Mon short et mes manchons 2016 | Test SKINS DNAmic

logo-skinsCher ami coureur, ou encore chère amie coureuse en recherche d’un cadeau pour un coureur / traileur, le billet à venir s’adresse à toi.

Il y a fort longtemps que je ne vous ai pas proposé de petit test de tenue de course les amis, et ce pour deux raisons :

  • Je privilégie le partage d’expériences de course et travaille beaucoup sur les vidéos Youtube
  • Je ne suis pas très confortable avec les « tests » produits que je trouve en général sur le net, c’est pourquoi j’ai voulu prendre le temps d’éprouver vraiment un produit avant de vous livrer mon avis, et non pas réaliser un copier-coller ici sa fiche technique sans valeur pour toi, lecteur.

J’ai donc porté cette tenue pour le bas du corps sur plusieurs courses afin de me forger un avis solide, qui est positif, et que je vais pouvoir vous partager.

carole-emir-skins-vosgirunners

Les Vosgirunners l’Intégrale – avril 2016

Pour ce test, je te propose un plan en 2 parties :

Partie 1 – Mon test complet du short et les manchons Skins DNAmic, que j’ai porté depuis février sur quelques ultras et marathons, dont l’ultramarin (177 Km), la Transkarukéra en Guadeloupe ou encore l’UTMB. Je m’en vais vous donner les raisons qui m’ont conduit à adopter ce short et ces manchons, et ce bien que je ne sois pas à la base un grand convaincu de la compression. Les pours ? Les contres ? Pourquoi cet ensemble plutôt qu’un autre ?

Partie 2 – Mon avis express : si tu es seulement là pour un avis rapide sur le produit, je t’invite à te rendre directement tout en bas, tu devrais trouver ton bonheur :).

 

Partie 1 : Mon short et mes manchons 2016 | les DNAmic de SKINS

Cher ami, je vais te livrer ci-dessous les critères qui selon moi sont essentiels pour évaluer une tenue de course. Il y en a 10 que j’ai classés subjectivement par ordre décroissant d’importance (le plus important est en haut). Je m’en vais donc évaluer les DNAmic relativement à ces 10 critères de choix. Prêt ? Let’s trail !

 

  1. Rapport qualité / prix : je ne trouve pas que ce soit le meilleur (encore une fois, Kalenji met toutes les autres marques hors course sur ce point). Nous sommes à 90 euros le short et 40 euros les manchons, ce qui me paraît beaucoup, bien que la qualité soit excellente, pour vêtir techniquement une moitié de corps. Bon après, il est vrai que c’est la moitié de corps la plus importante en course à pied, mais quand même. Allez, considérant le fait qu’on est largement dans la moyenne des prix pour ce type de produit (hors Kalenji), on ne sera pas sévère sur ce point.
    Ma note : 3,5/5

 

  1. Confort : irréprochable pour moi. Le cuissard intégré est bien gainant et le maintien est nickel. De plus, le cuissard est suffisamment long pour éviter les frottements entre les cuisses (pratique quand on est un peu gras). La ceinture élastique au niveau de la taille garantit le maintien en place du short, même mouillé et donc alourdit, et ne cause pas de marques sur la peau.
    Ma note : 5/5

 

  1. Quand tu te sens stylé sur un trail - Crédit photo : Jipi

    Quand tu te sens stylé sur un trail – Crédit photo : Jipi

    Effet positif sur le mental (ou effet placebo) : ce critère est purement subjectif et un peu particulier, mais je le trouve très important et je vais donc le développer un petit peu. Selon moi, quand on porte une tenue technique, il faut que nous soyons convaincus qu’elle est adaptée, convaincus de son efficacité, et qu’elle est le choix le plus pertinent pour la course abordée. Qu’elle apporte réellement des bénéfices physiologiques ou non passe en second. Ce qui prime, c’est ce que l’on croit, ce que l’on ressent. Être convaincu que l’on est épaulé du meilleur équipement constitue un apport non négligeable pour le mental, dans notre capacité à surmonter les difficultés. Pour que cet effet s’exerce, il faut généralement apprécier son look, être très confortable dedans et convaincu par ses arguments marketing.
    Revenons maintenant à notre short et nos manchons. Je les ai adoptés et je le mets systématiquement sur mes épreuves longues depuis que je les ai. Pourquoi ?
    – Leur look m’a plu et m’a inspiré confiance (c’est le début essentiel de toute relation :p)
    – Je les ai éprouvés sur marathon et sur ultra, et que tout s’est toujours bien passé (prérequis essentiel pour la durabilité d’une relation)
    – Je l’associe donc maintenant à la réussite, en plus de son confort qui me convient très bien (quand tu en arrives là, tu commences à penser au mariage).
    Pour les manchons, je pense honnêtement que j’ai dans un coin de la tête l’espoir que cela réduise ma fatigue musculaire, car c’est ce que la science indique. C’est pour cela que je les porte, et ce, même si je n’ai jamais pu me prouver concrètement leur effet.
    En bref, j’aime porter ce short et ces manchons sur du long, et je me sens bien et bon avec. Je pense que c’est vraiment l’essentiel pour une tenue.
    Ma note : 5/5

 

  1. Esthétique : je ne vais pas m’éterniser sur ce point étant donné que c’est purement subjectif, mais je trouve que le choix des couleurs jaune / noir du cuissard et leur empiècement donnent un côté élancé qui me plaît bien. De plus, le petit short par-dessus permet d’éviter l’effet moule-b*** que je n’apprécie pas. Je n’aime pas que mon organe soit collé contre la vitre, si vous voyez ce que je veux dire. Et n’y voyez là aucun complexe :p
    Ma note : 3,5/5

 

  1. Solidité : pour le moment, aucune trace d’usure malgré un usage intensif. Et surtout, malgré avoir vécu la transkarukéra où il a rencontré violemment le sol et les ronces à maintes reprises. Les coutures n’ont pas bougé, et la ceinture élastique n’a rien perdu de son « tonus », même après avoir été trempée à plusieurs reprises et subi plusieurs lavage. Un plaisir d’avoir un équipement beau, confortable et solide. Fiable en somme. Malheureusement, on ne peut en dire autant de la solidité des logos SKINS sur les manchons, sérigraphiés assez grossièrement. Ceux-ci ont été dégradés après quelques lavages, ce qui, jusqu’à leur disparition totale, nuit à l’esthétique (photo en fin de billet).
    Ma note : 4,5/5

usure-skins

 

  1. Côté pratique : je vais le diviser en trois volets.

a. Rangements : une seule poche dans le dos, pas forcément des plus faciles d’accès. De plus, elle est assez difficile à ouvrir d’une seule main car la fermeture est assez dure. L’avantage est qu’elle ne pourra pas s’ouvrir toute seule et laisser échapper son précieux contenu. Niveau contenance, elle peut accueillir des clés, une petite barre ou un gel, quelques batteries de gopro, mais pas plus. Etant donné son positionnement en bas du dos et au-dessus des fesses, il faut s’attendre à ce que son contenu se retrouve (très) humide en fin de séance. Cela dit, n’oublions pas que c’est le cas de la quasi-totalité des shorts, mis à part peut-être un modèle de chez Zoomyn qui propose un grand nombre de poches très pratiques.

poche-skins

 

b. Enfilage : ces manchons sont les plus faciles à enfiler que j’ai pu essayer, et ils tiennent parfaitement en place. J’ai essayé du Kalenji, du Thuasne, du Salomon, parmi lesquels Thuasne se démarque, mais Skins est de loin en tête. Concernant l’enfilage du short, ce qu’il y a de plus simple également. Je me demandais si j’avais besoin de le dire … alors dans le doute … :p

c. Adaptabilité : cet aspect est intrinsèque au fait que la tenue est en deux parties : un short, et des manchons. Tu peux bien entendu acheter l’un sans l’autre auquel cas ce critère ne s’applique pas. Mais si tu as les deux, tu as une tenue adaptable à conditions de chaleur. Short seul en cas de grosse chaleur, short + manchons si besoin d’être davantage couvert. En portant les deux, on est sur une tenue similaire à un corsaire de course à pied.

Ma note (moyenne des trois) : 4/5

 

  1. Qualité de la finition : c’est là où je m’attendais à mieux. Les coutures sont FAT, mais vraiment. Celle de la ceinture élastique l’est particulièrement (visible ci-dessus). Je pensais pourtant, à tort, que chez Skins on faisait tout au laser. Ceci étant dit, le principal reste encore que ces coutures n’occasionnent pas d’irritations, et je vous le confirme. Je n’ai jamais eu le moindre problème de côté.
    Ma note : 3/5

couture

 

  1. Respirabilité : le cuissard et les manchons sont fait d’un tissu travaillé pour favoriser le transfert d’humidité. En condition de course, il n’est pas rare qu’il soit fortement mouillé, sans pour autant que cela ne devienne gênant. Il n’existe à ma connaissance aucun short qui peut se vanter d’être confortable et rester sec en toutes circonstances. Au niveau des manchons, rien à signaler. Mouillés ou pas, ça ne fait aucune différence en termes de confort et d’efficacité.
    Ma note : 3,5/5

 

  1. Légèreté : pas forcément le point fort de cette tenue. Il est rare qu’une soit à la fois légère et solide. Le cuissard short est assez lourd (pas facile d’être léger quand on combine 2 vêtements), et particulièrement lorsqu’il est mouillé. Le mien en taille M pèse 180 grammes sec contre 100 grammes pour un cuissard kalenji (sans short) ou encore 200 grammes pour mon cuissard-short Ceramiq taille L
    Ma note : 3/5

 

  1. Technicité : au niveau des cuisses, on sent le côté légèrement gainant cuissard qui permet d’une part plus de confort et maintien, et si l’on en croit la science, de réduire la fatigue musculaire en atténuant les vibrations des fibres. Selon moi, pour s’avoir s’il existe vraiment un effet concret, il faudrait pouvoir vivre une course avec et la même course sans, au même moment. Ce qui est impossible. En effet, trop de variables peuvent influencer votre forme du jour sans pouvoir isoler de manière fiable les effets de la tenue. Si tu n’as pas les jambes le jour de la course, est-ce à cause de la tenue ? De ton alimentation d’avant-course / en cours ? De ton entraînement ? La forme du jour résultante de dizaines de variables dont on ne peut sécuriser qu’une partie. Pour cette raison, je n’évalue pas cet aspect.
    Ma note : Non évalué.

etiquette

 

Partie 2 : mon avis express sur le short et les manchons Skins DNAmic

Les manchons et le short Skins DNAmic constituent une tenue de course compressive de bonne facture, à la fois courte (short seul) et mi-longue (short + manchon) et compatible toute distance, dont l’ultra.

short-skins

Si tu remplis les critères suivants, alors cet ensemble est fait pour toi :

  • Tu as ~120 € de budget (autant commencer par-là) pour une tenue de course polyvalente et fiable qui te suivra dans le temps
  • Tu apprécies l’aspect modulable d’une tenue, pour s’adapter à la température que ce soit jour / nuit, temps frais ou chaud.
  • Tu as envie de t’offrir une tenue au look stylé, qui plus est confortable, solide, s’adapte très bien aux mouvements, et respirante. Et si tu veux mon avis, je pense que c’est à peu de choses près ce que tout le monde attend de vêtements de course.
  • La facilité d’enfilage est un critère important pour toi (et selon moi, ça devrait l’être ;p)
  • Enfin, et tu n’apprécies pas forcément mettre en valeur tes attributs masculins, aussi performants soient-ils, avec un cuissard de type moule-b*** classique. C’est pour moi l’intérêt majeur du combo short-cuissard.

 

Cependant, tout n’est pas rose (mais on n’est pas très loin) :

  • La sérigraphie du logo s’efface avec le temps, ce qui nuit légèrement à l’esthétique
  • Je m’attendais de la part de Skins, pour un ensemble à ce prix, à des coutures moins apparentes et plus « finies ». Ceci étant dit, je n’ai jamais eu d’irritation à cause de l’une d’entre elles, et c’est peut-être là le prix de la solidité.
  • Une seule micro-poche à l’arrière. Si vous partez pour une sortie courte et vous souhaitez être légers, ce sera parfait. Si vous partez pour du long, il faudra compenser avec une ceinture, un sac, une veste, ou un haut technique à poches.

 

Ma note : 8/10.

J’enlève 2 points pour deux raisons :

  • Faut toujours garder un point de marge pour le jour, si ce jour arrive, où tu vas rencontrer la tenue ultime qui surpassera toutes les autres. Notons tout de même qu’à ce jour, ce sont mon short et mes manchons préférés.
  • Pour le rapport qualité prix qui, selon moi, pourrait être plus affûté.

 

Tu l’as compris : j’ai adopté les manchons et le short de compression Skins DNAmic pour mon usage perso sur ultra et j’en suis très satisfait. Je continuerai de m’en servir sur ultra jusqu’à leur fin définitive, ou la découverte d’un futur modèle qui me sied davantage.

manchons-skins

Les infos pratiques

Les amis, vous pourrez trouver ces articles sur i-run pour la somme de :

En tout transparence, les liens ci-dessus sont affiliés (ce qui veut dire que je toucherai un pourcentage, certes faible, de votre achat si vous achetez avec ces liens).

N’hésitez pas à me dire en commentaire si ce format vous a plu, votre avis m’intéresse beaucoup.

A très vite les amis et d’ici la prochaine, KIFFEZ la vie !

carottes

Véganes depuis 6 mois : faisons le point !

Hello les amis,

En mai dernier, nous vous avions présenté notre mode d’alimentation riche en produits « simples » et non transformés dans notre article l’alimentation minimaliste en course à pied. Cet article avait été bien accueilli par les commentaires qui ont suivi, ce qui nous a fait très plaisir d’une part, et d’autre, traduit une certaine tendance à faire évoluer un petit peu la dictature du turbo-gel dans notre sport.

Abordons aujourd’hui une autre « particularité » de notre alimentation que nous n’avons pour le moment jamais développée en détail sur notre blog : nous sommes végétaliens, et plus encore, véganes. Si vous vous demandiez ce que pouvait bien signifier l’inscription « Vegan Runner » sur nos t-shirts fétiches, ce qui va suivre vous donnera tous les détails. Retour d’expérience au cœur de la vie des Lapins Runners (#TeasingBasDeGammeFaçonTéléRéalité, mais il parait que ça marche. #OnVaSeFaireDesPotes).

 

« Véganes », qu’est-ce que c’est ?

Reprenons la définition de Wikipédia : Le véganisme est une prise de position politique ou un mode de vie consistant à ne consommer aucun produit ou service issu des animaux ou de leur exploitation.

Le végétalisme est le régime alimentaire du végane.

Le végane est donc végétalien, mais la réciproque n’est pas forcément vraie (un végétalien n’est pas nécessairement végane). Au-delà de son régime alimentaire, un végane :

  • ne vêtit pas de tissus animaux (fourrures, cuirs, soie …),
  • n’utilise pas de cosmétiques testés sur les animaux,
  • ne cautionne aucun spectacle mettant en scène des animaux conditionnés (cirques, zoos, aquariums), ou pire encore, leur mort (corrida),
  • … vous avez compris l’idée

Le végane est donc compatissant des animaux, qui comme nous sont des êtres sentients, pourvus d’une conscience de soi, et d’une envie de vivre. Le végane estime que les animaux ont droit de jouir de leur existence comme bon leur semble autant que nous avons ce droit, et ne devrait en aucun cas subir l’une des pires formes d’oppression qui soit : l’élevage intensif.

Intéressons-nous ici uniquement à notre alimentation végétalienne, en lien direct, vous en conviendrez, avec notre pratique sportive.

Depuis mars dernier, nous avons donc cessé de consommer tout aliment d’origine animale : viande, poisson, volaille, « fruits » de mer, produits laitiers et dérivés (beurre, lait), oeufs et miel… mais également tout produit contenant de l’huile de palme dont la production industrielle fait également des ravages sur le vivant.

Posons les bases avant de passer à notre retour d’expérience personnel : l’avantage est qu’il n’y a pas de choix à faire entre éthique et santé, ni entre éthique et plaisir gustatif. Notre santé et nos palais se portent très bien, et la seule chose dont nous nous sommes passés dans cette transition guidée par l’éthique, sont des plaisirs gustatifs désormais révolus :

 

Ce changement alimentaire a-t-il eu des conséquences sur notre pratique sportive ? C’est ce que vous allez savoir en lisant ce qui suit.

 

Sur les épreuves longues

sprintAux ravitos :  

Il faut le reconnaître, nous sommes aujourd’hui bien plus limités qu’avant notre transition en termes de choix d’aliments sur les ravitos. Fini la charcut’ (pour Carole), le fromage, les TUC (contenant des oeufs) et les barres dont nous n’avons pas connaissance des ingrédients. En ce qui concerne le choix des boissons, cela n’a (presque) rien changé. Nous devons uniquement éviter la boisson de la marque Meltonic contenant du miel.

Précisons que nous ne lorgnons jamais sur les aliments que nous nous interdisons et que notre degré de frustration est nul.

Lorsque je pratique le jeûne du ramadan chaque année, je ne lorgne jamais sur les repas d’autrui. D’une part parce que c’est mon choix, et d’autre parce que ma démarche est consciente et que j’en vois l’intérêt. En effet, lorsque l’on est dans une démarche sincère et en accord avec ses valeurs, on n’envie pas les produits dont on se passe.

Nous nous contentons sans mal des fruits frais et secs, de pain, de pâtes (sans beurre) et des barres végétales mis à disposition.

Enfin, nous chargeons davantage notre réserve alimentaire sur les ultras. Dernièrement (sur l’UTMB et le trail du Haut-Koenigsbourg), nous avons opté pour des confiseries à base de cacahuètes et graines de sésame achetées chez Tang Frères (magasin d’alimentation asiatique).

 

 

Nos sensations en course :

Depuis ma transition, je suis de moins en moins sujette à des maux de ventre, ce qui est fort appréciable. Ces derniers apparaissent uniquement lorque je mange trop la veille. Comme mon corps prend (beaucoup) son temps à digérer, mon organisme n’a pas le temps de tout assimiler en une nuit.

 

Je ne note pas de différence notable entre mon alimentation avant et maintenant. J’étais et je suis toujours (osons même : j’ai la chance d’être) très peu sujet aux problèmes digestifs, qu’importe ce que je consomme.

Je ne constate pas non plus de différences concernant ma longévité, « l’heure » d’apparition de ma fatigue, ou encore mes performances. En effet, ces variables sont surtout influencées par la volume de kilomètres parcourus sur la saison, et non sur mon alimentation.

 

 

Les effets sur nos performances sportivestimer

Précisons avant tout que notre décision de devenir véganes se base sur des raisons d’éthique, de compassion envers les animaux. Pour nous, peu importe les effets sur nos performances sportives, car, qu’ils aient été positifs ou négatifs, il n’était plus question pour nous de consommer des POA (produits d’origine animale). Mais ce qui va suivre devrait rassurer ceux qui tiennent particulièrement à leur performance, tout en voulant s’inscrire dans une démarche plus éthique de consommation.

Pour être très honnêtes, nous n’avons constaté aucun changement sur nos performances sportives, que ce soit en termes d’endurance à l’effort, de récupération et de vitesse. Cette absence de changement est dans un certain sens logique : notre manière « particulière » de nous entraîner n’a pas évolué, ne s’est pas intensifiée. N’oublions pas que, bien qu’une alimentation bien menée soit essentielle pour progresser, l’entraînement (ou l’absence d’entraînement) est bel et bien le facteur le plus déterminant pour faire évoluer ses performances.

Bien que nous n’ayons bouclé avec succès qu’un seul défi sur les 4 que nous nous étions fixés cette année, notre volume kilométrique et nos enchaînements d’ultras, parfois d’une semaine sur l’autre, sont restés les mêmes. Faisons un rapide bilan de ces défis :

  • La Transkarukéra : le niveau technique de cette épreuve était trop élevé pour nous (je vous invite à voir la vidéo qui en dit vraiment long sur la particularité de cette épreuve)
  • L’Ironcorsair : nous n’avons pas tenu les barrières horaires par manque de préparation pour la partie vélo
  • L’UTMB : vous connaissez l’histoire 😉
  • L’Ultramarin : finishers des 177 Km en environ 27 heures

Un bilan plus poussé reviendra sur ces points en fin d’année, mais nous sommes forcés de constater que nos points forts sont la longévité et la récup, et non la vitesse. Mais ne nous écartons pas du sujet.

 

Au quotidien

old-scaleNotre poids :

Je n’aurais pas été contre perdre quelques kilos, mais malheureusement (et contrairement à certaines idées reçues !), le végétalisme ne protège pas du surpoids, bien que statistiquement, j’imagine que le taux de personnes en surpoids est plus élevé chez les carnistes que chez les végétaliens. Bref, mon poids continue de fluctuer de plus ou moins 3 kg, comme c’était le cas avant ma transition.

Pour reprendre les termes de Carole, le végétalisme ne protège pas du surpoids. Je compléterai en disant que très souvent, la démarche éthique dans laquelle on s’inscrit en devenant végane conduit à une réflexion personnelle quant à sa manière de s’alimenter. Cela se traduit certes souvent par une perte de poids, ce qui a été mon cas dans les premières semaines / mois. Cette perte de poids était principalement dûe au fait que je soignais mon alimentation (quantité et qualité), et non à la nature des aliments qui la composait. Cela dit et pour revenir dans le sens de Carole, rien n’empêche un végétalien de se nourrir de chips, cacahuètes et autres apéritifs gras salés, ou encore de grandes portions de riz, pâtes, frites ketchup moutarde ou autres veggie-kebab et veggie-burger, biscuits et bonbons véganes.

Tout comme pour les performances, le végétalisme n’est pas une recette miracle pour maigrir. Cela dit, en étant bien mené, il vous donne la maîtrise de votre poids, et la garantie d’avoir un corps qui carbure à plein régime et évidemment sans carences. T’as tout de même pas cru que nous n’allions caser nul part le mot « carence » dans un billet véganisme :p ?

En cuisine :

restaurant-eating-tools-set-of-three-piecesDepuis que nous sommes véganes, nous avons découvert de nombreux aliments, prenons très souvent le temps de cuisiner. Nous nous sommes procurés quelques livres de recettes végétaliennes et suivons des Youtubeurs véganes pour nous donner des idées.

Notre alimentation est beaucoup plus variée qu’auparavant. Notre végétalisme nous a conduit a sortir du schéma classique de l’assiette « équilibrée » avec viande au milieu et le reste étant des « accompagnements ». En repensant ce schéma et dans nos recherches pour un végétalisme bien mené, nous nous sommes ouverts à beaucoup de variétés de légumes, légumineuses, laits végétaux, épices, céréales, graines, oléagineux et féculents que nous ne regardions même pas avant. Au-delà des aliments eux-mêmes, nous nous sommes ouverts à de nouvelles associations entre ces aliments.

Quelques exemples parmi tant d’autres, que l’on trouve dans toutes les grandes surfaces :

  • Lait végétaux que nous consommons quotidiennement en smoothie : soja, soja chocolat, riz, avoine (qui sont souvent les moins chers), mais aussi plus rarement amande, épeautre, noisette, chataigne (cher !), …
  • variétés de légumineuses : pois chiches, lentilles vertes / corail, haricots rouges/noirs, pois cassés, …
  • Céréales et féculents : pâtes, riz, quinoa, avoine, nouilles de riz (sans gluten), pain, pommes de terres et patates douces,
  • Graines : chia, lin, sésame, tournesol, courge, …
  • Oléagineux : arachides, beurre de cacahuète, divers types de noix, …

Et voici ce que l’on peut en faire :

Si vous en voulez davantage, notre instagram est notamment là pour ça :)

En supermarché / à l’extérieur :

shopping-cartNous avons rapidement décelé en supermarché les aliments que nous ne nous autorisions plus : crèmes glacées (contenant du lait, y compris certains sorbets), biscuits sucrées (oeufs et/ou lait), paquets de céréales (lait et/ou miel). Une fois les produits mémorisés, le temps que nous passons à faire les courses est bien plus court, dans la mesure où nous évitons désormais les rayons viande, produits laitiers (à l’exclusion des yaourt Sojasun où ils ont été rangés par défaut), biscuits sucrées/confiseries.

Finalement, ce qui reste le plus difficile avec le végétalisme, c’est de devoir s’adapter à l’extérieur : au resto / aux anniversaires / soirées. Au resto, il arrive souvent qu’aucun plat végétalien ne soit proposé. Quant à la carte des desserts, nous devons nous satisfaire des compotes de fruits (à préciser sans chantilly).

 

iconNotre budget alimentation : 

On se rend compte très rapidement que ce qui coûte le plus cher dans un caddie moyen, ce n’est pas les fruits et légumes ou légumineuses, les pâtes ou le riz, mais bien la viande et le fromage. Mis à part le lait végétal (1,20€/L) plus cher que le lait de vache (0,60€/L), cela ne revient pas plus cher d’avoir une alimentation végétale, au contraire ! … A condition tout de même de ne pas forcer sur les similis carné ou « fauxmages » ou bien de faire la totalité de ses emplettes chez Naturalia ou en magasin bio.

 

Notre starter kit

Comment clôturer cet article sans parler de ce qui nous a conduit au véganisme ?

  • Tout a commencé par des vidéos virales sur les réseaux sociaux par l’association L214 éthique & animaux. Attention, les images sont choquantes, n’ouvrez cette vidéo que si vous n’avez pas peur de voir la réalité de l’abattage industriel tel qu’il est pratiqué aujourd’hui. Ce n’est pas notre genre de fermer les yeux sur la réalité, même si ça fait mal. Alors nous avons creusé.
  • S’en est suivi l’achat par Carole du livre No Steak, d’Aymeric Caron qui ouvre les yeux et l’esprit sur les pratiques de notre société à l’égard des animaux.
  • Une fois lancé, c’est cette vidéo me concernant (Emir) qui a achevé le travail « le discours le plus important de votre vie par Gary Yourofsky ». Bien que ce discours soit très controversé, il comporte un fond de vérité que je n’ai pas pu négliger.
  • Pour connaître les impacts (les désastres) écologiques causés par l’élevage intensif, ce documentaire en dit très long : Cowspiracy.
  • Pour connaître les désastres que la malbouffe crée aux Etats Unis, et notamment les lobbies de la viande et du fromage qui n’ont aucun scrupule et dont le seul but est de générer du profit : Fed Up.
  • Les Youtubeurs véganes que nous suivons régulièrement : Gurren Vegan, Jihem Doe, Las Végane Parano, Lloyd Lang. Bien que leur approche a tendance à en offusquer certains, il est pour nous important de garder à l’esprit que ceux qui souffrent vraiment dans notre société sont les animaux qui sont tués au quotidien, et non nous les humains parce que quelqu’un a « osé nous dire » d’un « ton supérieur » qu’il n’était pas éthique de manger du steak. Ces militants qui agissent n’ont aucun intérêt personnel à nous convaincre, mais ils font le don de leur temps par compassion, et dans l’espoir de voir émerger des pratiques plus éthiques à l’égard des animaux.

 

Le mot de la fin

Qu’on le veuille ou non, en achetant un BigMac, des chicken wings au paprika, ou n’importe quel produit industriel issu d’animaux, on vote expressément pour la pérénité des pratiques industrielles cruelles à l’égard des animaux. Devenir végane, c’est avoir le courage de prendre position et de se dissocier de ces pratiques, que personne ne souhaite consciemment encourager.

Evidemment les amis et comme toujours, même lorsque l’on aborde des sujets bien moins profonds (du genre, faut-il passer au minimalisme en course à pied), je vous invite à ne pas nous croire sur parole et vous faire votre propre opinion. Par compassion, je vous invite vraiment à prendre le temps de vous renseigner, en ayant l’esprit ouvert. D’ici-là, nous sommes bien évidemment ouverts à toutes vos questions.

 

A très bientôt les amis et d’ici-là, KIFFEZ la vie, avec compassion !

Les Lapins Runners.

carottes