont « faites » et que j’arrive à attacher ma brassière seule. Je vais mieux.

Maintien 

Pour ce qui est de juger la qualité de maintien de la brassière, je ne suis pas une référence en la matière, Dame Nature n’ayant pas été très généreuse avec moi. Autrement dit, je n’ai eu aucun souci de maintien. Je préfère donc ne pas me prononcer pas sur cet aspect-là et vous laisse le soin de juger par vous-même.

Respirabilité

Ce qui m’a plutôt frappée c’est à quel point la brassière s’humidifie lors de l’effort (pas nécessairement intensif !) et tarde à sécher. Moi qui ai pour habitude de porter le même soutien-gorge pendant 2-3 sorties, c’est assez génant.

Confort 

La brassière Athena ne m’a pas protégée des grosses brûlures apparues lors de mes sorties longues au niveau de mes aisselles. Ce problème peut néanmoins être écarté au moyen d’un bon coup de nok sur les parties sensibles.

 

Les points positifs :

  • la brassière ne laisse pas entrevoir les tétons, ce qui dans le cas contraire, me dérangerait énormément
  • la forme en dos nageur permet aux bretelles de ne pas partir sur les côtés, ce qui évite d’avoir à les repositionner
  • La brassière n’est dotée d’aucune étiquette
  • Les bretelles disposent d’un système de réglage, la bande arrière de 3 niveaux de serrage

 

Qualité 

Pour le moment et après avoir porté a braissère pendant une dizaine de sorties, je n’ai  pas constaté la moindre usure.​

Tarif 

Actuellement à 28,00 €, ce qui est loin d’être excessif pour une brassière de sport. A titre de comparaison, Thuasne Sport propose des brassières de sport pour environ 40-50 €.

Avis global 

Je suis satisfaite par ce produit que je continuerai de porter en entraînement/course. Je pense que la brassière gagnerait à être plus respirante. C’est la raison pour laquelle je lui attribue la note de 7,5/10

 

Le shorty

Confort 

Le critère de loin le plus important pour moi en matière de bas de sous-vêtement est validé : je n’ai constaté aucune irritation au niveau de l’entrefesse à l’issue de sortie longue, ni même au niveau du haut des cuisses. Ce sous-vêtement est donc devenu mon shorty officiel pour mes marathons/ultras. Je l’ai porté sur le Grand Raid du Morbihan (177 km) et il m’accompagnera donc sur le Grand Raid des Pyrénées.
Les coutures sont bien élastiques; le sous-vêtement agréable à porter, le tissu en lycra doux. Le fond de la culotte est doublé.

Notons également que le shorty n’est doté d’aucune étiquette, lesquelles peuvent être sources d’irritation.

Respirabilité 

Même constat qu’avec la braissère, le tissu étant le même que celui de la brassière. : le shorty est bien humide après l’effort jusqu’au lendemain.

Qualité 

Rien a signaler au niveau des élastiques qui sont toujours aussi efficaces. Le shorty est encore en très bon état.

Tarif 

Actuellement à 20,50 €. Ce n’est pas donné mais pour quelqu’un qui comme moi, est en souffrance en sortie longue à cause des irritations, ça les vaut largement.

Avis global :

Je suis vraiment très satisfaite de ce produit que je recommande vivement aux femmes qui ont les mêmes soucis d’irritation que moi. La non respirabilité du sous-vêtement et le design un peu simpliste du shorty ne me permettant pas d’attribuer la note d’excellence, ce sera donc un 9/10 !

 

Avez-vous testé les sous-vêtements d’Athena ? Faites-vous confiance en l’expertise de Sylvain Court ?

 

Les amis, l’heure est grave. Le compte à rebours pour le GRP 220 km est lancé. D’ici, nous tâchons de nous entraîner en faisant du volume, à hauteur d’au moins 3 sorties >/= 16 km par semaine.  D’ici là, bonnes vacances à tous et KIFFEZ LA VIE !

Les Lapins Runners.

carottes