Retour sur la course du viaduc de Millau !

viaduc de millauAh Millau ! La dernière fois que nous nous étions quittés, c’était en mauvais termes sur notre abandon aux 100 km ! Heureux de te retrouver dans d’autres circonstances ! Cette fois-ci, pas de 100 km s’il te plait. Si nous sommes de retour chez toi, c’est pour fouler ton viaduc, admirer la vue qu’il offre sur la vallée du Tarn et prendre beaucoup de plaisir !

Commençons par remercier TomTom, qui a fait de nous les acteurs d’un week-end fort réussi, en compagnie du boxeur Nadjib Mohammedi, ambassadeur de la marque. Vous connaissez nos méthodes les amis : par souci de « rentabilité », nous ne nous serions pas permis un tel déplacement pour une course de 2 heures, si belle soit-elle.

 

Atypique en tout point (ou presque …)

Passons à présent au vif du sujet : la course Eiffage du viaduc de Millau. Cette course à pied bisannuelle (#MotStylé) d’une distance atypique de 23,7 km et d’un D+ de 390m, offre un aller-retour sur le beau et grand viaduc de Millau. A cette occasion, chaque année paire pendant 4 heures, l’accès au viaduc est fermé aux automobilistes et s’ouvre à 15 000 coureurs, motivés plus que jamais à fouler le pont autoroutier le plus haut du monde, à 245 mètres au-dessus du vide. Dit comme ça, ça peut faire un peu flipper, mais rassure-toi, le truc à l’air solide !

 

Ca monte, ça descend, …

Le profil de la course est d’une simplicité enfantine : plat – montée vers le viaduc – faux plat sur le viaduc – descente jusqu’à l’arrivée.

miniature2Pour les curieux, le voici en détails :

  • après quelques 5 km de plat, les coureurs s’attaquent à cette montée interminable de 3 (bons gros) kilomètres jusqu’à atteindre…
  • … le ravito du 8,3 km (oui les amis, il ne faut pas sous-estimer l’importance du ravito ! :D),
  • … puis arrive le viaduc de 2,5 km de long,
  • … pour faire durer le plaisir, nous effectuons un aller-retour sur le viaduc de … 5 km (c’est bien, vous suivez toujours).
  • … et pour finir en beauté, une belle descente quasi continue de 8 km.

 

Et la météo, parlons-en !

Ce matin-là, nous avons réussi à échapper de justesse à la pluie, tant et tant redoutée ! Ouf, un grand soulagement. Malheureusement, ce n’est pas forcément le cas des coureurs partis sur la vague de 9h30 (à savoir 30 minutes après notre vague) qui se sont pris une belle averse. Big up à vous les copains, nous espérons que vous avez apprécié la douche ! En revanche, nous avons tous, sans exception, eu droit à des rafales de vent frontales complètement démentielles sur le viaduc. Un vent, frontal, opposé, perpendiculaire à nos têtes. En pleine face avec une telle intensité qu’on avait la difficile impression de … courir sur place. Dans de telles conditions, les oreilles de lapins offrent une prise au vent des plus efficaces avec un aérodynamisme proche de celui d’un parachute. Pas franchement l’idéal pour avancer, hein !

Miniature3

Au retour, la récompense : nous avions le vent dans le dos qui nous offrait le luxe de quelques dixièmes de kilomètres / heures gratuits, sans efforts. Terminons ce paragraphe venteux par une citation de circonstance. Un grand sage disait : « si tu ne peux changer la direction du vent, alors apprend à changer celle de ta voile ».

 

 

Les demi-tours, c’est la vie

Le demi-tour sur le viaduc : absolument génial ! Grande qualité des demi-tours : nous permettre de voir filer le peloton de tête, et encourager les amis running, particulièrement nombreux sur ce rendez-vous bisannuel. Finalement, nous avons plus souvent regardé du côté des coureurs qu’admiré les paysages qui s’offrait à nous, au delà de l’autoroute.

 

Les bonnes choses … ont une fin !

La descente pendant les 8 derniers km était une vraie partie de plaisir ! Hormis quelques petites côtes très raides, j’ai pris mon pied… ma patte plutôt. De nombreux enfants tendaient leurs mains pour des tope-là, ce qui était tout simplement galvanisant !

médaille viaduc millau

La ligne franchie, nous avons droit à un accueil par Chauchau : « le couple de lapins que l’on retrouve tous les dimanches ! ». On essaie, on essaie :). Après quelques mètres, notre dotation finisher vient à nous. Petit objectif bonus : filer attraper le navette retour à 11h40, particulièrement difficile à tenir quand on vous rencontre et qu’on prend le temps d’échanger avec vous chers amis, vous qui nous lisez :D. Un énorme merci à vous les amis d’être de plus en plus nombreux à venir échanger avec nous après les courses, c’est une grande joie de voir le virtuel se transformer en réel. Avant de partir, jetons un œil à la très belle médaille finisher, datée et représentant un coureur sur le viaduc.

 

La dotation insolite

Et c’est non sans surprise que nous retrouvons dans notre « sac à ficelles » une merveilleuse conserve finisher de lentilles cuisinées à l’auvergnate à la graisse de porc et de canard. Un package alimentaire final aussi insolite qu’idéal pour les coureurs véganes que nous sommes. Après avoir jeté un regard surpris-amusé, puis triste au canard et au halouf en boite dans notre sac, il était temps de dire un dernier merci à la team TomTom pour cette expérience mémorable. Une vidéo est à venir pour que vous puissiez revivre avec nous ce moment.

Notre chrono ? 2h09. Je dois dire que même si je n’avais que pour objectif chrono celui de nous permettre d’avoir notre navette retour, j’aurais aimé atteindre les 11km/h sur une course de ce type. Bah, nous ferons mieux la prochaine fois !

Avoue que tu n'as jamais vu ça ;p

Avoue que tu n’as jamais vu ça !

 

La vidéo

Un grand coucou à Fred de l’agence Epic, Iron Djib, ambassadeur TomTom et boxeur pro super accessible, Pauline de vivrehealthy.com, souriante et joyeuse, aux gars de joliefoulee.fr que je ne saurais même pas décrire, et à Daniel, Mathieu, Martial d’ilosport.fr et PA de lasueur.fr pour ce moment partagé en bonne compagnie.

Les amis, nous serons dimanche sur la course de 20 km Paris Saint Germain. D’ici là, prenez soin de vous et kiffez la vie !

A très vite,

Les Lapins Runners.

carottes

 

 

Les 20 km de Paris : Moteur, caméra, action !

20kmparis2015Hello les amis !

Dimanche dernier, nous avons eu la chance d’épingler notre dossard pour la 37e édition des 20 km de Paris grâce à notre team Tomtom.

A cette occasion, Tomtom a crée une team spéciale féminine que j’ai intégrée. Nous avons été ainsi une vingtaine de chanceuses à bénéficier d’un coaching composé de 5 entraînements, le tout sous l’œil sévère mais bienveillant de notre coach Anouk aka Soldat Garnier (3e féminine et 1re Française à la Spartan Race, pour vous donner une idée du palmarès de la demoiselle). Avec pour partenaire la boutique KM42, nous nous sommes réunies chaque semaine au parc Monceau. Moi qui ne varie jamais mes entraînements, ça m’a fait du bien de changer mes petites habitudes, de faire du PPG, à coup de jump, squats et planche… le tout en musique au rythme de notre hymne : « Nous on est les filles TomTom, et on n’a pas besoin d’hommes ! […] « Crédit Paroles : Anouk.

Mon objectif des 20 km de Paris était à l’origine de passer sous la barre des 1h40. Néanmoins, après mon RP aux 10 km de la Noctambule (45min53), j’ai revu mon objectif à la hausse et j’ai désormais l’espoir de me frotter à un 1h36. Un objectif très ambitieux, comme souvent !

La minute culture ! Oscar Wilde a dit un jour une phrase qui illustre très bien la manière dont nous construisons nos objectifs, parfois réalistes, parfois moins. La voici : « Il faut toujours viser la lune, car même en cas d’échec on atterrit dans les étoiles ». Inspirant n’est-ce pas ?

Les conditions semblent en tout cas propices à un RP dans la mesure où j’ai un dossard me donnant accès à un sas préférentiel. La classe !

Le jour J, nous rejoignons la team à 8h40 au village situé à Ecole Militaire (les souvenirs de la Parisienne remontent !) pour participer à l’échauffement par Soldat Garnier. C’est avec joie que nous retrouvons nos copains de la Team.

Après l’échauffement, direction les commodités où je patiente 20 bonnes minutes, au bout desquelles je retrouve le stand Tomtom complètement vidé. Toute la team semble avoir rejoint le départ et Emir a disparu. Je me dirige alors au niveau des sas en quête du Lapin avec lequel j’avais prévu de courir. L’énervement et l’angoisse se mêlent. Je n’ai pas le « coeur » à courir 20 km seule.

Tellement pris dans des discussions de part et d’autres avec des membres de la team que j’ai complètement perdu Carole … Je ne réalise même plus qu’elle est restée en arrière et pense qu’elle est allée dans le sas préférentiel avec l’équipe féminine et le soldat-coach.

Gros soulagement, je me hisse dans un sas au pif et retrouve Emir, accompagné de Jannah, Nas, Mélanie… et un bon morceau de la team.

Je donne une mention spéciale au bazar pour l’entrée dans les sas ! Dans la prochaine vidéo, vous verrez que des bénévoles étaient positionnés pour vérifier le dossard de chaque personne tentant d’entrer dans un sas, ce qui a créé des embouteillages énormes et des escalades de grillages.

Après quelques petites minutes d’attente, c’est le top départ ! Nous ignorons dans quel sas nous sommes situés mais ça bouchonne beaucoup, y compris sur les trottoirs.

Passé le km 1, l’avenue Foch s’ouvre à nous, nous permettant de courir à notre vitesse. Il va falloir rattraper ce temps perdu si je veux espérer tenir ces 1h36 ! Je percute à ce moment là que je n’ai pas activé ma montre. Flûte, je ne vais pas pouvoir me caler dessus pour savoir où j’en suis.

Emir semble en forme, gambade et s’amuse à aller au devant des animations musicales pour de meilleures prises à la GoPro.

Nous atteignons le km 10 en environ 48min ce qui est très satisfaisant pour un début de course aussi embouteillé.

12091254_10153636516829522_1579229029456343069_oJ’ai l’impression que le parcours est rempli de faux plats, tunnels. Mes jambes ont du mal à suivre. Je vais inévitablement ralentir.

Km 11, Emir me lance : « Ma femme, je n’arrive pas à te suivre. ». Je suis un peu étonnée, je ne l’avais pas senti venir. Aucun problème pour moi, je ne me sens pas en forme non plus de poursuivre à cette allure et m’adapterai à sa vitesse. Emir m’empêche néanmoins de le suivre et m’encourage à continuer seule pour faire un chrono.

En rétrospective, je pense que les raisons de mes difficultés sont les mêmes qu’au marathon de Paris en avril, où je n’ai pas pu suivre Carole non plus. J’ai chaussé des minimalistes pour la première fois depuis un moment à une telle vitesse et sur une distance aussi longue. Mon corps n’était pas prêt, et j’en ai morflé au point de me résigner à marcher.

C’est donc seule et attristée que je poursuis ma route. Je suis vraiment dans le dur et j’ai hâte de passer la ligne d’arrivée.

Ma vitesse a nettement diminué mais je parviens toutefois à dépasser le meneur « 1h40 » que je tiendrai éloigné de moi.

Le fait que ma montre soit en décalage avec les indications kilométriques me perturbe. Je calcule sans arrêt ce qui me reste à parcourir.

Km 18, passage sur les quais de Seine. C’est un grand soulagement de sentir que la fin est proche !

A quelques 300 mètres de l’arrivée, je tente un sprint, ma foi pas extraordinaire et franchis la ligne au bout de 1h38’23 d’effort. Je suis un peu déçue même si j’ai rempli le contrat d’origine, celui de passer sous la barre des 1h40.

medaille20kmparis

Un grand bravo à tous les finishers des 20 km de Paris, en particulier à nos copains, à notre chère Team TomTom ainsi qu’à la team féminine. Un grand merci à Anouk qui nous a offert des entraînements de qualité, toujours dans la bonne humeur et l’enthousiasme.

Bravo également à Isabelle qui a accepté de porter la flamme « 2h05 » au dernier moment et a accompli sa mission de meneuse d’allure avec brio !

Encore aujourd’hui, les courbatures aux mollets se font sentir. Il faudra bien les faire disparaître d’ici dimanche pour tenter un RP au semi de Meaux !

Les amis, nous nous retrouverons samedi à la Défi Run ASSU 2000 et dimanche au semi de Meaux. D’ici là, portez vous bien et à très bientôt !

La vidéo !

Les Lapins Runners.

carottes petit

 

 

Les Lapins prennent des airs de princesses à la Go Sport Running Tour !

tomtomUne semaine après le marathon du Lac du Der, nous faisons notre grand et furtif retour sur les petites distances avant d’entamer notre attendue saison des ultras (100 km entre terre et mer, EDF Cenis tour (77km, 3 900 D+), 6000 D, UT4M (160 km, 10 000 D) et 100 km de Millau). Invités par Tomtom, nous choisissons deux courses différentes : Emir la Royale (15 km), Carole la course des Princesses (8 km).

Je garde en mémoire un très bon souvenir de la course des Princesses où j’avais participé il y a deux ans avec ma grande copine Emira avec qui j’avais énormément ri.

L’objectif de ce matin : décrocher un record (celui de 2013 établi à 40min16), tout en étant déguisée en princesse. Et oui, c’est bien possible ! Compte tenu de mes derniers chronos sur 10 km, je me suis fixée l’objectif très ambitieux de 37min30.

11425818_907166996010868_3770994354865501316_oEmir qui vient de boucler la Royale, revêt sa jolie robe bleue de princesse et me rejoint pour m’accompagner sur ces 8 km, tout en jouant les reporters, muni de la caméra Tomtom Bandit.

11h15 : nous arrivons au niveau du départ et je constate avec effroi la foule immense à remonter avant de se hisser dans un sas. Nous rencontrons pour la première fois Hélène BBlinou avec qui nous échangeons, ainsi que quelques unes de nos lectrices qui nous ont reconnus, malgré l’absence de nos oreilles !

Top départ ! Je démarre sur les chapeaux de roue, et parviens raîdement à remonter ma vague et les précédentes. Je ne sais pas si j’ai commencé trop vite mais toujours est-il que les jambes sont bien lourdes.

J’avais oublié à quel point cette course ressemblait davantage à un trail qu’à une course sur route.

Doubler alors s’avère vraiment un exercice très périlleux compte tenu de l’état du terrain et du niveau très hétérogène des coureuses. Je fais très attention où je mets mes pieds car il y a de nombreux trous.

parcours8kmMes chevilles prennent cher, d’autant plus que je suis en FiveFingers. Je vois mon allure moyenne dégringoler à mon plus grand désespoir.

Je ne reconnais pas du tout le parcours d’il y a deux ans. J’ai l’impression que celui-ci est beaucoup plus technique et bien moins roulant !

A mon grand regret, rares sont les supporters venus nous encourager. Ceci dit, je les comprends. Le parcours qui s’enfonce dans les jardins du château de Versailles n’est pas propice à cela. Emir motive alors les troupes et m’encourage alors que je suis en difficultés. Je n’ai pas de soucis de respiration mais mes jambes ne sont pas du tout dedans. La raison ? Emir suppose que les 32 km de VTT la veille y sont mine de rien pour quelque chose.

Malgré sa blessure, Hippolyte nous retrouve à 500 mètres de l’arrivée, recupère la caméra d’Emir pour nous filmer tous les deux. Merci encore à toi Hippolyte !

Nous terminons en 39min05, c’est mieux qu’il y a deux ans, mais pas tellement comparable du fait que le parcours n’était pas le même. Ce matin, c’était un jour « sans ». Je ferai mieux l’année prochaine ! 😀

Ceci dit, mon classement me remontera le moral par la suite : je finis 34e sur 2 920 au général et 20e de ma catégorie sur 1 816.

diplome Course Princesses

Nous regagnons le stand Tomtom pour retrouver la famille et les copains et profiter des gourmandises mises à diposition : glaces artisanales (je pense avoir goûté à peu près tous les parfums), crêpes et boissons : un vrai régal !

Bravo à tous les finishers du week-end, en particulier à la team Tomtom, Hélène, Fanny, Thando, Lolo the Pirate et Angélique (ambassadrice de l’association L214 à la Course des Héros).

BONUS : la vidéo de la royale !


A très bientôt pour les prochaines aventures et d’ici là, portez vous bien !

Les Lapins Runners.

carottes petit

Lutins d’un jour à la Corrida d’Issy-les-Moulineaux

Corrida2014_28550Courant novembre, le Père-TomTom nous annonce une joyeuse nouvelle : celui-ci nous offre deux dossards pour la Corrida de Noël d’Issy-les-Moulineaux. Ca c’est du beau cadeau de fin d’année ! Friands d’ambiance festive et ayant apprécié l’épreuve l’an dernier, nous optons parmi l’éventail des courses proposées, pour la corrida des Pères-Noël. Pas d’objectif chrono donc, nous participons uniquement dans le but de passer du bon temps en famille et entre amis.

Comme à ses habitudes, Tomtom nous dorlote et nous accueille dans l’espace privilège. L’occasion de se munir de chaufferettes et d’un bonnet de Noël vert Tomtom offert par la maison ! L’occasion également de faire un coucou à l’ami Samuel que nous avons loupé lors de la SaintéLyon. Comme toujours avec la team, quelques mots sympas entre coureurs, et direction le buffet !

La Lapine s’octroie quelques viennoiseries en tout genre, malgré les recommandations d’une bénévole qui prend son rôle de coach nutrition très à cœur : « les viennoiseries, c’est pour les coureurs après la course, si vous mangez ça, vous allez vomir ! Attention, il faut bien vous hydrater, ne prenez pas de Coca Cola !  » et s’adressant au Lapin : « Vous faîtes la course des Pères-Noël ? Ah d’accord. En voyant votre tenue, j’ai cru que vous étiez un athlète ».

Après ce petit-déj qui ne fait pas l’unanimité, nous regagnons le départ du 6,2 km.

La course n° 4 : 6,2 km de plaisir !

Rien de tel qu’un petit échauffement collectif pour intégrer l’ambiance et se donner l’envie de prendre le départ. Nous y saluons Christine et Christelle déguisées pour l’occasion et se donnant à cœur joie à l’échauffement. Des pères Noël à foison qui font de la gym ? Un vrai spectacle insolite !

Maman Lapine, grande gagnante du jeu concours Gagne ton dossard de Noël avec les Lapins ! et Angélique participent à cette course. Angélique, en renne de Noël du jour s’apprête à courir sa plus grande distance jamais parcourue.  Un grand moment que nous nous devons de partager. Profitons-en pour saluer l’association L214 représentée par Angélique.

2014-12-14 10.03.40

Elisabeth, Angélique et les Lutins Runners

Sur cette course qui n’est pourtant pas la corrida des Pères-Noël, beaucoup de coureurs sont déguisés : Pères-Noël, lutins, rennes, cadeaux… Maman Lapine et Angélique ont de bonnes sensations. Suivies à la trace par nos paparazzi en herbe, Alexandre et Papa Lapine, elles sont mitraillées de toute part. Un peloton dense mais pas trop, et une ambiance qui fait plaisir aux yeux et chaud au coeur.

Nous accompagnons notre duo féminin pendant 5 km, avant de les quitter pour rejoindre le départ de la corrida des Pères-Noël.

La course n°5 : la course déguisée !

C’est la bien là la course phare de la matinée. Nous retrouvons Jannah et Mélanie et partons pour ces (légèrement moins de) 10 km. A peine passé la ligne de départ, nous apercevons derrière nous un impressionnant groupe de coureurs déguisés en flocons de neige.

2014-12-14 10.52.24-1

Les kilomètres s’enchaînent en toute sympathie. Nous discutons, faisons connaissance, observons les déguisements, prenons du plaisir à courir à un rythme modéré. Une véritable balade de santé, comme dirait Jannah !

Passée la ligne d’arrivée, nous retrouvons quelques amis de plus : Nadia, Céline, Baptiste, Djo, Lolo le temps de quelques mots et quelques selfies !

 

2014-12-14 16.04.27

Nadia, Céline, Mélanie, Jannah et les Lutins Runners

  • Un grand merci à TomTom pour nous avoir offert l’inscription à la course.
  • Un grand bravo à Harry Bignon, qui n’a de cesse de mettre une superbe ambiance sur les événements sportifs
  • Un grand bravo à nos coureurs du jour, à Angélique d’avoir établi son nouveau record de distance !

Le mot de la fin

Vous l’aurez compris, cette corrida c’est avant tout de la convivialité dans une ambiance de Noël, détendue et festive. C’est bien sûr aussi du sport, l’occasion parfaite pour se lancer, se bouger avant les fêtes, ou pour clôturer sa saison en bonne et due forme (avec une belle petite médaille enneigée, et un RP pour certains !). Nous aurons plaisir à y retourner l’année prochaine, et surtout à y emmener un maximum de nos proches pour partager l’instant.

Médaille enneigée

Médaille enneigée

Les amis, nous serons présents à la corrida de Houilles le 28/12. D’ici-là, nous vous souhaitons de passer un merveilleux Noël avec vos proches et à très (très) vite !

Les Lapins Runners.

carottes petit

Gagne ton dossard de Noël avec les Lapins !

Hello à tous chers amis de la course à pied !

CadeauQuoi de mieux à l’approche des fêtes qu’un petit concours de circonstance ? Avec à la clé … (suspense ou presque) … un joli dossard de Noël !

Quel est mon cadeau ?

Toi, futur vainqueur du concours, voici le contenu de ton package cadeau qui comprend :

  • un dossard pour la corrida de Noël d’Issy-les-Moulineaux qui aura lieu le 14 décembre 2014
  • un t-shirt technique Tomtom
  • la possibilité de tester la montre Tomtom
  • un échauffement avec la team
  • une collation après course VIP avec la team (pour manger, discuter, rigoler, prendre des selfies)

Comment participe-je ?

Ta mission pour participer est de répondre aux deux questions ci-dessous sur la publication du concours sur Facebook et / ou sur notre fil Twitter en utilisant le hashtag #concourslapins. Multiplie tes chances en likant notre page Facebook et / ou en nous suivant sur notre fil Twitter.

1 – A laquelle de ces célèbres courses les Lapins n’ont-ils jamais mis les pattes ?

– l’Ecotrail de Paris

– le marathon Nice-Cannes

– l’UTMB

– le marathon de Paris

– le Marathon des Sables

2 – As-tu une montre GPS TomTom ? Si oui, peux-tu nous indiquer le modèle ?

Fin du concours : vendredi 28 novembre à minuit !

Annonce des résultats : Samedi 29 novembre à 14h (sauf si on oublie :p)

Qu’est-ce que la team Tomtom ?

Un groupe de runners passionnés crée par Tomtom. Les membre de la team se réunissent plusieurs fois dans l’année pour courir et partager des moments riches en convivialité. La team Tomtom a à son actif pas loin d’une dizaine de courses, parmi lesquelles le marathon Nice-Canne, la corrida d’Issy-les-Moulineaux, les 20km de Paris, la course Eiffage du viaduc de Millau et le semi-marathon de Paris. Les échauffements sont en partie assurés par notre champion et parrain Christophe Pinna.

Un grand merci à TomTom qui nous a permis de vous offrir ce dossard pour la Corrida des pères Noël !

Logo Tomtom

A très bientôt chers amis !

Les Lapins de Noël.

carottes petit